Le genou

L'articulation du genou, la plus grande de notre corps, est souvent aussi considérée comme la plus complexe. L'interaction sophistiquée de la rotule, du ménisque, des ligaments, des muscles, des capsules et des tendons rend possible la forte résistance du genou: à chaque pas, c'est le triple du poids corporel qui porte sur nos genoux.

Les genoux qui fléchissent ne sont un bon signe que lorsqu'on est amoureux. D'un point de vue médical, des genoux fléchissant sont plutôt un signe d'instabilité.

Sur la page suivante, vous en saurez plus sur le genou ainsi que sur ses pathologies et maux les plus fréquents. Trouvez en outre l'interlocuteur adapté à votre demande.

Anatomie

L'articulation du genou est la plus grande articulation du corps humain, et aussi la plus complexe. Elle relie le fémur à l'os du tibia et nous permet d'étendre et de fléchir les jambes grâce à une articulation charnière. Une rotation latérale limitée du pied et du tibia est également possible. Ces mouvements sont limités par le ligament latéral intérieur et extérieur Outre de nombreux autres ligaments, les deux ligaments croisés jouent également un rôle central. Ils sont responsables de la stabilité vers l'arrière et l'avant.

Le tissu méniscal se situe entre les surfaces articulaires de la cuisse et du mollet. Il a une fonction tampon et joue un rôle important dans la transmission de force. Le ménisque intérieur et extérieur peut, tout comme un cartilage, être abîmé quand il glisse par exemple lors de mouvements de rotation rapide entre les articulations et se déchire ou s'arrache.

La rotule, qu’on peut saisir et déplacer simplement avec les doigts, est reliée au fémur. Elle permet de transmettre la force de la musculature de la cuisse au mollet.

La capsule de l'articulation du genou entoure l'articulation. Lors d'une extension complète, elle est tendue et stabilisée. Différentes bourses séreuses assurent la protection des tendons sur différents points de frottement.

Légende

1. fémur
2. tendon rotulien
3. rotule
4. cartilage
5. ligaments croisés
6. ligament latéral interne
7. ménisque
8. tibia 

Maux et pathologies fréquents

Vous trouverez ci-dessous les maux et pathologies les plus fréquents, susceptibles d'apparaître au niveau de la main et du poignet.

Cette liste n'est pas exhaustive.

Arthrose du genou

Une arthrose du genou est une manifestation d'usure de l'articulation du genou, surtout au niveau du cartilage. Le traitement dépend du degré de gravité et va du ménagement par infiltration de cortisone aux interventions chirurgicales.

Vous trouverez de plus amples informations dans la pathologie de l'arthrose et de l'arthrite rhumatoïde, polyarthrite chronique.

Luxation de la rotule

On parle de luxation de la rotule lorsque la rotule se désolidarise de son canal de glissement. La plupart du temps, elle se remet elle-même en place. Plus une telle luxation survient fréquemment, plus elle peut causer de dommages, car chaque fois, le cartilage est un peu abîmé. Et un cartilage abîmé peut entraîner plus tard de l'arthrose. La cause peut être un accident ou une malformation génétique. Les femmes sont plus souvent concernées par une luxation de la rotule que les hommes, parce la musculature qui stabilise l'articulation du genou et la rotule, et la maintient en place, est moins développée chez elles. Un tissu conjonctif affaibli peut également favoriser une luxation de la rotule.

Une constitution musculaire ciblée grâce à la physiothérapie peut apporter de l'aide pour obtenir une plus grande stabilité. Si une luxation de la rotule survient plus fréquemment, une procédure opératoire doit alors être envisagée, comme par ex. le raffermissement des ligaments, pour maintenir la rotule dans son canal de glissement.

Vous trouverez de plus amples informations dans la pathologie de la luxation de la rotule.

Rupture des ligaments croisés

Suite à une contorsion ou à la torsion d’un pied, le ligament croisé avant ou arrière peut se déchirer. Bien que les ligaments croisés jouent un rôle important dans la stabilisation de l'articulation du genou, une rupture des ligaments croisés ne doit pas toujours être opérée – en fonction de la blessure et des exigences du patient, il peut suffire de suivre une thérapie d'entraînement [lien] physiothérapeutique afin de stabiliser suffisamment l'articulation du genou. Bien souvent, patient et orthopédiste ne voient également qu'au bout d'un certain temps si l'articulation du genou demeure stable au quotidien ou durant le sport et résiste aux exigences individuelles.

En cas de blessures concomitantes, comme un blocage méniscal ou d'autres blessures ligamentaires, une opération est la plupart du temps conseillée, principalement pour éviter une détérioration supplémentaire du cartilage articulaire. Les sportifs de haut niveau se font souvent reconstruire le ligament croisé par une chirurgie réparatrice du ligament croisé, pour que le genou soit à nouveau entièrement opérationnel.

Vous trouverez de plus amples informations dans la pathologie de la rupture de ligament croisé, rupture du ligament croisé antérieur.

Q&A patients

Nos spécialistes répondent régulièrement aux questions des lecteurs dans les journaux, magazines et en ligne. Vous trouverez ici un résumé de quelques-unes de ces questions. Ces réponses ne constituent pas un diagnostic à distance. Les contributions sont d'ordre purement informatif et ne remplacent pas une visite chez le médecin. 

Douleurs au genou après le jogging

«Depuis une bonne année j'ai des douleurs dans le genou gauche quand je cours. La douleur vient directement de l'avant, en-dessous de la rotule sur le genou gauche. Lorsque j'arrête de courir, la douleur disparaît immédiatement. Je joue aussi régulièrement et intensément au tennis, mais je n'ai jamais de douleurs. Lorsque je marche normalement, je ne ressens pas non plus de douleurs. Quand je cours plusieurs fois par semaine, j'ai moins mal.»

Merci de votre demande. Les douleurs du genou lors du jogging peuvent avoir de nombreuses causes. La cause typique est le genou du coureur, qui cause cependant plus des douleurs sur le côté extérieur et peut irradier ensuite vers l'avant en bas. Le genou du coureur (syndrome fémoropatellaire) est dû à une inflammation de la bourse séreuse et est souvent lié à un mauvais appui statique des pieds. Suite à cette mauvaise position, le genou devient douloureux. Comme vous ne ressentez les douleurs que lorsque vous courez, je vous recommande une analyse de course pour contrôler la statique des pieds et les chaussures. Si aucune amélioration n'apparaît, votre genou doit être contrôlé par un orthopédiste ou un médecin du sport.
Dr Toni Held, Clinique sportive Bâle, Hirslanden Klinik Birshof, Münchenstein

Douleurs dans le genou après une randonnée en descente

«Depuis une randonnée en octobre, qui descendait de manière abrupte (env. 2h), je ne peux plus marcher dans le sens de la descente sans sentir des douleurs dans le genou : J’ai l’impression que, dans le genou gauche en-dessous de la rotule,  un corps étranger pousse et bloque quasiment le mouvement, tout du moins le rend très douloureux. Après une phase de repos (par ex. durant la nuit), la douleur disparaît à nouveau. Tous les autres types de déplacement sont possibles sans douleur, même le vélo. Qu'est-ce que cela peut bien être, et que me conseillez-vous de faire?»

Vos rotules ont subi une sollicitation excessive lors de la descente. Suite à la sollicitation lors de la flexion de l'articulation du genou, qui survient principalement pendant des descentes et lorsqu’on se lève d'une position assise, des douleurs comme celles que vous avez décrites peuvent apparaître. Un traitement de kinésithérapie/physique visant surtout à renforcer la musculature du fémur et à soulager la rotule est fortement recommandé. En principe, le pronostic est bon et les mesures opératoires ne sont pas nécessaires. L'utilisation de chaussures MBT est de plus conseillée.
Dr Ulrich Steiger, Endoclinic Zurich, Klinik Hirslanden, Zurich