Infection vaginale

Les infections vaginales font partie des maladies les plus fréquentes des organes reproducteurs féminins. Le plus souvent, des bactéries ou des champignons sont responsables de l'infection. Démangeaisons, brûlures ou douleurs et pertes sont les principaux symptômes associés à une infection vaginale.

Chez les femmes en âge de procréer, la muqueuse du vagin est généralement bien protégée contre les infections. Des bactéries lactiques présentes dans le vagin garantissent un milieu acide, qui constitue une barrière à la colonisation de germes pathogènes. Lorsque ce mécanisme de protection naturelle est déséquilibré, une infection peut se produire. Différents facteurs peuvent compromettre le milieu vaginal acide, notamment:

  • un traitement antibiotique
  • des irritations mécaniques dues à l'utilisation de tampon ou d'un diaphragme vaginal
  • une carence en œstrogènes
  • des troubles du système immunitaire, le diabète

Les infections bactériennes sont le plus souvent dues aux bactéries intestinales E. coli et aux bactéries cutanées comme les staphylocoques. Les mycoses sont le plus souvent dues à des levures comme la Candida. Les mycoses sont abordées au chapitre Mycoses vaginales. Les infections virales sont le plus souvent dues au virus de l'herpès.

Les pertes vaginales, appelées fluor vaginalis, sont le principal symptôme d'une infection vaginale. Ce symptôme est décrit de manière détaillée au chapitre Pertes vaginales. Les pertes, qui peuvent être épaisses, purulentes, d'aspect mousseux ou liquides, sont souvent nauséabondes. Des démangeaisons, des brûlures ou des douleurs au niveau du vagin sont d'autres symptômes associés à une infection vaginale. Le plus souvent, ces douleurs surviennent lors des rapports.

Le diagnostic d'infection vaginale est établi à partir d'un examen du vagin. Afin d'identifier le germe responsable de l'infection, on pratique un frottis des muqueuses vaginales.

Le traitement de l'infection vaginale dépend de l'origine de l'infection. Les infections bactériennes sont traitées par antibiotiques. Afin de restaurer le milieu vaginal acide, des gels ou des crèmes à base de bactéries lactiques et d'œstrogène peuvent être appliquées à l'intérieur du vagin. En cas de mycose, des pommades ou des suppositoires vaginaux antimycotiques sont utilisés pour le traitement. En cas de mycose vaginale, le partenaire sexuel doit également être traité.

Vous pouvez prévenir une inflammation vaginale en évitant les facteurs de risques susceptibles d'entraîner une infection. Une hygiène intime excessive est déconseillée, car cela risque de compromettre le milieu vaginal naturel. L'utilisation de préservatifs permet d'éviter la transmission de maladies sexuellement transmissibles. En cas de traitement antibiotique, vous pouvez utiliser des suppositoires vaginaux à base d'acides lactiques, à titre préventif.