Prévention

Le diagnostic de cancer fait peur, et même si le cancer se soigne souvent bien aujourd'hui, il est toujours considéré comme une maladie menaçante. D'après l'Organisation mondiale de la Santé, un tiers de tous les cancers pourraient être évités en changeant notre comportement et en évitant les facteurs de risque.

Les maladies cancéreuses, c'est-à-dire la prolifération de tumeurs malignes, sont une conséquence de l'altération du patrimoine génétique des cellules. Différents facteurs peuvent être à l'origine de ces altérations, parmi lesquels les facteurs de risque génétiques, le processus naturel de vieillissement et les influences extérieures, comme l'hygiène de vie, les substances nocives ou les infections. Certains de ces facteurs peuvent être évités, d'autres non. Environ un tiers de toutes les maladies cancéreuses sont dues à des causes évitables, telles que le tabagisme, la consommation d'alcool ou une alimentation déséquilibrée. Plus une maladie cancéreuse est découverte tôt, plus votre traitement a des chances de succès.

Dans le dépistage du cancer, on fait la distinction entre la prévention primaire et la prévention secondaire:

Prévention primaire

La prévention primaire inclut toutes les mesures qui doivent empêcher l'apparition du cancer. On sait que certains comportements favorisent certains types de cancer. Par exemple, le tabagisme peut entraîner un cancer du poumon et la consommation excessive d'alcool peut provoquer un cancer de l'œsophage.

Prévention secondaire

Les examens de dépistage du cancer font partie de la catégorie de la prévention secondaire. Il s'agit par exemple des examens suivants:

  • Examen des seins: chaque femme devrait palper ses seins une fois par mois. De cette façon, la femme peut bien connaître ses seins, identifier les changements éventuels et consulter son gynécologue (tutoriel de palpation des seins) 
  • Plus d'informations sur le thème du cancer du sein
  • Examen du col de l'utérus: lors de l'examen gynécologique annuel, on procède à un "frottis" du col de l'utérus. On examine les cellules prélevées à la recherche de formes précancéreuses.
  • Plus d'informations sur le thème du cancer du col de l'utérus.
  • Examen de la prostate: le médecin examine la prostate avec un toucher rectal. Une prostate très dure et inégale peut indiquer un cancer de la prostate. Idéalement, une analyse de sang complète l'examen. Plus d'informations sur le thème du cancer de la prostate.
  • Examen de la peau: il est normal de trouver des taches et des grains de beauté sur la peau. Toutefois, si leur taille augmente, si leur couleur change ou s'ils saignent, il faut consulter un dermatologue.  Les modifications cutanées suspectes peuvent être retirées chirurgicalement en cas de doute.
  • Plus d'informations sur le thème du cancer de la peau: cancer "blanc" de la peau (basaliome), cancer "noir" de la peau (mélanome)
  • Coloscopie: la coloscopie permet d'explorer l'ensemble du côlon à la recherche de polypes, considérés comme des formes précancéreuses. Si des polypes sont identifiés, ils peuvent être retirés immédiatement et sans douleur dans le cadre de l'examen.
  • Plus d'informations sur le thème du cancer du côlon.

Ligue contre le cancer

Vous trouverez de plus amples informations sur la ligue Suisse contre le cancer.