Après la fibrillation auriculaire, le retour à la vie

Hansjörg Brücker a souffert pendant quinze ans de fibrillation auriculaire. Il est désormais guéri de ce trouble du rythme cardiaque Ce sportif essaie de renouer avec les hautes performances malgré plusieurs opérations du cœur.

Le sport a toujours joué un rôle important dans la vie de Hansjörg Brücker. Ce responsable de la sécurité à l'aéroport de Zurich se soumet presque chaque jour à un entraînement ambitieux et participe régulièrement à des compétitions nationales et européennes. Par ailleurs, il pratique une musculation modérée au moyen d'haltères et sangles. L'activité physique fait partie de son quotidien.

Il n'a jamais abdiqué, même lorsqu'il a commencé à souffrir de fibrillation auriculaire à la fin de l'an 2000, précisément alors qu'il courait. Au cours des années suivantes, il a continué à pratiquer le sport, même quand les crises se sont fait plus fréquentes et plus intenses. Malgré les médicaments qu'il devait prendre en cas de crise et malgré une ablation par cathéter, il ne s'est jamais arrêté, bien qu'il ait naturellement dû réduire son volume d'activité. Pour M. Brücker, ce trouble du rythme cardiaque a représenté un défi du point de vue physique, mais également du point de vue psychologique. L'impossibilité de prévoir la survenue des crises a mis à dure épreuve l'assurance de cet homme d'ordinaire équilibré, et il ne s'entraînait qu'avec la plus grande prudence.

Lutte contre le temps

Ce n'est qu'en 2013, après sa troisième ablation par cathéter, que M. Brücker a pu reprendre la course à pied avec le cœur plus léger. «En réalité, je n'étais pas encore très sûr de moi», explique le sportif, car la peur des rechutes était encore très présente après deux ablations par cathéter qui n'avaient pas eu les résultats attendus. «Cependant, à partir du moment où je n'ai plus eu de problèmes, j'ai pris de l'assurance de semaine en semaine.» Brücker a intensifié son programme: Ce sportif voulait renouer avec les performances et participer à plus de compétitions. Cette exigence envers soi-même représentait un défi de taille pour ce sportif ancien malade du cœur, mais également une course contre le temps. En effet, de la première crise fin 2000 à la guérison en 2015, quinze ans se sont écoulés. Le jeune adulte est entre temps devenu un jeune cinquantenaire.

La forme (presque) sans âge

Cependant, dès l’automne 2013, M. Brücker a retrouvé une condition physique et des performances comparables à ses performances du passé, et ce en quelques mois seulement après sa dernière ablation par cathéter en avril de la même année! En octobre, il a participé à la course du Hallwilersee en Argovie et a obtenu un bon classement. Au cours des années suivantes, M. Brücker a osé participer à de nombreuses compétitions. Il travaille jour après jour à ses objectifs ambitieux, et affirme sa position d'exception au sein de la communauté de coureurs. En octobre 2015, l'«Aargauer Zeitung» a classé l'«indestructible Hansjörg Brücker» parmi les meilleurs coureurs de fond de Suisse. Et le journal en ligne de la communauté des coureurs de Horn se demandait au sujet de la grande forme de M. Brücker, qui laisse sur le carreau des coureurs ayant la moitié de son âge: «Mais quel âge-t-il?»

La prochaine course en vue

Sa victoire lors de la course de Sikinga à Untersiggenthal, en 2016, fut pour M. Brücker une étape supplémentaire sur le chemin du retour à sa vie d'avant la fibrillation auriculaire. M. Brücker y est depuis arrivé: «J'ai retrouvé ma condition physique d'avant la maladie», explique-t-il fièrement. «Je peux à nouveau pratiquer pleinement mon sport favori.» Ce sportif ambitieux chausse chaque jour ou presque ses baskets, et fait également de la musculation. Les compétitions restent sa grande passion. Il a déjà prévu la prochaine.

 

J'ai retrouvé ma condition physique d'avant la maladie. Je peux à nouveau pratiquer pleinement mon sport favori