Condylomes

Les condylomes, également appelés verrues génitales, font partie des maladies sexuellement transmissibles les plus fréquentes, et sont dus à une infection au papillomavirus humain (VPH). Il existe différents types de VPH. La plupart sont sans danger. Certains peuvent toutefois provoquer le cancer du col de l'utérus (VPH 16 et VPH 18). C'est pourquoi le vaccin contre les infections à papillomavirus humain est recommandé aux adolescents avant leur premier rapport (à partir de 11 ans).

Les condylomes (verrues génitales) font partie des maladies sexuellement transmissibles les plus fréquentes. La contamination au papillomavirus humain se fait principalement suite à un rapport non protégé. Selon les estimations, on pense que 1 à 2 % de la population sexuellement active présente des condylomes et que 14 % sont porteurs du virus hautement contagieux sans présenter de symptômes. Il existe 90 types de virus VPH. La plupart sont sans danger. Pour une cinquantaine d'entre eux, des condylomes peuvent apparaître après la contamination. L'infection passe souvent totalement inaperçue et reste asymptomatique. L'infection avec les types de virus 16 et 18 peut en revanche évoluer vers un cancer du col de l'utérus. C'est pourquoi des vaccins ont été développés au cours des dernières années contre ces deux types de virus et contre les types de VPH les plus fréquents (type 6 et type 11).

Les virus du VPH sont généralement transmis dans le cadre de rapports sexuels non protégés ou par simple contact sexuel. Les femmes enceintes peuvent transmettre le virus au bébé au moment de l'accouchement. Les condylomes se développent dans les deux à quatre semaines suivant la contamination. Il arrive toutefois que l'incubation dure plusieurs mois. Les condylomes sont de la taille d'une tête d'épingle, de couleur brunâtre ou blanchâtre. Avec le temps, ils peuvent s'agglutiner et constituer des verrues présentant l'aspect d'un chou-fleur. Les condylomes se forment principalement au niveau de l'anus, des lèvres, à l'entrée du vagin et au niveau du pénis et du gland chez l'homme.

Le diagnostic est généralement établi sur la base de l'apparence typique des condylomes. Il arrive parfois qu'une colposcopie ou une coloscopie soient effectuées afin d'évaluer l'étendue des verrues génitales. Un prélèvement de tissu sous anesthésie locale sera alors effectué et permettra de connaître le type de virus VPH.

Il existe différents médicaments, sous forme de solutions ou de crèmes, pour traiter les condylomes. S'ils ne s'avèrent pas efficaces, les verrues devront être retirées par cryothérapie avec de l'azote liquide, au laser ou encore par électrothérapie. Les verrues ont toutefois tendance à revenir et le risque de récidive est relativement élevé.

Étant donné qu'il existe depuis quelques années un vaccin en prévention, il est recommandé de faire vacciner tous les adolescents avant leur premier rapport sexuel (à partir de 11 ans).