Opérations de l'utérus

Les fibromes, les foyers endométriosiques, les cancers et les fausses couches sont les principales causes d'intervention sur l'utérus. Selon le type d'affection, différentes techniques d'intervention sont utilisées: ablation de l'utérus (hystérectomie), conisation, trachélectomie et curetage utérin. Ces interventions chirurgicales sont principalement pratiquées par voie vaginale ou laparoscopique (par le biais de petites incisions).

La principale cause d'intervention sur l'utérus est la prolifération de tissu du muscle utérin, appelée fibrome. Les foyers endométriosiques dans le muscle utérin et les cancers de l'utérus (carcinome utérin) ou du col de l'utérus (carcinome du col de l'utérus) sont d'autres indications nécessitant une intervention chirurgicale. Selon la maladie et le stade d'évolution, on pratique soit l'ablation intégrale de l'utérus (hystérectomie) soit d'une partie du col de l'utérus (conisation) ou de l'utérus (trachélectomie). Chez les femmes souhaitant avoir des enfants, on s'efforce de conserver l'utérus. De cette manière, une grossesse reste possible.

En cas de fausses couches, on effectue un curetage de l'utérus.

Opération de l'utérus, hystérectomie

L'ablation de l'utérus par voie vaginale (hystérectomie vaginale) est aujourd'hui la forme d'hystérectomie la plus courante. L'hystérectomie vaginale est parfois combinée à une laparoscopie  Cette méthode est appelée hystérectomie vaginale par laparoscopie (LAVH). Dans certains cas, lorsque la technique vaginale n'est pas possible, on procède à une intervention laparoscopique et l'on conserve ici le col de l'utérus.  Cette intervention est appelée hystérectomie supracervicale par laparoscopie (LSH). L'hystérectomie abdominale avec incision de la paroi abdominale n'est pratiquée que dans de rares cas. Les explication suivantes se rapportent à la technique la plus fréquemment utilisée, à savoir l'hystérectomie vaginale.

Quelles préparations sont effectuées?

Avant l'opération, différents examens sont pratiqués. Échographie et colposcopie font ici partie des examens standard. On procède parfois également à une tomodensitométrie ou à une IRM. Si la patiente prend des anticoagulants, elle doit cesser de les prendre avant l'intervention. L'opération, qui est habituellement pratiquée sous anesthésie générale, implique les préparatifs habituels.

Comment se déroule l'opération?

Une sonde urinaire est d'abord posée afin d'assurer que la vessie soit entièrement vide. En passant par les voies basses (vagin), le chirurgien dégage l'orifice externe du col de l'utérus, le col puis l'utérus et le retire. Si l'hystérectomie vaginale est combinée à une laparoscopie, un laparoscope et, le cas échéant, les instruments chirurgicaux, sont introduits dans la cavité abdominale par de petites incisions pratiquées dans l'abdomen.

Après ablation de l'utérus, la voie entre le vagin et la cavité abdominale est suturée. L'intervention dure entre 1 et 3 heures.

Quel est le taux de réussite du traitement?

Le taux de réussite dépend de la maladie sous-jacente. En cas de fibromes, la maladie peut être soignée par une intervention.  En cas de cancer, le stade du cancer détermine le pronostic.

Quels sont les risques ou les complications du traitement?

L'intervention chirurgicale comporte peu de risques et se déroule généralement sans complications. Comme pour toutes les opérations, néanmoins, des infections, des lésions nerveuses, des hémorragies ou des caillots de sang peuvent survenir dans certains cas rares. Des adhérences peuvent parfois apparaître dans la cavité abdominale.

Que se passe-t-il après l'intervention chirurgicale?

Après l'intervention, la patiente est en phase de réveil suite à l'anesthésie et placée sous surveillance. Si tout se passe bien, la patiente peut quitter l'hôpital après 2 à 3 jours. Après l'opération, toute activité physique intense doit être évitée pendant quelques temps tout comme porter des charges lourdes. Il convient de renoncer aux rapports sexuels pendant quelque temps. Selon la maladie sous-jacente, des visites de contrôle régulières sont nécessaires.

Pour certaines femmes, l'ablation de leur utérus est source de détresse émotionnelle ayant des répercussions sur leur regard vis-à-vis d'elles-mêmes, sur leur couple ou leur vie sexuelle.

Conisation

La conisation est une intervention pouvant être effectuée chez les femmes présentant un cancer du col de l'utérus localement restreint. Lors de la conisation, seul un petit cône du col de l'utérus est retiré. L'intervention peut être effectuée en ambulatoire et se fait sous anesthésie générale, avec accès par voie vaginale. En plus de la conisation, un curetage du col de l'utérus est effectué afin de supprimer les éventuelles cellules cancéreuses. L'intervention dure généralement 30 minutes. En règle générale, la patiente peut quitter l'hôpital le jour-même. Si la conisation permet de retirer tout le tissu cancéreux, il n'est pas nécessaire de recourir à des traitements complémentaires. Après la conisation, des visites de contrôles doivent être effectuées régulièrement. Il convient d'éviter tout effort physique et tout rapport sexuel jusqu'à ce que les plaies soient complètement cicatrisées.

Trachélectomie

La trachélectomie est utilisée chez les femmes jeunes désireuses d'avoir des enfants lorsque la tumeur cancéreuse est déjà grosse, mais restreinte au col de l'utérus. En cas de trachélectomie, les 2/3 de l'utérus sont retirés. Une grossesse est toutefois encore possible après cela. La naissance devra néanmoins se faire par césarienne. La trachélectomie est généralement effectuée par voie basse avec accès par le vagin, et combinée à une laparoscopie. Les préparatifs, la réalisation, les complications et le traitement postopératoire sont similaires à ceux de l'hystérectomie vaginale.

Curetage

Le curetage de l'utérus est effectué en cas de fausse couche ou d'interruption de grossesse. L'intervention a lieu en ambulatoire et généralement sous anesthésie générale. L'hystéroscope servant à explorer l'utérus est introduit dans l'utérus par le vagin. La cavité de l'utérus et le col de l'utérus sont raclés délicatement à l'aide d'une curette. L'intervention dure entre 15 et 30 minutes. En règle générale, la patiente peut quitter l'hôpital le jour-même. Après l'intervention, il convient d'éviter tout effort physique et de renoncer à prendre un bain, faire de la natation ou avoir des rapports sexuels pendant trois semaines.

Centres (3)