Opérations des valves cardiaques

Les opérations des valves cardiaques sont pratiquées pour réparer ou pour remplacer les valves cardiaques lésées ou mal formées. Plusieurs méthodes sont utilisées pour réparer ou reconstruire les valves cardiaques.  Pour remplacer les valves, on utilise soit des valves cardiaques artificielles, soit des valves cardiaques animales.

Les valves cardiaques jouent un rôle de soupape dans le cœur. Elles veillent à ce que le sang circule dans la bonne direction lors du pompage effectué par le cœur. Au total, quatre valves cardiaques se chargent de cette tâche: la valve aortique, la valve pulmonaire, la valve mitrale et la valve tricuspide.

Les raisons les plus fréquentes d'une lésion des valves cardiaques sont les calcifications, comparables à une artériosclérose. Les inflammations des valves par des bactéries, des virus ou une maladie rhumatismale sont d'autres causes possibles. Dans certains cas rares, la malformation est congénitale.

Lorsque les valves cardiaques ne s'ouvrent plus suite à une lésion, on parle de sténose valvulaire. Si elles ne se ferment plus complètement, on parle d'insuffisance valvulaire. Dans les deux cas, cela entraîne une fatigue du cœur et une lésion cardiaque à long terme.

Les valves cardiaques endommagées doivent être traitées par opération.  Si une reconstruction s'avère impossible, la valve cardiaque est remplacée. Pour remplacer une valve cardiaque, on peut utiliser des valves cardiaques artificielles mécaniques ou des valves cardiaques biologiques d’origine animale.

Reconstruction des valves cardiaques

La possibilité de reconstruire une valve cardiaque dépend du degré de gravité de la lésion et de la valve concernée. La valve tricuspide et la valve mitrale peuvent le plus souvent bénéficier d'une reconstruction.

Selon le type de lésion de la valve, il existe plusieurs méthodes de reconstruction des valves cardiaques.

Réparation des ligaments

Remplacement ou raccourcissement des ligaments distendus ou affaiblis de la valve.

Valvuloplastie à ballonnet

Pratiquée en cas de sténose valvulaire. Un ballonnet est inséré via un cathéter cardiaque jusqu'à la valve malade pour ouvrir la valve rétrécie.

Décalcification

Élimination de la calcification dans les cuspides de la valve.

Commissurotomie

Séparation des cuspides de la valve lorsqu'elles sont enflées ou soudées entre elles.

Patch

Fermeture d'un orifice ou d'une déchirure dans une valve à l'aide d'une membrane.

Annuloplastie

Implant en forme d'anneau améliorant la tension des cuspides de la valve.

Valves cardiaques artificielles

Les valves cardiaques mécaniques artificielles sont composées d'un noyau en graphite durci entouré d'un anneau en polyester. Il existe différents modèles. Le modèle le plus fréquemment utilisé est équipé d'une valve artificielle à deux cuspides. Les valves artificielles sont très fiables et ont une durée de vie très longue, voire pratiquement illimitée. C'est pourquoi on les utilise chez les patients jeunes. Les valves cardiaques mécaniques modernes ne réagissent pas aux champs magnétiques et ne posent donc aucun problème en cas d'IRM (imagerie par résonance magnétique).

Valves cardiaques biologiques

Les valves cardiaques biologiques sont d’origine animale. D'une manière générale, il en existe de deux types différents. La valve porcine, fabriquée à partir de cuspides aortiques de porcs, et la valve bovine, fabriquée à partir du péricarde de bœufs. Les valves biologiques subissent un traitement chimique pour éviter un rejet par le système immunitaire. Comparées aux valves cardiaques artificielles, les valves cardiaques biologiques ont une durée de vie limitée et doivent être remplacées après environ 12 ans. C'est pourquoi les valves cardiaques biologiques sont de préférence implantées aux patients âgés.

Les homogreffes, qui sont des greffes de valves cardiaques prélevées sur des cadavres humains en cas de don d'organes, constituent des cas spéciaux. Leur durée de vie est supérieure à celle des valves cardiaques porcines ou bovines. N'étant disponibles que dans une moindre mesure, et la technique opératoire étant très coûteuse, les homogreffes ne sont utilisées que dans le cadre d'indications spéciales, par exemple chez les enfants.

Quelles préparations sont effectuées?

Le remplacement des valves cardiaques, qu'il s'agisse de valves cardiaques mécaniques ou biologiques, est généralement pratiqué sous forme d'opération à cœur ouvert. Par conséquent, l'intervention chirurgicale a lieu sous anesthésie générale. Les examens pratiqués avant l'opération sont les examens de routine, c'est-à-dire ECG, mesure de la tension artérielle et analyse de sang. Si le patient prend des anticoagulants, il doit cesser de les prendre avant l'opération. Le patient est généralement hospitalisé la veille de l'opération. Pour l'opération, le patient doit être à jeun.

Pour les patients âgés et gravement malades présentant un risque opératoire élevé, il existe depuis quelques années une solution alternative aux opérations à cœur ouvert: l'intervention chirurgicale par cathéter. Cette méthode consiste à insérer la valve biologique repliée via un cathéter cardiaque.

Les informations suivantes concernent l'opération à cœur ouvert.

Comment se déroule l'opération?

L'accès au cœur a lieu par section du sternum. Pour l'opération, le cœur est arrêté à l'aide d'une solution spéciale (cardioplégie) et la circulation est maintenue au moyen d'une machine cœur-poumon. On commence par exciser la valve cardiaque malade, puis on détermine la taille adéquate pour la valve de remplacement et on l'insère. Une fois la solution cardioplégique rincée, le cœur recommence à battre spontanément. La fonction de la nouvelle valve cardiaque est contrôlée directement en salle d'opération par échographie transœsophagienne (via l'œsophage).

Si tout fonctionne de nouveau correctement, la cage thoracique est refermée. En règle générale, l'intervention dure 2 à 3 heures.

Depuis quelques années, un accès minimalement invasif par mini-thoracotomie sans sectionner le sternum ni ouvrir la cage thoracique s'est établi. Cette méthode vidéo-assistée est surtout utilisée pour remplacer la valve mitrale.

Quel est le taux de réussite du traitement?

Les résultats à long terme pour les valves mécaniques sont excellents. Les valves fonctionnent généralement toute une vie et n'ont plus besoin d'être remplacées. Les valves biologiques se calcifient au fil du temps et doivent être remplacées au bout d'environ 12 ans.

Quels sont les risques ou les complications du traitement?

D'une manière générale, les complications après les opérations des valves cardiaques sont rares. Comme pour toutes les opérations, néanmoins, des complications comme des infections, des lésions de nerfs, des hémorragies ou des caillots de sang (thromboses) peuvent survenir dans des cas exceptionnels.

Que se passe-t-il après l'intervention chirurgicale?

Après la pose d'une valve cardiaque artificielle, le patient doit prendre des anticoagulants toute sa vie. Ceci s'accompagne d'un risque accru de saignement, néanmoins à peine plus élevé chez un patient respectant rigoureusement son traitement et évitant tout risque de saignement supplémentaire que chez un patient en bonne santé non opéré. À part les trois premiers mois suivant l'opération, la pose de valves cardiaques biologiques ne nécessite pas de prise d'anticoagulants. Il convient d'éviter de porter des charges lourdes et de faire des efforts physiques importants jusqu'à ce que les plaies soient complètement cicatrisées. Après l'opération, la fonction cardiaque est contrôlée régulièrement pendant un certain temps.  Pour prévenir une infection, des antibiotiques sont prescrits pendant un certain temps. Plus tard, en cas de risque d'infection, par exemple dans le cadre d'un soin dentaire, un traitement antibiotique préventif est conseillé.

Centres (4)