Opérations d'une hernie discale

Lorsque les traitements conservateurs ne suffisent plus en cas d'hernie discale ou de lésion des disques intervertébraux, on recourt à la chirurgie. Il existe aujourd'hui des méthodes chirurgicales peu invasives. C'est le cas par exemple de la microchirurgie ou de l'endoscopie. Aujourd'hui, on ne recourt que très rarement à une chirurgie ouverte de la colonne vertébrale ou à une fusion de vertèbres.

Les disques intervertébraux sont constitués d'un anneau de cartilage fibreux ayant en son centre un noyau gélatineux. Ils jouent le rôle "d'amortisseur" entre les différentes vertèbres de la colonne.

En cas de lésion des disques intervertébraux ou d'hernie discale, le tissu appuie sur le noyau et le pousse à l'extérieur de l'anneau de cartilage, comprimant ainsi les racines nerveuses qui émergent de la moelle épinière au niveau du disque. La pression exercée par l'hernie discale sur les racines nerveuses entraîne des douleurs typiques, telles que les douleurs dorsales et du nerf sciatique irradiant dans la jambe.

En règle générale, une hernie discale est d'abord traitée de manière conservatrice par physiothérapie, du repos et par voie médicamenteuse. Lorsque le traitement conservateur ne permet pas de soulager la douleur, on envisage une opération. De manière générale, on considère qu'une intervention devient nécessaire lorsque la pression exercée par l'hernie discale sur la racine nerveuse est trop forte (compression de la racine nerveuse). En effet, une telle pression peut entraîner des lésions irréversibles.

Deux procédés sont employés pour le traitement chirurgical. En général, l'hernie discale est opérée par microchirurgie ou endoscopie par voie laparoscopique. Il arrive toutefois qu'il faille recourir à une prothèse discale ou à une fusion des vertèbres touchées de la colonne.

Quelles préparations sont effectuées?

Avant l'opération, différents examens sont pratiqués. L'hernie discale est examinée avec précision grâce à une technique d'imagerie par résonance magnétique comme la CT ou l'IRM.  Selon les résultats et les douleurs, il est alors décidé, en concertation avec le patient, du type de chirurgie pouvant être envisagée. 

Le patient est généralement hospitalisé la veille de l'opération. On effectue également les examens de routine précédant une opération, c'est-à-dire analyse de sang, mesure de la tension artérielle et ECG. Si le patient prend des médicaments hémostatiques, il doit interrompre le traitement avant l'intervention. Le patient doit être à jeun pour l'opération.

Comment se déroule l'opération?

Le choix de la technique chirurgicale utilisée dépend de la localisation de l'hernie discale et de sa gravité. Si le degré de gravité est jugé modéré et que le disque intervertébral est encore relativement intact, l'hernie peut être supprimée par microchirurgie ou par voie endoscopique, et le disque être réparé. En cas de lésion importante du disque intervertébral, il est possible de le remplacer par un disque artificiel. Enfin, une fixation de la colonne vertébrale (spondylodèse) est parfois inévitable comme dernière option thérapeutique.

Opérations d'hernie discale par voie endoscopique

En cas de traitement endoscopique, l'endoscope est introduit par une incision cutanée pratiquée sur le côté. Il est introduit avec précaution, sous contrôle radiographique, jusqu'au disque intervertébral. Grâce à la caméra intégrée à l'endoscope, la lésion du disque peut être visualisée. Cela est nécessaire pour pouvoir éliminer ou aspirer l'hernie avec des instruments fins, de la manière la moins invasive possible. Cette technique est particulièrement adaptée lorsque l'hernie discale se trouve sur le côté du canal rachidien. L'intervention, qui se fait sous anesthésie générale ou rachianesthésie, dure entre une demi-heure et une heure. 

Opération d'hernie discale par microchirurgie

L'opération d'hernie discale par microchirurgie est également une technique chirurgicale peu invasive. Contrairement au traitement endoscopique, l'incision cutanée n'est pas pratiquée sur le côté mais sur le dos. Le microscope de l'intervention et les instruments sont introduits par l'incision et l'hernie discale peut être supprimée par microchirurgie. L'intervention chirurgicale est généralement pratiquée sous anesthésie générale et dure une heure environ.

Remplacement de disque intervertébral, prothèse intervertébrale

Si le disque est trop abîmé, une prothèse (disque artificiel) en métal avec un noyau synthétique peut être utilisée. La condition ici est que la hauteur de l'interstice résiduel entre les vertèbres soit suffisant et que l'os de la vertèbre soit intact. L'accès à la colonne vertébrale se fait depuis le bas ventre à l'aide d'une incision en longueur, en largeur ou oblique. Il s'agit ici d'une opération ouverte. Le disque endommagé est retiré et remplacé par une prothèse artificielle. Grâce à ce disque artificiel, on évite la fixation de la colonne vertébrale. L'intervention chirurgicale est pratiquée sous anesthésie générale et dure deux heures environ.

Fixation de la colonne vertébrale, spondylodèse

La fixation de la colonne vertébrale est une technique chirurgicale permettant de stabiliser la colonne dans la région des disques endommagés. Elle est généralement utilisée lorsque les mesures de traitement conservatrices sont épuisées, et que les autres options de traitement chirurgical ne sont pas possibles.

Dans la plupart des cas, la spondylodèse est effectuée à partir du dos. Une fois que l'incision est pratiquée, la musculature du dos est déplacée de côté afin de permettre l'accès à la colonne vertébrale. Le disque ou le tissu osseux qui comprime les nerfs sont retirés. Le chirurgien fixe ensuite la vertèbre touchée à l'aide de baguettes et de vis en titane, qui auront pour rôle de stabiliser la colonne vertébrale jusqu'à ce que les vertèbres se soudent entre elles. Le titane étant un métal bien toléré par l'organisme, il n'est pas nécessaire de retirer les baguettes ultérieurement. L'intervention chirurgicale est pratiquée sous anesthésie générale et dure environ deux heures.

Quel est le taux de réussite du traitement?

La décision d'une intervention en cas d'hernie discale doit toujours être mûrement réfléchie. Il n'y a en effet pas de garantie que les douleurs disparaissent complètement après l'intervention. Dans la plupart des cas toutefois, l'opération permet de soulager les douleurs et de conserver une activité professionnelle.

Quels sont les risques ou les complications du traitement?

Les opérations d'hernie discale comportent peu de risques et se déroulent généralement sans complications. Comme pour toutes les opérations, des infections, des lésions nerveuses, des hémorragies ou des caillots de sang peuvent survenir occasionnellement.

Il arrive dans de rares cas que la prothèse discale se déplace ou provoque une fracture de la vertèbre.

En cas de fixation de la colonne vertébrale, il arrive parfois que les vis se desserrent avant que les vertèbres ne se soient soudées.

Que se passe-t-il après l'intervention chirurgicale?

Après l'intervention, le patient est en phase de réveil suite à l'anesthésie, et placé sous surveillance. Si tout se passe bien, il peut quitter l'hôpital après 2 ou 3 jours, en cas d'intervention endoscopique ou de microchirurgie. En cas de prothèse discale ou de fixation de la colonne, l'hospitalisation est un peu plus longue.

Dans tous les cas, il est impératif d'éviter de porter des charges lourdes et tout effort physique intense pendant plusieurs semaines. Le renforcement de la musculature du dos affaiblie est la condition principale pour la réussite du traitement. C'est pourquoi il est important de commencer des exercices de gymnastique du dos ciblés et dosés, ainsi que de la physiothérapie. Une sollicitation complète de la colonne est à nouveau possible après 6 mois env. Les mauvaises postures, par exemple les surcharges dues au fait de soulever des poids, sont à proscrire impérativement.

Centres (2)