Chirurgie des ovaires

L'ablation des ovaires ou des trompes de Fallope sont des interventions essentiellement effectuées par laparoscopie (exploration de l'abdomen). On pratique pour cela trois petites incisions cutanées permettant d'introduire les instruments et une caméra dans la cavité abdominale. Ce type d'intervention permet de traiter des tumeurs, des kystes ou des foyers endométriosiques, ou bien de supprimer des adhérences sur les trompes.

Parmi les pathologies des ovaires ou des trompes nécessitant des interventions chirurgicales, on compte notamment: les kystes des ovaires, le cancer de l'ovaire (carcinome ovarien), le cancer de la trompe de Fallope (carcinome tubulaire), les grossesses extra-utérines ou une obstruction des trompes de Fallope. Bien souvent, des foyers endométriosiques doivent en outre être retirés des ovaires ou des trompes par voie chirurgicale. On appelle endométriose la présence de petites masses de muqueuse utérine en dehors de l'utérus.

En cas de désir de stérilisation, on pratique une intervention chirurgicale consistant à ligaturer les trompes.

Les ovaires et les trompes sont très proches d'un point de vue anatomique. Les techniques chirurgicales pour ce type d'intervention sont très similaires pour ces deux organes. En cas de pathologie affectant à la fois les ovaires et les trompes, la chirurgie est souvent effectuée lors d'une même intervention. Les interventions chirurgicales sur les ovaires ou les trompes sont généralement effectuées par laparoscopie (exploration de l'abdomen) sans ouvrir l'abdomen. Cette méthode mini-invasive ne requiert en effet que trois petites incisions cutanées. L'opération classique consistant à ouvrir l'abdomen (laparotomie) n'est pratiquée que dans de rares cas. Les explications ci-dessous se réfèrent à la technique par laparoscopie.

Quelles préparations sont effectuées?

Avant l'opération, différents examens sont pratiqués. L'échographie fait ici partie des examens diagnostiques standard. On procède également parfois à une tomodensitométrie, une IRM ou une ponction des ovaires. Si la patiente prend des anticoagulants, elle doit cesser de les prendre avant l'intervention. L'opération est pratiquée sous anesthésie générale et implique les préparatifs habituels pour une anesthésie.

Comment se déroule l'opération?

Dans un premier temps, on pratique 2 à 3 incisions dans la paroi abdominale, afin d'introduire le laparoscope et les instruments chirurgicaux. On insuffle ensuite du CO2 dans l'abdomen pour qu'il y ait suffisamment de place pour pratiquer l'intervention. Les ovaires ou les trompes peuvent ensuite être retiré(e)s sans traumatisme sous vidéo-assistance avec le laparoscope. Les foyers endométriosiques ou l'obturation des trompes peuvent être supprimés avec la même méthode. Après l'intervention, le CO2 est expulsé et les incisions suturées. Un drain est parfois posé si nécessaire. L'intervention chirurgicale dure deux heures environ.

La colpotomie est une autre technique d'intervention. Ici, l'accès à la cavité abdominale se fait par une incision au niveau du vagin.

Quel est le taux de réussite du traitement?

Le taux de réussite dépend de la maladie sous-jacente. En cas de kystes ou d'obturation, la maladie est en principe soignée avec l'intervention chirurgicale. Les foyers endométriosiques peuvent toutefois récidiver. En cas de cancer, le stade du cancer détermine le pronostic.

Quels sont les risques ou les complications du traitement?

L'intervention chirurgicale comporte peu de risques et se déroule généralement sans complications. Comme pour toutes les opérations, néanmoins, des infections, des lésions nerveuses, des hémorragies ou des caillots de sang peuvent survenir dans certains cas rares. Des adhérences peuvent parfois apparaître dans la cavité abdominale.

Que se passe-t-il après l'intervention chirurgicale?

Après l'intervention, la patiente est en phase de réveil suite à l'anesthésie et est sous surveillance. Si tout se passe bien, la patiente peut quitter l'hôpital le lendemain. Après l'opération, toute activité physique intense doit être évitée pendant quelques temps tout comme porter des charges lourdes. Il convient de renoncer aux rapports sexuels pendant quelque temps. Selon la maladie sous-jacente, des visites de contrôle régulières sont nécessaires.

En cas d'ablation des deux ovaires, la sécrétion d'hormones féminines ne se fera plus. Chez les femmes n'étant pas encore ménopausées, des modifications et des troubles similaires à ceux de la ménopause apparaissent après l'intervention. Une hormonothérapie est parfois nécessaire pour soulager ou prévenir ces troubles.

Centres (3)