Imagerie par résonance magnétique (IRM)

L'imagerie par résonance magnétique est une méthode d'imagerie en coupe qui offre une vue, sans superposition et précise, de l'intérieur du corps. Pour ce faire, l'IRM n'utilise ni rayons X ni rayons ionisants, mais uniquement des champs magnétiques et des ondes radio. Pour améliorer l'image, un produit de contraste est parfois administré au patient avant l'examen. Dans le cas d'une IRM, seuls les atomes d'hydrogène de charge positive dans le corps sont représentés. En conséquence, l'IRM fournit des images particulièrement précises de tissus contenant de l'eau et de parties molles tels que les organes internes, les cartilages articulaires, les tendons, le tissu conjonctif ou la musculature.

 

Elle est également largement utilisée dans l'imagerie cérébrale et dans le diagnostic du cancer. Elle n'est par contre pas utilisée chez les patients porteurs de stimulateurs cardiaques d'ancienne génération.

 

Questions fréquentes relatives à l'examen

IRM DE LA TÊTE

À l'heure actuelle, l'IRM est la technique d'imagerie la plus probante pour l'examen du cerveau et des sinus de la face. On a souvent recours à l'IRM quand la tomodensitométrie (CT scan) ne fournit pas des images assez précises et qu'il s'agit de confirmer un diagnostic présumé en cas de suspicion d'une tumeur cérébrale ou d'autres pathologies cérébrales, telles qu'une sclérose en plaques ou une méningite. Lors de blessures accidentelles des parties molles de la tête, l'IRM fournit également les images les plus fiables qui soient pour examiner les tuméfactions. Lors d'un diagnostic présumé dans la région des sinus de la face – tel que des inflammations ou des tumeurs – l'IRM a l'avantage de pouvoir être réalisée sans émission de rayons. Par conséquent, ni les yeux ni d'autres organes ne sont exposés au rayonnement.

IRM DES VAISSEAUX DE LA TÊTE ET DU COU

L'IRM est la technique d'imagerie privilégiée en cas de suspicion de rétrécissement ou d'oblitération (occlusion) des vaisseaux cérébraux et des vaisseaux du cou. Des rétrécissements et des oblitérations de ce type sont susceptibles d'entraîner une altération des fonctions cérébrales pouvant aller jusqu'à des micro-infarctus et des AVC. Mais l'IRM n'est pas uniquement utilisée pour l'évaluation préventive des vaisseaux cérébraux. Au contraire, le traitement d'un AVC s'est également grandement amélioré grâce à l'utilisation de l'IRM, car celle-ci permet d'établir, peu après un infarctus, une distinction fiable entre le tissu ischémique et le tissu déjà nécrosé. On peut ainsi, le cas échéant, identifier du tissu cérébral qui peut encore être sauvé.

IRM DU COU

Une IRM du cou permet avant tout d'approfondir des diagnostics présumés – par exemple lorsque des images échographiques ne peuvent pas expliquer de manière concluante une tuméfaction au niveau du cou. Les images précises et très contrastées que l'IRM fournit à nos spécialistes permettent un examen précis des anomalies au niveau des ganglions lymphatiques, de l'œsophage ou de la thyroïde.

IRM DU CŒUR

L'IRM du cœur offre une image détaillée de l'état anatomique et de la capacité fonctionnelle du cœur, sans intervention invasive ni exposition au rayonnement, et ce dans le cadre d'un examen. La fonction de pompe du cœur, le mouvement de la paroi du cœur, ainsi que les coronaires et le muscle cardiaque sont reproduits précisément.


L'IRM du cœur sert tant à la détection précoce d'un infarctus du myocarde qu'à son traitement. Il n'existe actuellement pas de technique d'imagerie plus précise qu'une IRM cardiaque pour établir une distinction aussi nette entre du tissu sain et du tissu cicatriciel ou un muscle cardiaque avec une mobilité diminuée. Cela vaut également pour les affections inflammatoires du muscle cardiaque (myocardites), qui peuvent évoluer de manière anodine, mais également déclencher des troubles du rythme cardiaque potentiellement mortels. L'IRM montre directement les zones d'inflammation du muscle cardiaque, et ce comme aucune autre méthode ne peut le faire.

IRM DES SEINS CHEZ LA FEMME

Le cancer du sein (carcinome mammaire) est le cancer le plus fréquent chez la femme. C'est pourquoi l'imagerie du sein chez la femme vise presque toujours à examiner l'éventualité d'un cancer du sein. La principale méthode d'examen est la mammographie, c'est-à-dire la radiographie des seins. L'imagerie par résonance magnétique (IRM) n'intervient que lorsque le diagnostic présumé de cancer du sein n'a pas pu être éliminé, mais a au contraire été confirmé par la mammographie et une échographie.

 

En cas de diagnostic de cancer du sein, l'IRM sert à déterminer la taille exacte de la tumeur et à exclure la présence de foyers multiples et d'une infiltration de la paroi thoracique. L'IRM joue également un rôle important lors du suivi d'un cancer du sein parce qu'il s'agit de la manière la plus précise d'identifier le développement de tumeurs susceptibles d'entraîner des lésions des tissus.

IRM DU BASSIN CHEZ LA FEMME

Une imagerie par résonance magnétique (IRM) du bassin de la femme sert en particulier à l'examen de l'utérus et des ovaires, par exemple en cas d'augmentations d'origine incertaine du volume de ces organes. Elles peuvent indiquer la présence de tumeurs bénignes – comme les myomes, qui sont fréquents dans le myomètre (muscle utérin). Mais il peut également s'agir d'une tumeur maligne. L'IRM fournit des informations importantes en vue de la planification thérapeutique éventuelle et du suivi. Grâce aux images précises fournies par cette technique d'imagerie, les spécialistes peuvent apprécier le stade d'une tumeur, sa taille, la profondeur d'infiltration et sa position par rapport aux organes adjacents.

IRM DES ORGANES ABDOMINAUX

Lorsqu'il s'agit d'étudier plus en détail le diagnostic présumé d'une tumeur dans les organes de l'abdomen, l'imagerie par résonance magnétique (IRM) peut souvent, grâce à l'utilisation de produits de contraste spécifiques, fournir des informations plus probantes que la tomodensitométrie (CT scan). Ainsi, elle s'est aujourd'hui largement établie dans la représentation des voies biliaires, du pancréas, du foie et des reins. Mais l'IRM sert également à réaliser un examen approfondi en cas de fistules dans la région de l'intestin grêle ou de l'anus.

IRM DES VAISSEAUX

L'imagerie par résonance magnétique (IRM) est la meilleure méthode d'examen non invasive des vaisseaux et de leurs modifications pathologiques – c'est-à-dire sans cathéter et sans risque de léser les tissus. Par rapport au diagnostic radiologique, l'IRM est également non agressive, dans la mesure où elle est réalisée sans émission de rayons.

Elle permet d'obtenir des représentations tridimensionnelles de différents territoires vasculaires, jusqu'à l'ensemble du système artériel de l'organisme (angiographie de l'ensemble du corps humain). Elle fournit des renseignements sur les principales artères de toutes les régions du corps, par exemple sur les vaisseaux de la tête et du cou, de la cage thoracique et de l'abdomen, ou les vaisseaux du bassin et des jambes. Ces images permettent par exemple de détecter ou d'exclure des dilatations (anévrismes) ou des rétrécissements des artères (sténoses), des caillots sanguins (thromboses) ou des oblitérations (occlusions) dangereuses des vaisseaux.

IRM DE LA PROSTATE

L'IRM de la prostate est la méthode la plus précise qui soit pour établir un diagnostic de cancer de la prostate, qui est dorénavant la tumeur maligne la plus courante chez les hommes. L'avantage de l'IRM, par rapport à d'autres techniques d'imagerie, réside dans le fait qu'elle permet de mieux distinguer les différents types de tissu sans avoir à ponctionner à l'aide d'une aiguille. Dans le cas de l'IRM de la prostate, on combine une sonde de surface avec une sonde endorectale. Cette sonde d'IRM est introduite délicatement et de manière indolore dans le rectum du patient, puis positionnée de manière à être située directement à l'arrière de la prostate et à servir, en quelque sorte, de loupe. On peut ainsi obtenir une représentation de la modification de l'organe à un niveau de précision très élevé.

Les données obtenues à partir de l'afflux de produit de contraste dans la prostate – une composante récurrente de l'IRM de la prostate – permettent une différenciation plus poussée entre des modifications bénignes, généralement inflammatoires, et un foyer de cancer dans la prostate. De plus, chez les patients dont le taux de PSA (antigène prostatique spécifique) est élevé, l'IRM de la prostate peut être un outil précieux pour détecter au plus tôt les moindres modifications tissulaires. Même dans le cas où un prélèvement de tissu a déjà été réalisé (biopsie) et qu'aucune tumeur n'a pu être mise en évidence, alors que les taux de PSA continuent à grimper, une IRM de la prostate peut fournir des informations sur les causes éventuelles. Si une tumeur de la prostate a été diagnostiquée à la suite d'une biopsie, l'IRM permet d'analyser la tumeur (staging). Ces données servent ensuite de base à la décision thérapeutique.

IRM DE L'APPAREIL LOCOMOTEUR

Chez l'être humain, l'appareil locomoteur est essentiellement composé du squelette, des muscles, des cartilages, des tendons et des ligaments. Tandis que les structures osseuses peuvent également être représentées par la radiographie ou la tomodensitométrie (CT scan), la force de l'imagerie par résonance magnétique (IRM) réside dans la représentation des parties molles et de la moelle osseuse. Les structures cartilagineuses et ligamentaires peuvent, par exemple, être représentées par une IRM avec une excellente résolution. 
Les examens IRM classiques concernent également les articulations. Dans ce cas, les images aident par exemple à vérifier la présence de lésions ou de déchirures du ménisque ou à examiner les structures ligamentaires de l'épaule. Un autre domaine d'utilisation important de l'IRM est l'exploration d'inflammations dans le tissu musculaire, les tendons ou les os (par exemple une ostéomyélite). Elle permet également d'identifier des tumeurs tant dans les os que dans les parties molles de l'appareil locomoteur et de mesurer exactement leur taille. Des fractures de fatigue qui s'étendent exclusivement dans la moelle osseuse ou des fractures dues à l'ostéoporose ne sont bien souvent visibles qu'à l'IRM.

IRM DE LA COLONNE VERTÉBRALE

L'imagerie par résonance magnétique (IRM) est la méthode d'examen de choix en cas de dorsalgies (douleurs localisées au dos) chroniques. Elle permet de représenter de manière précise toutes les structures situées dans la zone de la colonne vertébrale: disques intervertébraux, racines nerveuses, structures de la moelle épinière, corps vertébraux et articulations intervertébrales. Une IRM est indiquée en cas de dorsalgies d'origine incertaine, de hernies discales, ainsi que de douleurs dans la région de la colonne vertébrale après un accident. Les pathologies ou les tumeurs de la moelle épinière, les infections et les inflammations des vertèbres sont normalement explorées par une IRM.

BIOPSIES GUIDÉES PAR IRM

Il arrive parfois que les images ne suffisent pas à clarifier suffisamment des résultats incertains. Les biopsies sont utiles dans ce cas: le prélèvement d'un échantillon de tissu dans l'organe atteint, suivi de son analyse, peut permettre d'approfondir les résultats. On peut ainsi déterminer la malignité des tumeurs. Pour que le prélèvement de tissu se fasse exactement à l'endroit indiqué, la ponction est associée à une technique d'imagerie telle que la tomodensitométrie (CT scan), l'échographie ou l'IRM, justement. Les biopsies guidées par IRM sont par exemple indiquées quand un foyer ne peut pas être délimité par tomodensitométrie ou échographie – p. ex. quand un taux élevé de PSA et un résultat échographique suspect suggèrent l'existence d'un cancer de la prostate. Un échantillon de tissu prélevé ultérieurement peut non seulement confirmer ou réfuter un tel diagnostic présumé, mais également fournir les bases de la planification du traitement en cas de résultat positif. Ainsi, la biopsie de la prostate guidée par IRM est à ce jour le moyen le plus important et le plus sûr de détecter un cancer de la prostate et d'évaluer son degré de malignité. D'autres biopsies guidées par IRM jouant un rôle important concernent le sein, lorsqu'un foyer cancéreux a été détecté, ainsi que le foie, quand une modification sous forme de foyer y a préalablement été observée. Les biopsies sont généralement réalisées sous anesthésie locale ou sous légère sédation (calmant). Ceci assure l'immobilité absolue du patient. Ainsi, les zones les plus petites peuvent être ponctionnées en toute sécurité.

QUESTIONS RELATIVES À L'EXAMEN

Comment puis-je me préparer à l'examen? 

En raison des puissants champs magnétiques, vous ne devez porter aucun objet métallique tel que bagues, piercings, chaînes ou bracelets de montre pendant une IRM. On vous demandera aussi si vous avez un stimulateur cardiaque, un neurostimulateur ou des stents, des clips en tous genres, des prothèses de hanche ou de genou, ou une valve cardiaque artificielle. De plus, la qualité de l'image est fortement altérée par les objets métalliques. C'est pourquoi, le jour de l'examen, on vous priera de renoncer au maquillage, aux ombres à paupières et aux lotions corporelles scintillantes, car ils contiennent souvent de minuscules particules de métal.

Vous devrez également nous indiquer si vous êtes enceinte ou si vous souffrez de claustrophobie (phobie des lieux clos) aiguë.

 

Comment se déroule l'examen?

Un technicien en radiologie médicale viendra vous chercher dans la salle d'attente et vous accompagnera au vestiaire. Vous y déposerez vos vêtements, sauf vos chaussettes et votre slip, ainsi que tous vos bijoux, piercings, épingles à cheveux, etc. Vous pourrez déposer vos bijoux et vos objets de valeur au vestiaire, dans un casier.

On vous donnera un peignoir et, si vous le souhaitez, une couverture supplémentaire. Une IRM dure de 20 à 45 minutes. Pendant ce laps de temps vous serez, en fonction de l'examen prescrit, allongé(e) sur le dos ou sur le ventre, dans un tube clair et bien ventilé. L'examen est accompagné de forts bruits de cognement; c'est pourquoi nous vous remettrons des bouchons d'oreille ou un casque. Vous ne devez absolument pas bouger, afin que nous obtenions une qualité d'image optimale. Vous serez constamment en contact avec un professionnel, par le biais d'un microphone et d'un haut-parleur. De plus, nous vous remettrons une sonnette, avec laquelle vous pourrez à tout moment nous appeler.

En fonction du type d'examen, nous devrons peut-être vous injecter un produit de contraste dans la veine du bras. Celui-ci est en général bien toléré et n'influencera pas le déroulement de votre journée. Après l'IRM, un radiologue étudiera les images ainsi obtenues et les transmettra ensuite au médecin référent accompagné d'un compte rendu écrit.

Version mobile >>.*(android.+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows (ce|phone)|xda|xiino).*1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|e\-|e\/|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(di|rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|xda(\-|2|g)|yas\-|your|zeto|zte\-