Tout au long de votre grossesse, des échographies sont réalisées afin de suivre l'évolution et le développement de l'embryon.

Vous trouverez ci-dessous plus d'informations relatives aux 5 échographies réalisées durant la grossesse. 

Échographie précoce

Une échographie effectuée en début de grossesse (entre 6 et 11 semaines) sert, en premier lieu, à définir l’âge de la grossesse et son évolutivité. Ceci est particulièrement utile en cas de cycles menstruels irréguliers ou date des dernières règles incertaine. Elle permet également de déterminer la position de la grossesse à l’intérieur de l’utérus ainsi que le nombre d’embryons

Échographie de datation

Cet examen est effectué entre la 11e et la 14e semaine. Lors de l’échographie nous allons :

  • voir que votre grossesse évolue favorablement
  • déterminer si le terme de votre grossesse correspond bien à la date de vos dernières règles.
  • faire un premier examen de l’anatomie de votre fœtus. En effet, de très nombreuses de malformations peuvent être détectées même à un stade précoce de grossesse.
  • effectuer le dépistage pour certaines anomalies chromosomiques (trisomies 21, 13 et 18)
  • évaluer le risque de développer une pré-éclampsie (examen effectué à la demande de votre gynécologue uniquement)

Dépistage des trisomies

Dépistage combiné

Le dépistage du premier trimestre (aussi appelé dépistage combiné) sert à déterminer le risque pour votre fœtus d’être porteur d’une anomalie de chromosome telles que la trisomie 21 (syndrome de Down), trisomie 13 et trisomies 18. Ce calcul prend en compte des facteurs maternels (ex : âge, origine ethnique), des marqueurs sanguins (beta hCG et PAPP-A) et la mesure à l’échographie d’un petit espace liquidien au niveau de la nuque du fœtus, la clarté nucale. Le dépistage combiné permet de détecter une trisomie 21 dans 90% des cas. Ce test n’est pas obligatoire et ne sera effectué qu’avec votre accord.

En fonction du risque obtenu lors de ce dépistage, des examens supplémentaires comme le DPNI ou un examen invasif seront discutés avec vous.

Dépistage non invasif

Le dépistage non invasif (DPNI) consiste en une prise de sang effectuée chez la maman. Des fragments d’ADN provenant du placenta circulent en effet dans le sang maternel. Le laboratoire est capable de détecter cet ADN et ainsi déterminer la présence de certaines anomalies des chromosomes. Le DPNI permet de détecter > 99% de fœtus trisomiques, il est donc plus performant que le dépistage combiné.

Le DPNI vous sera proposé si votre risque au dépistage combiné est plus haut que 1/1000 (1/500 par exemple). Dans ce cas, le coût du test sera pris en charge par votre assurance maladie. Il vous est bien sûr aussi possible d’effectuer d’emblée un DPNI sans dépistage combiné préalable, cependant le coût du test sera à votre charge.

Il est possible que vous ayez déjà effectué un DPNI auprès de votre gynécologue. Même en cas de résultats à bas risque, un examen échographique en fin de premier trimestre reste important, notamment pour rechercher des malformations qui ne seraient pas liées à une cause génétique.

Dépistage de la pré-éclampsie

La pré-éclampsie est une maladie liée à la grossesse qui touche 2-3% de femmes. Elle peut être à l’origine de complication maternelles et fœtales.

Le but de ce dépistage est de déterminer votre risque de développer une pré-éclampsie au cours de la grossesse. Le calcul est effectué sur la base de facteurs maternels (âge, antécédents,…), marqueurs sanguins (PlGF), mesure à l’échographie du flux de sang dans les artères de l’utérus et de votre tension artérielle.

Si votre risque est supérieur à 1/100, une prophylaxie par faibles doses d’aspirine vous sera proposée. Lorsqu’elle est commencée avant 16 semaines, la prise d’aspirine permet de diminuer le risque de pré éclampsie avant 37 semaines de plus de 60 %.

Échographie morphologique

Cet examen est idéalement effectué entre la 20e et la 22e semaine et sert à rechercher des d’éventuelles malformations fœtales

A ce stade de grossesse, le fœtus est suffisamment développé pour que nous puissions examiner son anatomie en détail. Lors de cette échographie, nous allons notamment regarder des structures telles que le cerveau, le cœur, la colonne vertébrale, le visage, les membres ou les organes abdominaux. Nous prendrons un grand nombre de mesures pour s’assurer que votre bébé grandisse bien.

Si vous le souhaitez, c’est lors de cet examen que nous pourrons déterminer si vous attendez une fille ou un garçon.

Nous examinerons également l’aspect et la position du placenta, la longueur du col et le flux de sang dans les artères utérines de la maman.

Malformations foetales

Il peut arriver que lors des différentes échographies une malformation de votre bébé soit mise en évidence. Dans ce cas de figure, la prise en charge dépendra du type de malformations et de leur sévérité. Elle comprendra souvent :

  • un examen invasif
  • des analyses génétiques
  • une consultation anténatale par un pédiatre spécialiste (par exemple : cardiologue, neurologue, chirurgien, …)
  • un suivi échographique régulier
  • des examens complémentaires tels qu'une IRM

Nous collaborons toujours étroitement avec votre gynécologue afin de vous accompagner au mieux dans cette situation.

Échographie du troisième trimestre

Le but de l’examen du troisième trimestre (après 26 semaines) est principalement d’évaluer le bien être de votre fœtus. Il peut être indiqué dans de nombreuses situations telles que :

  • Évaluation de la croissance du fœtus
  • Position du fœtus
  • Mesure de la quantité de liquide amniotique
  • Mesure des flux Doppler
  • Suivi des grossesses gémellaires
  • Suivi en cas de malformations fœtales
  • Position du placenta
  • Mesure de la longueur du col utérin
  • Mesure de l’épaisseur du segment inférieur

Examens invasifs

La ponction de villosités choriales et l’amniocentèse sont des examens sont des examens diagnostiques. Ils sont dits « invasifs » car le prélèvement est effectué à travers la paroi abdominale de la maman. Ces examens peuvent être indiqués dans des situations telles que :

  • Un examen de dépistage suggérant un risque augmenté d’anomalie génétique
  • La découverte à l’échographie d’une malformation pouvant être associée à un problème génétique
  • Un risque de transmission d’une anomalie génétique dans la famille
  • La suspicion d’une infection fœtale est suspectée 

La ponction des villosités choriales (PVC)

Une ponction des villosités choriales consiste à prélever, pour analyse, une petite quantité de tissu placentaire. Elle peut être effectuée à partir de 12 semaines. Elle a donc l’avantage de pouvoir être faite plus tôt que l’amniocentèse.

Après avoir repéré la position du placenta à l’échographie, le médecin va soigneusement désinfecter votre ventre. Un anesthésique local sera injecté sous la peau. L’aiguille de ponction sera insérée sous contrôle échographique jusqu’au placenta afin d’effectuer le prélèvement. Toute la procédure dure entre 5 et 10 minutes.

Ce test n’est, en aucun cas, obligatoire. Il s’agit d’un choix personnel que vous ferez après avoir reçu toutes les informations. L'un de nos médecins vous fera signer une demande de consentement avant d’effectuer le prélèvement.

L’amniocentèse

Une amniocentèse consiste à prélever, pour analyse, une petite quantité de liquide amniotique qui entoure votre bébé. Elle peut être effectuée à partir de la 15e ou 16e semaine.

Après avoir repéré la position du fœtus et du placenta à l’échographie, le médecin va soigneusement désinfecter votre ventre. Une fine aguille de ponction sera insérée sous contrôle échographique jusqu’à la poche amniotique afin d’effectuer le prélèvement. Toute la procédure dure entre 5 à 10 minutes.

Ce test n’est en aucun cas obligatoire. Il s’agit d’un choix personnel que vous ferez après avoir reçu toutes les informations. L'un de nos médecins vous fera signer une demande de consentement avant d’effectuer le prélèvement.