Questions fréquentes

Dans combien de temps pourrai-je commencer les séances?

Naturellement le plus tôt possible. Dès que l’objectif et le type du traitement ont été fixés avec le médecin traitant et que le patient est inscrit définitivement, nous faisons tout notre possible pour vous intégrer dans le programme de traitement dans l’espace de 5 jours ouvrés. Il n’y a pas de temps d’attente de plusieurs semaines.

Quelle est la durée d’une séance d’irradiation et combien de fois dois-je venir?

Il n’y a pas de réponse générale à cette question. En fonction du type de tumeur, de sa localisation et de son extension, des schémas de traitement différents sont utilisés. Une radiothérapie ayant pour objectif d’éliminer la tumeur ou d’empêcher son retour après une opération est réalisée normalement durant 4 à 6 semaines, en général une fois par jour alors que les rayons ne sont appliqués que pendant 1 ou 2 minutes sur la tumeur. Le positionnement exact du patient et le réglage de l’accélérateur linéaire demandent plus de temps. Au total, le séjour à l’institut pour une séance de radiothérapie normale dure 15 à 20 minutes par jour.

Qui s’assure que la dose est correcte?

L’institut de radiothérapie avec ses employés hautement qualifiés. Les processus sont définis précisément. La procédure commence chaque jour avant le traitement du premier patient par l’étalonnage des appareils. Tous les nouveaux plans sont en outre présentés quotidiennement lors de la réunion de l’institut et évalués une nouvelle fois par tous les employés de façon critique. Un plan thérapeutique est élaboré pour chaque patient avant de commencer une série de séances. Dans ce cadre, le médecin définit l’endroit (volume d’irradiation), la dose (dose totale) et le nombre de séances (doses unitaires) d’irradiation. Ensuite, ce plan est calculé par l’équipe de planification et contrôlé par les physiciens et les médecins. Ce contrôle doit être visé dans le dossier médical du patient (dossier électronique du patient). Aucune radiothérapie n’est faite en l’absence de ce contrôle. Les paramètres d’irradiation sont ensuite transmis électroniquement à l’accélérateur linéaire. Lors de la première séance, les patients sont de nouveau contrôlés par le TRM, le physicien et le médecin. Sans la confirmation que tout est en ordre, il n’est pas possible de lancer un traitement. De même, une irradiation dépassant la dose définie initialement par le médecin est exclue.

Qu’est-ce qui peut être soumis à une radiothérapie?

D’un point de vue technique, chaque tumeur dans chaque partie du corps peut être irradiée. D’un point de vue théorique, chaque tumeur peut être stérilisée avec une dose suffisamment forte. Les limites à ne pas dépasser pour éviter des effets indésirables graves et mettant en jeu le pronostic vital résultent de la tolérance des tissus sains irradiés par la même occasion. Avant d’envoyer des rayons ionisants dans l’organisme, une analyse claire des risques et des bénéfices est nécessaire. Un traitement ne doit être commencé que si les avantages prédominent nettement. Une indication claire et prise à la suite d’une consultation interdisciplinaire est donc obligatoire avant le démarrage du traitement. Eventuellement, il peut être nécessaire de réaliser des examens supplémentaires de stadification avant la décision définitive.

Quels sont les effets indésirables?

Chaque traitement entraîne des effets indésirables. La radiothérapie est cependant connue et crainte à cause de ses graves conséquences. Tout le monde connaît quelqu’un qui a beaucoup souffert pendant et surtout après les séances d’irradiation. Toutefois, la radiothérapie moderne est meilleure que sa réputation. D’énormes progrès ont été obtenus grâce à des techniques d’irradiation plus précises, à une meilleure protection des organes présentant un risque mais aussi à des soins plus intensifs pendant et après la thérapie. Par exemple, il n’y a pratiquement plus de brûlures de la peau alors qu’elles étaient très courantes auparavant. A l’inverse, les thérapies toxiques et agressives (par exemple dans le cadre d’une chimiothérapie associée simultanément à une radiothérapie) renforcent souvent les effets indésirables. En outre, la peau et les muqueuses réagissent de façon individuelle et cette réaction ne peut pas être estimée avant le début de la thérapie. Il est donc très important de procéder à des contrôles réguliers par un spécialiste pendant et immédiatement après la thérapie.

S’il n’y a chance de guérison, faut-il tout de même faire une radiothérapie?

La radiothérapie joue aussi un rôle dans le cadre des traitements palliatifs. Dans ce cas, il ne s’agit plus de guérir le patient mais de calmer ses symptômes (tels que la douleur) et d’améliorer sa qualité de vie. En particulier pour les douleurs causées par des métastases osseuses, la radiothérapie peut mener relativement rapidement et sur une longue période (souvent jusqu’à la fin de la vie) à l’absence de douleur ou tout au moins à une réduction significative. La radiothérapie joue également un rôle important dans le traitement des métastases cérébrales.

Je suis assuré en division commune, quelle est la situation au niveau de la couverture des coûts?

La radiothérapie est une thérapie reconnue et est remboursée par toutes les caisses en tant que prestation obligatoire. Les coûts liés à un traitement en ambulatoire (près de 90% des cas) sont donc remboursés, moins la franchise et la quote-part) même en l’absence d’une assurance complémentaire.

Quand les accélérateurs linéaires et le système CyberKnife sont-ils utilisés?

Avec l’accélérateur linéaire, pratiquement tous les types de tumeurs peuvent être traités indépendamment de leur taille. L’accélérateur linéaire peut seulement se déplacer autour du corps en restant dans le même plan. Plusieurs séances sont nécessaires pour éviter d’endommager la peau et les tissus sous-cutanés. Avec le système CyberKnife, ce sont essentiellement de petites tumeurs nettement délimitées où celles qui se trouvent dans des endroits difficilement accessibles qui sont traitées. Le bras pivotant permet d’irradier la tumeur à partir de directions différentes. L’appareil est aussi utilisé pour les tumeurs qui se trouvent à l’intérieur ou à proximité de structures sensibles ou qui se déplacent en suivant le rythme de la respiration.

Dispose-t-on d’une expérience suffisante dans l’utilisation de cette technologie?

La radiochirurgie est une méthode qui existe depuis 1968. Le système CyberKnife est une évolution logique de la radiochirurgie. Il a été utilisé pour la première fois en 1990 et a depuis lors été constamment amélioré. Dans le monde entier, près de 40 000 patients ont déjà été traités par cette technologie.

Quelle est la différence entre le système CyberKnife et les autres systèmes radiochirurgicaux?

La radiochirurgie s’est longtemps limitée au traitement des tumeurs cérébrales. En outre, il fallait fixer la tête du patient dans un masque rigide pour éviter tout mouvement pendant le traitement. C’était la seule façon d’envoyer de fortes doses dans le tissu cancéreux tout en protégeant les tissus sains et sensibles avoisinants. Les masques ne sont pas seulement une source d’inconfort pour le patient, ils limitent aussi le nombre des angles d’approche pouvant être utilisés pour l’irradiation. Le système CyberKnife est le premier et l’unique système robotisé intelligent de radiochirurgie qui peut suivre et compenser en permanence les déplacements du patient et de la tumeur pendant toute la durée du traitement en combinant le guidage par imagerie avec la robotique assistée par ordinateur. Ce système est capable de viser toutes les parties du corps et de les irradier avec une extrême précision de moins d’un millimètre. C’est pourquoi, il est particulièrement adapté au traitement des tumeurs dans ou près de la tête, dans la colonne vertébrale, les poumons, la prostate, le pancréas, le foie et les reins. Grâce à la grande précision du système CyberKnife, il est possible de ne pas utiliser de masque pour la tête ou le corps.

Comment se déroule une séance avec le CyberKnife et combien de temps dure-t-elle? Combien de séances sont nécessaires?

Au préalable, la position du tissu cancéreux est déterminée par des procédures d’imagerie médicale (par exemple la tomodensitométrie) et les données recueillies sont utilisées pour planifier l’irradiation de précision. Le traitement radiochirurgical lui-même dure 30 à 90 minutes. Le traitement peut être réalisé en une seule séance ou bien être réparti sur jusqu’à 5 sessions. Un examen de contrôle est réalisé au bout de 4 à 6 mois.

Quels sont les avantages d’un traitement avec le CyberKnife?

  • Avec le système CyberKnife, même les patients possédant des tumeurs qui ne pouvaient pas être opérées peuvent maintenant être traités. De même, les patients qui refusent une opération chirurgicale profitent de cette nouvelle opportunité de traitement.
  • L’irradiation est totalement automatisée. Les déplacements du patient et de la tumeur sont détectés et compensés en continu.
  • Avec le système CyberKnife, une dose de radiation forte peut être administrée avec une précision au millimètre près jamais vue jusqu’à présent. De cette façon, les tissus sains sont préservés au mieux.
  • Le traitement avec le système CyberKnife est sans douleur et se déroule sans anesthésie. Les risques de la chirurgie traditionnelle telles que les infections, les saignements ou la destruction mécanique de structures sensibles n’existent pas.
  • Les traitements CyberKnife se font en ambulatoire, une hospitalisation n’a pas lieu d’être et un temps de convalescence n’est pas nécessaire. Les patients peuvent reprendre leurs activités quotidiennes immédiatement après le traitement.
  • En raison de l’absence de cadre sur le corps et des désagréments qui lui sont associés, le traitement CyberKnife est plus confortable que les traitements conventionnels de radiochirurgie.
  • Le traitement peut être réalisé en une seule séance ou, suivant les indications médicales, être réparti sur cinq sessions maximum.
Version mobile >>.*(android.+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows (ce|phone)|xda|xiino).*1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|e\-|e\/|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(di|rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|xda(\-|2|g)|yas\-|your|zeto|zte\-