Un diagnostic aussi complet et précis que possible constitue la base d’un traitement adapté et individualisé en fonction des spécificités du patient. Le médecin dispose de différents processus diagnostics qui lui permettent également de déterminer si un traitement chirurgical ou conservateur est nécessaire dans un premier temps.

Les articulations, les ligaments, les muscles et les tendons sont soumis à de nombreuses contraintes au quotidien et au fil des années. Les blessures accidentelles et sportives, telles que les lésions des ligaments croisés ou du ménisque, mais aussi les maladies et les douleurs chroniques, telles que l’arthrose et les rhumatismes, font que tout ne fonctionne plus comme il faut. Grâce au diagnostic orthopédique et au traitement qui en découle, il est possible de s’occuper individuellement du patient ou de la patiente et de lui apporter une aide médicale. 

Diagnostics orthopédiques

L’anamnèse, les examens corporels et les tests cliniques, comme le test fonctionnel, sont les premières étapes du diagnostic orthopédique. En outre, des techniques d’imagerie sont souvent utilisées. Les plus connues sont les suivantes :

Traitement orthopédique

Le traitement des maladies et des blessures orthopédiques peut être conservateur ou chirurgical. Le choix de la mesure la plus appropriée dépend de différents critères, notamment de l’âge biologique (ressenti), de l’âge réel, d’autres blessures, de l’intensité de la douleur ou de la sensibilité à la douleur, de la pratique d’un sport et, enfin, des exigences personnelles du patient ou de la patiente.

Traitement conservateur

Dans le traitement conservateur, la thérapie est accompagnée de médicaments et/ou de physiothérapie. En orthopédie, le traitement conservateur comprend les méthodes suivantes :

  • Traitement de la douleur
  • Ergothérapie
  • Kinésithérapie
  • Massages
  • Techniques d’infiltration et d’injection (par exemple pour les douleurs dorsales)

Traitement chirurgical

En cas de traitement chirurgical, une intervention chirurgicale est effectuée. La plupart des opérations sont aujourd’hui mini-invasives, c’est-à-dire qu’elles endommagent le moins possible les tissus, car l’intervention se fait par de très petites incisions. Les patients ne sont pas toujours obligés de passer la nuit à l’hôpital après une intervention chirurgicale. Les progrès de la médecine permettent désormais d’effectuer de nombreuses interventions en ambulatoire sans perte de qualité. Dans le cadre de la chirurgie de la main en particulier, les opérations sont souvent réalisées en ambulatoire. 

Les opérations les plus fréquentes en orthopédie sont entre autres :

Nos pathologies

Selon la pathologie, un traitement conservateur est d’abord envisagé avant une opération. Choisissez votre pathologie et apprenez-en plus en détail:

Pathologies orthopédic et médecine sportive