Réadaptation au niveau de l'appareil locomoteur

Les maladies affectant l'appareil locomoteur sont souvent associées à des douleurs et à des limitations de mouvements. La réadaptation musculosquelettique vise à éliminer les douleurs et à rétablir la capacité fonctionnelle initiale et la qualité de vie.

Avec l'âge, les limitations au niveau des os, des articulations, de la colonne vertébrale et des tissus mous sont plus marquées. Comme les maladies internes telles que le diabète ou les problèmes cardiaques augmentent aussi avec l'âge, il faut souvent traiter des maladies multiples dans le cadre de la réadaptation musculosquelettique. En la présence de plusieurs maladies concomitantes et après des opérations lourdes au niveau de l'appareil locomoteur, les chirurgiens et médecins traitants recommandent souvent une réadaptation stationnaire. En revanche, si aucune hospitalisation n'est requise, une réadaptation ambulatoire sous forme de physiothérapie peut être prescrite, notamment pour les maladies aigües, inflammatoires et dégénératives lorsque la mobilité et l'autonomie sont suffisantes.

Objectifs thérapeutiques à différents niveaux

Les patients arrivent en réadaptation avec un diagnostic posé par un chirurgien, un spécialiste ou un médecin de famille, le plus souvent avec des consignes thérapeutiques. Au début de la réadaptation, on procède avec le patient à un bilan complet. Les médecins, membres du personnel infirmier, physiothérapeutes, ergothérapeutes et diététiciens mènent des entretiens et des examens pour déterminer les problèmes existants. À l'aide des résultats, l'équipe crée des plans thérapeutiques individuels et adapte le dosage des antalgiques. En outre, les spécialistes déterminent avec le patient le besoin d'appareils, de matériel orthopédique, de conseil social et de soutien psychologique.

Renforcement de la capacité de performance

Dans le cadre de la réadaptation musculosquelettique, la physiothérapie et l'ergothérapie sont également au premier plan, en plus de l'élimination des douleurs. Pour les patients dont l'opération est récente, l'accent est mis sur les aspects de soins. Chaque jour, plusieurs applications actives et/ou passives sont organisées dans le cadre de thérapies individuelles et en groupe. Le passage à une alimentation riche en protéines est particulièrement important pour les personnes âgées afin de favoriser le développement musculaire. Toutes les parties prenantes encouragent les patients à pratiquer le plus d'activité physique possible pour qu'ils prennent confiance dans leur propre capacité de performance.

Les trois types de réadaptation

Réadaptation ambulatoire

En cas d'autonomie plus importante dans la prise en charge, la réadaptation musculosquelettique peut être menée en ambulatoire, avec des formes de thérapie actives telles que la physiothérapie, l'ergothérapie et la thérapie médicale d'entraînement. Si la réadaptation ambulatoire n'aboutit pas sur le succès thérapeutique attendu, la réadaptation musculosquelettique stationnaire peut constituer une autre option pour atteindre l'objectif visé.

Réadaptation stationnaire

Une réadaptation stationnaire est indiquée si les douleurs ou les limitations d'autonomie ne permettent pas une prise en charge ambulatoire. La réadaptation stationnaire met l'accent sur des formes de thérapie actives telles que la physiothérapie, l'ergothérapie, la thérapie médicale d'entraînement ainsi que le soutien pour les soins. Avant le départ, on fait le point sur le suivi par les proches ou dans le cadre de soins à domicile ainsi que sur une éventuelle poursuite de la thérapie ambulatoire. Les thèmes relatifs aux services sociaux sont également abordés si nécessaire. Le médecin de famille référent et/ou le spécialiste reçoivent un rapport de sortie détaillé.

Réadaptation ambulatoire interdisciplinaire

La réadaptation ambulatoire interdisciplinaire s'appuie sur les offres de la réadaptation stationnaire avec un retour à domicile chaque soir. En règle générale, l'état du patient ne permet pas encore de réadaptation ambulatoire simple. Pour la garantie de prise en charge des assureurs, cette réadaptation musculosquelettique doit également apporter une amélioration des limitations.