Dialyse

La dialyse est une méthode d'épuration artificielle du sang (désintoxication). Elle est utilisée lorsque les reins ne fonctionnent plus correctement en raison d'une maladie rénale. Il existe deux types de procédés pour filtrer le sang: l'hémodialyse et la dialyse péritonéale.

Hémodialyse

En cas d'hémodialyse, l'appareil de dialyse est raccordé au circuit sanguin par une fistule artério-veineuse. Le sang passe par cette fistule pour rejoindre l'appareil de dialyse où il est nettoyé avant de retourner dans le corps.

Quelles préparations sont effectuées ?

Avant de pouvoir procéder à l'hémodialyse, une fistule dite ''artério-veineuse'' doit être mise en place. La fistule artério-veineuse consiste à faire communiquer une artère et une veine. La mise en place de la fistule se fait sous anesthésie locale, généralement au niveau de l'avant-bras.

Comment se déroule le traitement ?

Une fois la fistule artério-veineuse créée, il suffit de la ponctionner pour procéder à l'hémodialyse. Le sang est dirigé vers l'appareil de dialyse par la fistule. Il y est ensuite nettoyé avant de retourner dans le corps. L'ensemble de la procédure, qui dure entre 4 et 5 heures, doit être répété trois fois par semaine en règle générale.

Quel est le taux de réussite du traitement ?

L'hémodialyse garantit une bonne épuration du sang. Le recours à l'hémodialyse ou à la dialyse péritonéale dépend de différents facteurs. La préférence personnelle des patients et la flexibilité en matière de temps jouent ici un rôle essentiel.

Quels sont les risques ou les complications du traitement ?

Les inflammations veineuses ou l'obturation de la fistule sont des complications qui peuvent survenir avec l'hémodialyse.

Que se passe-t-il après le traitement ?

En cas d'insuffisance rénale, la dialyse doit être poursuivie toute la vie. Souvent, les patients dialysés sont sur une liste d'attente pour une transplantation rénale. Les patients dialysés doivent généralement limiter la quantité de boissons et l'apport en sel, et suivre un régime strict pauvre en phosphore.

Dialyse péritonéale

Dans le cas de la dialyse péritonéale, le liquide de dialyse est introduit dans la cavité abdominale par un cathéter. Le péritoine sert de ''filtre'', et le liquide de dialyse contenant les déchets sanguins est ensuite évacué.

Quelles préparations sont effectuées ?

Pour la dialyse péritonéale, un cathéter de dialyse est implanté chirurgicalement dans la cavité abdominale. Cette intervention chirurgicale est effectuée sous anesthésie générale, en employant la technique mini-invasive de la laparoscopie. Une fois le cathéter mis en place, il est fixé pour être utilisé plus tard pour la dialyse.

Comment se déroule le traitement ?

Dans le cadre de la dialyse péritonéale, un liquide de dialyse contenu dans une poche est raccordé au système de cathéter puis introduit dans le péritoine. Il y capte les déchets sanguins par le péritoine, qui agit comme un filtre. Le liquide contenant les déchets sanguins est ensuite évacué dans une poche vide. Dans la dialyse péritonéale, le péritoine agit comme un rein. Après y avoir été formés, les patients peuvent procéder à la dialyse péritonéale à domicile et changer eux-mêmes la poche.

Quel est le taux de réussite du traitement ?

La dialyse péritonéale garantit une aussi bonne épuration du sang que l'hémodialyse. Le choix du procédé employé dépend entre autres des souhaits personnels des patients.

 Quels sont les risques ou les complications du traitement ?

Dans le cas de la dialyse péritonéale, il peut arriver que la plaie du point de sortie du cathéter s'infecte. Dans de rares cas, une péritonite (inflammation du péritoine) peut se développer; elle doit être traitée immédiatement par antibiotiques.

Que se passe-t-il après le traitement ?

Tout comme l'hémodialyse, la dialyse péritonéale doit être poursuivie toute la vie ou jusqu'à une transplantation rénale.

Centres (5)