Opération en cas de faiblesse du plancher pelvien

Une faiblesse du plancher pelvien entraîne un prolapsus pelvien, et donc une descente des organes affectant l'utérus, la vessie, le vagin ou le rectum. Dans le pire des cas, on peut assister à un prolapsus extériorisé ou à une protrusion des organes. Dans ce type de situation, une intervention chirurgicale doit être pratiquée pour remonter, renforcer et fixer le périnée.

Le plancher pelvien (périnée) est constitué de tissu conjonctif, de ligaments et de muscles. Il joue le rôle d'un appareil de maintien pour les organes du pelvis (petit bassin). Cet appareil de maintien s'affaiblit progressivement avec l'âge, ce qui peut entraîner une descente du périnée. Dans le pire des cas, les organes (utérus, vessie, rectum ou vagin) peuvent descendre si bas qu'on observe une protusion, voire leur extériorisation (prolapsus extériorisé). Dans ce genre de situations, une intervention chirurgicale est nécessaire afin de renforcer le périnée. L'utérus est alors également remis en place, et fixé à la paroi abdominale. La remise en place et la fixation de l'utérus en cas de prolapsus utérin est appelée hystéropexie.

Opération du périnée, opération de descente d'organes

Les interventions du périnée ou de prolapsus génital sont des opérations complexes. Elles combinent généralement un renforcement du plancher pelvien et un resserrement des tissus et une fixation de l'utérus (hystéropexie), du rectum (rectopexie) ou du vagin (colpopexie). Dans certains cas, on préfère procéder à l'ablation de l'utérus plutôt que de le fixer, notamment chez les femmes ménopausées.

Il existe différentes techniques chirurgicales pour remédier à un prolapsus pelvien. Le choix de la technique d'intervention est fonction des organes affectés. On recourt le plus souvent au traitement du prolapsus par voie vaginale.  

Quelles préparations sont effectuées?

Avant l'opération, différents examens sont pratiqués. Échographie et colposcopie font ici partie des examens standard. On procède parfois également à une tomodensitométrie ou à une IRM. Si la patiente prend des anticoagulants, elle doit cesser de les prendre avant l'intervention. L'opération est généralement effectuée sous anesthésie générale avec la préparation habituelle.

Comment se déroule l'opération?

Selon la gravité du prolapsus pelvien et de la descente d'organes, différentes techniques sont utilisées ou combinées. Il s'agit de manière générale de resserrer le tissu, de le renforcer et de fixer le périnée préalablement remis en place. 

Au cours des dernières années, une technique a fait ses preuves. Elle consiste à renforcer le périnée en utilisant un filet artificiel, introduit par voie vaginale et placé sur le périnée. Le filet est tiré vers le haut par de petites incisions pratiquées dans la paroi abdominale, jusqu'à ce que le périnée soit de nouveau en bonne position. Le filet et l'utérus, le cas échéant, sont fixés sur les ligaments existants ou sur les os du bassin.

L'intervention dure entre 1 et 2 heures.

Quel est le taux de réussite du traitement?

Le taux de réussite de l'intervention est de 90 % environ.

Quels sont les risques ou les complications du traitement?

L'intervention chirurgicale comporte peu de risques et se déroule généralement sans complications. Comme pour toutes les opérations, néanmoins, des infections, des lésions nerveuses, des hémorragies ou des caillots de sang peuvent survenir dans certains cas rares. Des adhérences peuvent parfois apparaître dans la cavité abdominale. 

Que se passe-t-il après l'intervention chirurgicale?

Après l'intervention, la patiente est en phase de réveil suite à l'anesthésie, et placée sous surveillance. Si tout se passe bien, la patiente peut quitter l'hôpital après 3 à 5 jours. Après l'opération, toute activité physique intense doit être évitée pendant quelques temps, tout comme porter des charges lourdes. Il convient de renoncer aux rapports sexuels pendant quelque temps. Toute pression abdominale doit être évitée en allant à la selle. En cas de constipation, des laxatifs peuvent être utilisés.

Des exercices ciblés visant à renforcer le périnée, le plus souvent déjà commencés avant l'intervention, devront être effectués après l'intervention.

Centres (1)