La Clinique des Grangettes bénéficie d’un équipement de radiologie cardio-vasculaire de pointe comportant, en plus des appareils classiques, une IRM et un scanner dédiés à l’activité cardio-vasculaire.

L’IRM cardio-vasculaire

L’imagerie par résonance magnétique (IRM) cardiaque est une technique non-irradiante, permettant d’obtenir des images dynamiques du cœur et de préciser l’anatomie de cet organe et de tout l’arbre vasculaire du corps. Grâce à sa faculté à caractériser les différents tissus, cet examen permet de diagnostiquer une réaction inflammatoire, une ischémie (souffrance) ou une cicatrice d’infarctus. Par ailleurs, il apporte une analyse exhaustive et fine des contours des ventricules et des volumes en trois dimensions.

En pratique, l’examen se déroule en position allongée sur le dos dans la machine d’IRM. Des électrodes à ECG sont posées sur le thorax afin de synchroniser l’acquisition des images avec les battements cardiaques. L’examen nécessite la pose d’une voie veineuse, pour injecter soit un produit de contraste (appelé Gadolinium), soit un médicament pour examiner le cœur dans des conditions de stress (stress pharmacologique). En général l’acquisition des images se fait durant une apnée de quelques secondes. L’examen dure entre 30 et 50 minutes selon la pathologie sous-jacente.

Scanner cardio-vasculaire

Dans le domaine cardiovasculaire, le scanner permet d’obtenir des images de coupes fines du cœur et de ses artères, le tout par utilisation de rayons X. Cela permet ainsi d’obtenir une coronarographie "virtuelle" du coeur ou une artériographie "virtuelle" des artères, le tout effectué en ambulatoire. La plupart du temps, le patient reçoit une injection de produit de contraste par voie intraveineuse dans le but d’obtenir des images plus adaptées permettant de poser un diagnostic plus précis. L’acquisition des images couplée à l’utilisation d’un ECG dure très peu de temps et n’est par conséquent pas trop contraignante pour le patient. Le spécialiste en imagerie cardiovasculaire analyse ensuite les images obtenues et pose ainsi le diagnostic du patient concerné.