Tumeur cérébrale

Les tumeurs cérébrales sont des tumeurs se développant à l'intérieur de la calotte crânienne, à partir du tissu nerveux ou des méninges. Selon le tissu d'origine de la tumeur, on établit notamment une distinction entre les méningiomes, les neurinomes et les gliomes. Contrairement aux autres organes, il est difficile, dans le cerveau, de distinguer les tumeurs bénignes des tumeurs malignes. Même les tumeurs bénignes sans métastases peuvent provoquer des lésions du cerveau potentiellement mortelles en raison de leur croissance.

Les tumeurs cérébrales les plus fréquentes sont les gliomes, les méningiomes et les neurinomes. Les gliomes, qui font partie des tumeurs cérébrales les plus agressives, sont issus du tissu de soutien neuronal (glie). Les gliomes font l'objet d'une classification supplémentaire selon leur type: astrocytomes, oligodendrogliomes, glioblastomes et tumeurs mixtes. Les gliomes peuvent apparaître à tout âge. Le glioblastome est la tumeur cérébrale maligne la plus fréquente chez l'adulte.

Les méningiomes se développent à partir des méninges. Par méningiomes, on entend des variantes plus ou moins agressives. Les méningiomes peuvent survenir quasiment à tout âge. Le plus souvent, les tumeurs surviennent entre 40 et 60 ans.

Les neurinomes se développent à partir de cellules qui sont à l'origine de la gaine de myéline entourant les nerfs. Le plus souvent, les neurinomes se développent à l'intérieur de la calotte crânienne au détriment du nerf auditif. On parle alors de neurinome de l'acoustique. Les neurinomes sont généralement des tumeurs bénignes qui, comme toutes les tumeurs du cerveau, peuvent toutefois causer des lésions au tissu nerveux environnant lorsqu'elles grossissent.

L'origine des tumeurs cérébrales reste mal connue. L'influence éventuelle des ondes électromagnétiques n'a, à ce jour, pas été démontrée.

Les symptômes des tumeurs cérébrales sont très variables selon la localisation de la tumeur. Un neurinome de l'acoustique se manifeste principalement par des troubles de l'audition et de l'équilibre. Concernant les autres tumeurs cérébrales, les symptômes sont moins spécifiques. Céphalées, vertiges ou nausées peuvent indiquer la présence d'une tumeur. Toutefois, ce type de troubles est bien souvent d'origine anodine. Des symptômes soudains sans cause apparente ou des troubles persistants doivent, dans tous les cas, faire l'objet d'une consultation.

Parfois, la tumeur cérébrale se manifeste par des troubles du langage, des hallucinations auditives, des troubles sensoriels, une faiblesse musculaire ou des crampes soudaines.

Pour établir le diagnostic d'une tumeur cérébrale, différents examens et tests sont effectués, parmi lesquels des examens neurologiques poussés ainsi qu'une tomodensitométrie ou une IRM. On réalise parfois une ponction lombaire afin d'analyser le liquide céphalo-rachidien ou un électroencéphalogramme pour mesurer les ondes cérébrales.

Le traitement est fonction de l'origine de la tumeur et de sa localisation. Lorsque c'est possible, on tente d'enlever la tumeur en pratiquant une intervention. En cas de tumeurs bénignes de type neurinome ou de certains méningiomes, une guérison peut ainsi être obtenue. Pour l'intervention chirurgicale du cerveau, on recourt à des techniques neurochirurgicales spécifiques ultramodernes, comme la chirurgie laser, les robots chirurgicaux ou encore la radiochirurgie.

En cas de tumeurs malignes ou si l'intervention n'est pas possible en raison de la localisation de la tumeur, la radiothérapie ou la chimiothérapie constituent d'autres options thérapeutiques.