Aortographie

L'aortographie est un examen radiologique à invasion minimale de l'aorte, qui est l’artère principale. Elle est pratiquée pour diagnostiquer les maladies de l'aorte, comme par exemple l'anévrisme aortique. Pour l'examen, un produit de contraste radiologique est injecté dans l'aorte via un cathéter.

L'aortographie est une méthode d'examen angiographique. L'angiographie est la représentation radiologique des vaisseaux sanguins après administration d'un produit de contraste. L'aortographie permet de visualiser les calcifications, les dilatations et les rétrécissements de l'aorte. Parfois, on l'utilise également lors d'une opération de pontage aortocoronarien.

Quelles préparations sont effectuées?

Avant l'examen, on détermine si le patient présente une hypersensibilité au produit de contraste radiographique. La fonction des reins est par ailleurs contrôlée par une analyse de sang. Si le patient prend des médicaments anticoagulants, il doit cesser de les prendre avant l'examen.

Comment se déroule l'examen?

L'aortographie consiste à insérer un cathéter dans le corps via une artère, généralement au niveau de l'aine. Une anesthésie locale est pratiquée dans la zone d'incision. Une anesthésie générale n'est généralement pas nécessaire. L'examen par cathéter à proprement parler est indolore. Pour permettre au patient de se détendre, on lui administre un léger calmant. Le cathéter, un tuyau fin et souple, est inséré sous contrôle visuel permanent (radioscopie) jusqu'à la partie de l'aorte devant être examinée. Le produit de contraste est alors injecté directement par le cathéter dans cette zone. Le produit de contraste permet d'examiner très précisément l'aorte et les vaisseaux sortant de l'aorte.

Quel est le taux de réussite de l'examen?

L'aortographie se prête parfaitement au diagnostic des maladies de l'aorte, parmi lesquelles les dilatations de l'aorte (anévrisme aortique), les fissures, les calcifications et les maladies des valves aortiques.

Quels sont les risques ou les complications de l'examen?

D'une manière générale, l'examen comporte peu de risques. Un hématome peut apparaître au niveau du point d’injection. L'administration du produit de contraste peut s'accompagner d'une sensation de chaleur, qui n'est néanmoins pas ressentie comme étant désagréable. Dans certains cas rares, des blessures de l'aorte ou des troubles du rythme cardiaque sont possibles.

Que se passe-t-il après l'examen?

Après l'examen, un pansement compressif est appliqué sur le point d’accès artériel. En général, le patient peut quitter l'hôpital après quelques heures de surveillance. Le pansement compressif est retiré le lendemain.