Pathologies

Le Centre de gastro-entérologie de la Clinique des Tilleuls, prend en charge les patients présentant des troubles de l’appareil gastro-intestinal et traite les organes concernés tels que la vésicule biliaire, le pancréas et le foie. Les principaux domaines de traitement de la gastro-entérologie sont le cancer du côlon, les ulcères de l’estomac, les hémorroïdes, la jaunisse (par exemple en cas d’hépatite) et les maladies intestinales inflammatoires comme la maladie de Crohn. Selon la pathologie, il existe différentes méthodes de traitement au choix.

Cancer du côlon

Définition

Les cancers du côlon (carcinome du côlon) et du rectum (carcinome du rectum) sont regroupés sous l’appellation de cancer colorectal. Ils se manifestent par des proliférations malignes se développant au niveau de la muqueuse. En cas de dépistage précoce et de traitement adapté, les chances de guérison sont grandes..

Symptômes

Dans les stades préliminaires et au stade précoce, le cancer du côlon est asymptomatique et évolue en silence. Entre l’apparition des premiers signes évocateurs et l’évolution du carcinome, 5 à 10 ans peuvent s’écouler. C’est pourquoi la coloscopie est primordiale à partir de 50 ans pour garantir le dépistage. S’il existe des antécédents familiaux de cancer du côlon, la première coloscopie est préconisée 10 ans avant l’âge auquel le parent est tombé malade.

  • Premiers signes les plus fréquents : changement des habitudes de défécation (alternance d’épisodes de diarrhée et de constipation), selles involontaires
  • Présence de sang dans les selles ; bien souvent, le sang n’est toutefois pas visible car les quantités sont minimes
  • Douleurs abdominales, ballonnements
  • Perte d’appétit, amaigrissement, fatigue
  • Anémie due aux pertes de sang passant inaperçues
  • Des tumeurs peuvent entraîner une occlusion intestinale (urgence)

Diagnostic du cancer du côlon

Le cancer du côlon peut être dépisté à l’aide des examens suivants:

  • Coloscopie
  • Échographie

Traitement du cancer du côlon

Le dépistage de la maladie est d’importance cruciale pour permettre une guérison.

  • Sur le plan chirurgical : le plus souvent, une guérison du carcinome colorectal nécessite l’ablation de l’intégralité des tumeurs et des ganglions lymphatiques. Dans de rares cas, selon l’étendue et la localisation du carcinome, la pose d’un anus artificiel peut s’avérer nécessaire. Il est bien souvent temporaire et pourra ensuite être retiré après cicatrisation de l’opération.
  • Radiothérapie : avant et après l’opération dans le cas de certaines tumeurs et selon leur stade.
  • Chimiothérapie : après l’opération. Est également envisagée lorsque le patient présente une tumeur de stade avancé ne pouvant pas être traitée ou si le patient ne souhaite plus subir d’opération ou encore lorsque l’intervention ne peut être envisagée car trop risquée.

Plus d'informations sur le cancer du côlon

Ulcère de l’estomac

Définition

L’ulcère est une altération de la muqueuse de l’estomac ou de l’intestin grêle. Dans les cas de gravité moindre, seule la muqueuse superficielle est altérée. Dans les cas plus graves, l’altération touche la paroi de l’estomac et entraîne une perforation de l’estomac avec hémorragie aiguë.

Diagnostic d’un ulcère de l’estomac

L’ulcère de l’estomac peut être diagnostiqué à l’aide des examens suivants :

  • gastroscopie
  • prélèvement de tissu (biopsie) afin d’exclure un cancer de l’estomac
  • mise en évidence de la bactérie Helicobacter pylori avec un test respiratoire, une analyse de sang ou une biopsie.

Traitement d’un ulcère de l’estomac

  • traitement médicamenteux
  • hémostase endoscopique

Plus d'informations sur l'ulcère de l'estomac.

Reflux gastrique

Définition

Le reflux gastro-œsophagien (RGO) ou encore reflux gastrique, désigne les remontées de suc gastrique acide de l’estomac vers l’œsophage.

Symptômes

En règle générale, les symptômes se manifestent une demi-heure à 3 heures après le repas ou en position allongée. Selon l’intensité du reflux, les symptômes sont passagers ou persistants.

  • Renvois acides
  • Brûlures d’estomac
  • Douleurs derrière le sternum ou dans la partie supérieure de l’abdomen (aigreurs d’estomac)

Dans certains rares cas, la remontée de suc gastrique peut entraîner une irritation des poumons et de la gorge. Conséquence : pneumonie, toux chronique, asthme, enrouement, sensation de corps étranger dans la gorge ou érosion dentaire.

Diagnostic du reflux gastrique

Le reflux peut être diagnostiqué à l’aide des examens suivants :

  • gastroscopie
  • mesure de l’acidité et de la pression

Traitement du reflux gastrique

  • Traitement médicamenteux
  • Changement d’habitudes alimentaires

Plus d'informations sur le reflux gastrique.

Maladie de Crohn

Définition

Cette maladie inflammatoire chronique intestinale peut toucher l’ensemble de l’appareil digestif, de la cavité buccale à l’anus. Le plus souvent, l’inflammation s’installe à la jonction entre l’intestin grêle et le côlon. Outre les cellules muqueuses de la paroi superficielle de l’intestin, les couches profondes peuvent également être touchées. Si l’inflammation de la paroi intestinale est largement étendue, il existe un risque d’adhérences, de rétrécissement et de formation de fistules responsables de diverses complications.

Symptômes

  • Évolution par poussées répétées avec diarrhée et fièvre s’accompagnant de douleurs abdominales
  • Crampes
  • Perte d’appétit et fluctuation de poids
  • Dégradation de l’état général

Diagnostic de la maladie de Crohn

La maladie de Crohn peut être diagnostiquée à l’aide des examens suivants :

  • coloscopie avec biopsie
  • endoscopie capsulaire
  • radios de l’intestin
  • échantillons de selles afin de mettre en évidence la présence de bactéries et d’exclure d’autres affections
  • analyses de sang afin de mettre en évidence les processus inflammatoires et l’anémie

Traitement de la maladie de Crohn

Mesures générales :

  • changement d’habitudes alimentaires afin de prolonger les intervalles entre les poussées et soulager les troubles
  • traitement médicamenteux
  • intervention chirurgicale

En cas de poussée aiguë :

  • alitement, en particulier en cas de fièvre
  • alimentation pauvre en fibrescompensation de la perte hydrique
  • prévention des carences en nutriments, en vitamines et en fer

Plus d'informations sur la maladie de Crohn.

Allergies alimentaires

Symptômes

Les symptômes apparaissent le plus souvent dans les 6 à 8 heures suivant l’exposition à l’allergène. Certaines réactions allergiques cutanées peuvent toutefois se manifester jusqu’à deux jours plus tard. 

Les troubles les plus fréquents se manifestent au niveau de la peau, de l’appareil digestif et des voies respiratoires.

  • Crises d’éternuement ou rhume
  • Détresse respiratoire (asthme)
  • Rougeurs oculaires, gonflement des paupières
  • Gonflement des lèvres, du palais et de la langue
  • Urticaire avec papules, rougeurs et démangeaisons
  • Nausée et vomissements, crampes abdominales, ballonnements, diarrhée
  • Dans les cas les plus graves, un choc anaphylactique avec effondrement de la pression sanguine, forte augmentation de la fréquence cardiaque et collapsus cardio-vasculaire peut se produire. Il s’agit d’une urgence absolue.

Diagnostic d’allergies alimentaires

Les allergies alimentaires peuvent être dépistées à l’aide des examens suivants :

  • tests cutanés et analyses de sang
  • test de provocation : le corps est exposé à l’allergène suspecté qui est avalé, respiré ou injecté. Le test ne doit être effectué que sous contrôle médical (service d’urgence prêt à intervenir) étant donné que les réactions peuvent être violentes
  • tenue d’un journal de son alimentation afin d’identifier l’aliment responsable
  • démarche diagnostique : pendant une période limitée dans le temps, un nombre défini d’aliments est consommé selon des étapes précises
  • régime d’éviction : certains aliments sont supprimés de l’alimentation les uns après les autres

Traitement

  • De manière générale : si l’aliment allergène est identifié, il doit être évité
  • Médicaments : antihistaminiques ou anti-inflammatoires (médicaments à base de cortisone)
  • Désensibilisation : de petites quantités d’allergène sont administrées et le dosage est progressivement augmenté de manière à ce que l’organisme s’habitue petit à petit à la substance responsable de l’allergie.