Lésion de la coiffe des rotateurs

La coiffe des rotateurs est constituée de quatre muscles se prolongeant par leurs tendons qui s'attachent autour de la tête de l'humérus. Ils se nomment le sus-épineux, le sous-épineux, le sous-scapulaire et le petit rond. Ces unités musculo-tendineuses servent à mettre en mouvement le bras et contribuent également à stabiliser l'épaule.
L’origine des ruptures de la coiffe des rotateurs peut être aussi bien dégénérative que traumatique. C’est une pathologie fréquente qui engendre occasionnellement  des douleurs handicapantes et des réveils nocturnes. Les examens complémentaires comprendront systématiquement une exploration par des radiographies simples de l'épaule. En fonction de la situation,  le bilan pourra être complété par une échographie, une arthro-IRM ou un arthro-scanner. Ces deux derniers examens sont généralement réalisés si le diagnostic n’est pas clair ou si un geste est envisagé.

Le traitement peut être soit conservateur soit chirurgical. Le traitement conservateur a pour but de compenser la diminution de force des muscles de la coiffe des rotateurs déficients par le renforcement d'autres muscles. Il est complété également par des médications anti-inflammatoires, voire même des infiltrations. Ce type de traitement est privilégié si la gêne fonctionnelle est peu importante et tolérable, si le patient est âgé, ou surtout si la rupture de la coiffe est irréparable.

Dans ces conditions et lors d’un échec de traitement, une réparation des tendons de la coiffe des rotateurs permet de supprimer une grande partie des douleurs et, dans la majorité des cas, de restaurer la fonction. Ce geste est réalisé sous arthroscopie (caméra), dure environ une heure et nécessite une à trois nuits d’hospitalisation. Le traitement dépend de plusieurs facteurs, notamment de l'âge du patient, de l'importance de la gêne dans la vie quotidienne et dans le cadre d'une activité sportive ou encore de la taille de la rupture. La réparation de la coiffe des rotateurs est de pratique courante et les complications postopératoires restent exceptionnelles. On peut noter toutefois l'existence des complications suivantes: une récidive de rupture portant sur un ou plusieurs tendons réparés,

une infection (< 1 % des cas) ou une limitation de la mobilité. Des mesures seront systématiquement prises afin de les éviter.
La rééducation postopératoire dépendra notamment de la qualité de la réinsertion, des tendons, des muscles et du type de lésion. Elle sera donc « à la carte ». Il est toutefois fondamental de protéger la suture afin de faciliter la cicatrisation du tendon sur l'os à l'aide d'une attelle conservée pendant six semaines. Le résultat d'une telle réparation se juge au terme de six mois. On estime la rééducation terminée lorsque les amplitudes articulaires redeviennent normales ou suffisantes pour ne pas entrainer de gêne dans la vie quotidienne.
 

Publications sur la Coiffe des rotateurs