Le travail

Pendant la grossesse, il est préférable d’éviter certaines activités: en particulier, tous les travaux comportant un risque de chute ou de blessure, et tout ce qui vous stresse ou vous fatigue à l’excès. Hormis cela, si vous vous sentez bien, vous pouvez effectuer toutes les autres tâches comme d’habitude.

 

Néanmoins, vous devriez peut-être apprendre à en déléguer quelques-unes, car la grossesse est également une formidable occasion de s’écouter un peu plus et de prendre au sérieux ses propres besoins.

 

Obligation d’informer

Selon la loi, vous êtes tenue d’informer votre employeur de votre grossesse dès que vous vous savez enceinte. Cette disposition ne stipulant aucun délai précis, vous êtes libre de décider du moment où vous informerez votre patron.

 

Le quatrième mois est le moment le mieux approprié à un entretien avec votre patron. En effet, après les douze premières semaines, les risques de fausse couche sont devenus minimes. En outre, l’employée et l’employeur ont le temps de s’adapter à la nouvelle situation et de planifier les cinq derniers mois de grossesse et la suite.

 

Protection de la femme enceinte et de la jeune mère

Cette protection s’applique dès que vous avez informé votre patron de votre grossesse. Les dispositions légales sont consignées dans la Loi sur le travail (LTr) et le Code des obligations (OR).

  • Protection contre le licenciement: après la période d'essai, il existe pour l'employeur une interdiction de licenciement pendant la grossesse, qui se prolonge jusqu'à seize semaines après l'accouchement.
  • Interdiction de travailler: une employée doit respecter l'interdiction de travailler pendant les huit semaines qui suivent l'accouchement, sans avoir à fournir de certificat médical à son employeur. Ensuite, elle est en droit de ne pas reprendre son travail si elle le souhaite.
  • Obligation de paiement du salaire: la durée de l’obligation de paiement du salaire (congé maternité payé) par l’employeur doit être différenciée de celles des interdictions de licencier et de travailler. La durée de l’obligation de paiement du salaire dépend du nombre d’années de service.
  • Assurance indemnités journalières: cette assurance doit être conclue avant la grossesse. Le paiement des indemnités journalières s’étend sur seize semaines, dont huit au moins doivent être prises après l’accouchement.
  • Télécharger l’aide-mémoire relatif à la protection des travailleuses en cas de maternité (seco)

 

Assurance maternité

Depuis le 1er juillet 2005, la loi a uniformisé l’assurance maternité. Aux termes de la nouvelle législation ont droit à l’allocation maternité toutes les femmes exerçant une activité lucrative qui ont été assurées obligatoirement au sens des dispositions de la LAVS40 durant les neuf mois précédant l’accouchement, et qui ont, au cours de cette période, exercé une activité lucrative durant cinq mois au moins.

 

Après l’accouchement, la jeune mère perçoit 80 % de son revenu moyen avant la naissance (maximum 172 francs par jour) pendant quatorze semaines. Le droit à l’allocation prend fin avant ce terme si la mère reprend une activité lucrative.