Infertilité de la femme

De plus en plus de femmes sont confrontées à l'infertilité. Outre l'âge, de nombreux facteurs peuvent entraîner des troubles de la fertilité. Souvent, il est possible d'influencer positivement les chances de grossesse grâce à une diversité de méthodes de traitement.

Au cours des dernières années, l'infertilité a augmenté. Cela s'explique notamment par le style de vie qui a changé: chez de nombreux couples, le désir d'enfant se fait ressentir plus tard dans la vie. Les chances de tomber enceinte spontanément diminuent considérablement après 35 ans.

Outre la réserve ovarienne limitée ou les problèmes de perméabilité des trompes de Fallope, des causes organiques dans la cavité utérine peuvent aussi réduire les chances de grossesse.

Une endométriose, le syndrome des ovaires polykystiques mais aussi des myomes peuvent provoquer une infertilité.

Myome
  • Les myomes sont des tumeurs bénignes de l'utérus.
  • Env. 30 à 50 % des femmes en âge de procréer sont concernées.
  • Souvent, plusieurs myomes se forment. 
  • Dans les cas extrêmes, les myomes peuvent être aussi gros qu'un ballon de football.
  • Les myomes peuvent être dépistés très facilement par une échographie gynécologique.
  • Le traitement durable des myomes n'est généralement possible que par une ablation chirurgicale..

Vous trouverez ici plus d'informations sur cette pathologie.

Vous découvrirez de plus amples informations sur les myomes sur le blog Hirslanden:

Syndrome des ovaires polykystiques
  • Le syndrome des ovaires polykystiques, SPOK, est un trouble hormonal.
  • Il s'agit du trouble hormonal le plus fréquent chez les femmes en âge de procréer.
  • Env. une femme sur sept est atteinte par cette maladie.
  • Le trouble hormonal entraîne une concentration accrue d'hormones masculines.
  • Ainsi, de nombreux petits follicules se forment.
  • La prédisposition génétique de SPOK en soi ne peut pas être guérie, toutefois les symptômes et leurs conséquences se traitent parfaitement bien.

Vous découvrirez de plus amples informations sur le syndrome des ovaires polykystiques sur le blog Hirslanden:

Endométriose
  • En cas d'endométriose, la muqueuse de l'utérus vient se loger hors de l'utérus dans la cavité abdominale.
  • Ces cellules de la muqueuse viennent adhérer au péritoine et prolifèrent.
  • Les symptômes classiques sont des douleurs pelviennes chroniques ainsi que de fortes douleurs pendant les règles, pendant les rapports sexuels et pendant la défécation.
  • Après une anamnèse détaillée, on procède généralement à une échographie ou à une laparoscopie.
  • Une intervention chirurgicale ou la prise de médicaments permet de traiter l'endométriose et donc d'augmenter les chances de grossesse.

Vous trouverez ici plus d'informations sur cette pathologie.

Vous découvrirez de plus amples informations sur l'endométriose sur le blog Hirslanden:

Méthode d'examen
  • Un test hormonal et une échographie permettent au médecin de vérifier la présence d'une ovulation régulière (et d'identifier d'éventuels troubles hormonaux et/ou fonctionnels des ovaires).
  • En cas de suspicion d'atteinte ou d'altération des trompes de Fallope, on peut examiner leur perméabilité grâce à des techniques d'imagerie (hystérosalpingographie, échographie par contraste).
  • En cas de causes plus sévères de troubles de la fertilité, on peut examiner les organes reproducteurs féminins à l'aide d'une laparoscopie (exploration de l'abdomen) et d'une hystéroscopie (exploration de l'utérus). Il s'agit d'interventions chirurgicales dites mini-invasives.
Traitements
  • Stimulation hormonale: dans le cadre du traitement hormonal de la femme, des médicaments (comprimés ou injections) sont administrés pour faire mûrir les ovules et déclencher l'ovulation.
  • Fécondation in vitro (FIV): la fécondation est effectuée en dehors de l'utérus; les ovocytes et les spermatozoïdes sont rassemblés dans une éprouvette puis introduits après fécondation dans l'utérus à l'aide d'un cathéter fin (transfert d'embryon).
  • Congélation d'ovules fécondés (cryoconservation): les ovocytes peuvent être congelés et stockés jusqu'à cinq ans.