Opération en cas de fracture du poignet

Les fractures de l'avant-bras (radius, cubitus) situées à proximité du poignet sont qualifiées de fractures du poignet. Le traitement chirurgical consiste à réduire la fracture et à la stabiliser avec une plaque angulaire ou à la fixer au moyen d'un fixateur externe.

On qualifie de fracture du poignet une fracture des os de l'avant-bras (radius, ulna) située à proximité du poignet. La fracture du radius à proximité du poignet, également appelée fracture distale du radius, représente environ 25 % des fractures chez les adultes. C'est donc la fracture osseuse la plus fréquente. La fracture du radius survient généralement lorsqu'une personne se rattrape avec la main en chutant, reposant de tout son poids sur son poignet.

Les fractures simples du poignet, c'est-à-dire les fractures sans déplacement et sans affection du poignet, peuvent bénéficier d'un traitement conservateur. Si la fracture affecte toutefois le poignet, si la fracture est déplacée ou si des tissus mous sont lésés, le traitement adopté est chirurgical. Pour cela, on utilise des [méthodes d'ostéosynthèse] avec des plaques de métal, des vis ou des broches. Les fractures de l'avant-bras sans affection du poignet sont abordées au chapitre Opération des fractures de l'avant-bras.

Quelles préparations sont effectuées?

Un examen radiographique permet d'identifier la position et l'évolution de la fracture du poignet. Si les os carpiens sont également lésés, une tomodensitométrie ou une IRM sont réalisées.

Avant l'intervention chirurgicale, on applique les mesures générales de routine précédant une opération, c'est-à-dire analyse de sang, mesure de la tension artérielle et ECG. Le patient doit cesser de prendre des médicaments hémostatiques et être à jeun avant l'opération.

Comment se déroule l'opération?

Selon la situation et l'état général du patient, l'opération est pratiquée soit sous anesthésie générale, soit sous anesthésie locale. Si l'intervention chirurgicale est pratiquée sous anesthésie locale, un tranquillisant est administré au patient. Dans ce cas, le patient s'endort souvent pendant l'opération.

La méthode appliquée et les matériaux utilisés pour fixer la fracture dépendent de la localisation et du type de fracture. De nos jours, les fractures du poignet sont le plus souvent traitées par ostéosynthèse avec plaque. Cette méthode consiste à utiliser une plaque angulaire fixant la main dans une position anatomique adaptée et légèrement inclinée. Pour l'opération, l'os fracturé est exposé. La fracture est réduite et la plaque angulaire fixée avec des vis des deux côtés de la ligne de rupture. Si des os carpiens sont cassés, cette fracture est également réduite et les os sont fixés avec des vis ou des broches.

Chez les patients âgés présentant des fractures en-dehors de la surface articulaire, on privilégie fréquemment la technique de fixation par fixateur externe à l'ostéosynthèse avec plaque. Cette méthode, qui consiste à fixer la fracture au moyen d'un châssis métallique extérieur, permet de mieux préserver les tissus mous.

Quel est le taux de réussite du traitement?

Le type de fracture, l'état de l'os et l'état général du patient sont autant de facteurs qui influencent le processus de guérison. Après un traitement chirurgical, les fractures du poignet guérissent bien d'une manière générale. La fixation du poignet dans une position anatomique adaptée est décisive pour le succès de la guérison.

Quels sont les risques ou les complications du traitement?

En règle générale, les opérations des fractures de poignet se déroulent sans complications. Comme pour toutes les opérations, des infections, des lésions nerveuses, des hémorragies ou des caillots de sang peuvent survenir occasionnellement. Dans certains cas rares, la guérison peut être retardée ou une apparition d'arthrose constatée. Un syndrome douloureux régional (maladie de Sudeck) peut également se développer. Chez les enfants, des troubles de la croissance osseuse peuvent survenir.

Que se passe-t-il après l'intervention chirurgicale?

Selon la méthode utilisée, l'opération peut être réalisée en ambulatoire. Parfois, elle nécessite néanmoins une hospitalisation de quelques jours. Des exercices de mobilisation sont pratiqués à un stade précoce pour préserver la mobilité des articulations et des doigts. Une fois la fracture fixée au moyen d'une plaque angulaire, la main est immobilisée avec une attelle pendant 2 à 3 jours. Lorsque l'attelle est retirée, le patient peut généralement bouger la main sans douleur. Le "fixateur externe" et les broches sont enlevées après 6 semaines. En général, la plaque angulaire est laissée en place tant qu'elle ne gêne pas le patient.

Prothèse de poignet

Dans certains cas graves, c'est-à-dire en cas de destruction totale du poignet ou d'arthrose sévère du poignet, il est possible de mettre en place un poignet artificiel (prothèse de poignet). L'indication est toutefois formulée avec réserve, dans la mesure où même une prothèse ne permet pas de rétablir complètement la fonction du poignet.