Brachytherapy

Outre l’implantation de grains radioactifs, une technique utilisée essentiellement pour le cancer de la prostate, il existe aussi le chargement différé (afterloading).

Implantation de grains – bas débit de dose (LDR, Low-dose-rate)

Le nombre de sources radioactives (ce sont des implants d’iode de 0,5 cm de long) est déterminé pendant l’échographie par le physicien. Ensuite, ces implants sont mis en place à l’aide d’aiguilles alors que le patient est sous anesthésie générale. Pendant le «post-planing», la position exacte des implants est évaluée une nouvelle fois. Les implants restent dès lors en permanence à cet endroit. Au bout de 20 jours, la moitié de la dose a été délivrée.

Chargement différé – haut débit de dose (HDR, High-dose-rate)

Lors de cette curiethérapie par implant temporaires en chargement différé avec de l’iridium 192, des applicateurs prenant la forme de petits tubes ou d’aiguilles en plastique ou en métal sont placés et fixés dans le tissu à traiter (tumeur) après que le plan d’irradiation habituel a été calculé et la position optimale des sources radioactives déterminée. Ensuite, l’appareil de chargement différé est branché. Dans ce que l’on appelle le «coffre-fort» de l’appareil se trouve l’isotope radioactif. Il se trouve sur la pointe d’un fil qui passe dans les applicateurs et y reste pendant un temps prédéterminé (le plus souvent seulement quelques minutes). Ensuite, le fil retourne dans le coffre-fort et le patient retrouve sa mobilité jusqu’à la prochaine séance. A l’aide des techniques d’implantation assistées par l’image, les applicateurs peuvent être placées dans presque toutes les régions du corps.

Technologie

La curiethérapie, aussi appelée brachythérapie (irradiation interne) est une forme de radiothérapie; on distingue la curiethérapie par implants permanents et la technique de l’afterloading (chargement différé). La curiethérapie par implants est une intervention mini-invasive au cours de laquelle des capsules minuscules contenant des substances radioactives, des «grains» (ils ont la taille d’un grain de riz), sont implantées à l’aide d’aiguilles fines dans l’organe atteint. Elles irradient le cancer de l’intérieur de manière ciblée. Les grains insérés sont si petits que le patient ne les sent pas. Selon les circonstances, de l’iode radioactif (I 125) ou du palladium (Pd 103) est utilisé.

Applicateurs chargés lors de la technique d’afterloading. Les radiations détruisent la tumeur, le tissu sain est préservé.

Avantages

L’avantage de cette méthode est que les radiations déploient leur efficacité directement sur le tissu cancéreux. Grâce à la proximité de la source et du volume à traiter, la dose reçue par le tissu environnant diminue beaucoup plus rapidement avec la distance qu’en radiothérapie externe. C’est pourquoi il est possible en curiethérapie d’administrer une dose de radiation plus élevée dans un temps très court. La durée totale du traitement est ainsi raccourcie et passe de six à une semaine.

Un autre avantage réside dans l’exposition des patients aux rayonnements qui est nettement plus faible qu’en radiothérapie conventionnelle. La curiethérapie, seule ou associée à une radiothérapie conventionnelle ou/et à une chimiothérapie, apporte des avantages considérables au patient même sur des tumeurs avancées ou lors d’une récidive après une radiothérapie traditionnelle.