Augmentation mammaire

Nombreuses sont les femmes qui, depuis leur jeunesse ou à la suite d'un allaitement ou d'une perte de poids importante, ont tendance à se plaindre de la taille de leurs seins, les jugeant souvent trop petits. Il en résulte fréquemment une souffrance psychologique qui peut prendre la forme de troubles psychiques et d'inhibitions sexuelles. L'augmentation mammaire offre à ces femmes la possibilité d'atteindre un mieux-être.

Cependant, lorsque cette intervention est réalisée à des fins purement cosmétiques, les coûts associés à une augmentation mammaire ne sont pas pris en charge par l'assurance de base. En revanche, lorsque l'opération est réalisée pour des raisons médicales, par exemple en cas de reconstruction mammaire consécutive à une amputation due à un cancer ou de correction d'une anomalie de développement, les coûts de la chirurgie mammaire sont couverts par l'assurance.

Les coûts inhérents à une augmentation mammaire varient selon l'ampleur de l'intervention. Il convient d'en déterminer le montant lors de l'entretien de conseil mené avant l'opération.

Techniques d'augmentation mammaire

Quelles sont les différentes techniques chirurgicales possibles ?

Une augmentation mammaire peut être réalisée à l'aide d'implants ou de transfert graisseux. En cas d'augmentation mammaire par transfert graisseux, c’est la propre graisse de la patiente qui est utilisée pour la reconstruction mammaire, aussi devra-t-elle disposer de réserves de graisse suffisantes, par exemple au niveau du ventre, des hanches ou de l'intérieur des cuisses. La graisse de la patiente est introduite à l'aide de petites injections qui laissent des cicatrices très discrètes. La méthode d'augmentation mammaire par transfert graisseux confère aux seins un aspect naturel, et la liposuccion réalisée sur d'autres parties du corps permet d'harmoniser l'ensemble de la silhouette. Cependant, l'augmentation mammaire susceptible d’être obtenue par transfert graisseux est de l'ordre d'une taille de bonnet de soutien-gorge au maximum.

Autre technique chirurgicale, les implants mammaires :  composés de silicone ou – de plus en plus rarement – d'une solution saline, ils sont insérés dans la poitrine par une incision. Les implants peuvent être de forme ronde, de manière à occuper l'ensemble de la poitrine, ou en forme de goutte d'eau, apportant ainsi davantage de volume à la partie inférieure du sein. Ils ont généralement un volume de 80 à 600 millilitres, offrant ainsi de nombreuses possibilités d'augmentation mammaires individualisées.

Comment les implants mammaires sont-ils introduits?

Les implants utilisés chez Hirslanden sont soumis aux réglementations applicables aux dispositifs médicaux et remplissent les exigences de qualité les plus strictes. Le médecin et la patiente déterminent ensemble la forme et la taille des implants lors d'un entretien personnel. Ils s'appuient pour ce faire sur les souhaits et les caractéristiques anatomiques de la patiente, ainsi que sur la forme de la cage thoracique ou la position des côtes.

Les implants sont introduits dans la poitrine par une incision cutanée. L'incision est généralement réalisée au niveau du pli inframammaire, cette zone permettant une bonne cicatrisation et laissant des cicatrices discrètes. Ce type d'incision présente en outre l'avantage de préserver le tissu glandulaire. L'allaitement restera donc possible à l'avenir. Il est également possible d'ouvrir une voie d'accès au niveau de l'aréole ou de l'aisselle.

Selon la modification souhaitée, les implants peuvent être placés sous, entre ou sur le muscle du sein. En cas d'ouverture du muscle du sein lors de l'intervention, le processus de cicatrisation est susceptible d'être légèrement plus long après l'opération.

Information du patient et préparation

Comment se déroule la préparation?

Le médecin explique à la patiente les détails de l'intervention au cours d'un entretien préalable approfondi. Il présente à cette occasion le déroulement prévu de l'opération et le traitement de suivi ultérieur. Il informe également la patiente des éventuelles complications.

Deux semaines avant l'opération, il convient d'arrêter toute prise d'anticoagulants – certains antalgiques, par exemple – et de renoncer à l'alcool et à la nicotine.

Quand les implants doivent-ils être remplacés?

Les implants modernes ne se détériorent pas et durent généralement toute la vie. Un remplacement des implants peut toutefois s'avérer nécessaire pour des raisons esthétiques lorsque la forme des seins est altérée à la suite d'une grossesse et d'un allaitement ultérieurs, d'une importante perte de poids, d'une intervention liée à une maladie ou tout simplement en raison du processus naturel de vieillissement.

Exigences et risques

Quelles sont les exigences à remplir pour la patiente?

Une augmentation mammaire n'est soumise à aucune limite d'âge. L'opération peut être réalisée dès lors que la patiente le souhaite et que son état de santé est compatible avec une intervention chirurgicale.

Une grossesse ainsi qu'une réduction de poids importante ne devraient pas être envisagées dans un avenir proche, ces deux éventualités étant susceptibles d'altérer la forme des seins.

Déroulement de l'opération

Une augmentation mammaire est généralement réalisée durant un séjour d'un à deux jours. L'intervention en elle-même dure environ une heure et demie. Une voie d'accès vers le sein est d'abord créée par une incision de quelques centimètres. Cette incision est généralement réalisée au niveau du pli inframammaire, plus rarement au niveau de l'aréole ou de l'aisselle. L’ouverture permet alors d'insérer l'implant. Selon la procédure chirurgicale utilisée, il sera également nécessaire d'ouvrir le muscle du sein lorsque l'implant doit être placé sous ce muscle. L'incision cutanée est refermée avec des fils résorbables, le sein est soulagé par un bandage de soutien.

Dans certains cas, l'opération peut également être réalisée en ambulatoire ou sous anesthésie locale. Le médecin traitant émet alors une recommandation en ce sens lors de l'entretien de conseil. En l'absence d'hospitalisation, il convient de d'organiser un accompagnement, au moins pour la première nuit suivant l'intervention.

Comme toute opération, une augmentation mammaire est susceptible d'entraîner des complications, notamment des hémorragies postopératoires, infections, caillots de sang ou encore des troubles de la cicatrisation. Lorsqu'elles sont réalisées dans des cliniques spécialisées, les augmentations mammaires sont toutefois des opérations de routine présentant peu de risques.

Suivi et comportement après l'augmentation mammaire

Le lendemain de l'opération, on procède au retrait du bandage de soutien et, dans la plupart des cas, du drain à travers lequel s'écoulent les sécrétions résiduelles de la plaie. L'augmentation mammaire est considérée comme terminée dès que du tissu conjonctif endogène s'est formé autour de l'implant et que l'incision s'est bien refermée. Ces processus s'étendent sur plusieurs semaines. Au cours de cette période, plusieurs visites de suivi sont fixées individuellement pour la surveillance de la cicatrisation.

L'incapacité de travail varie selon l'intervention, et s'élève généralement à une durée comprise entre quelques jours et deux semaines. Le médecin procédera à l'estimation de cette durée lors de l'entretien préalable.

Comment faut-il se comporter après une augmentation mammaire?

Au cours des premières semaines suivant l'opération, la patiente devra éviter toute pression sur ses seins. Elle devra porter un soutien-gorge de sport spécial pendant six semaines. Les efforts physiques intenses, le port de charges lourdes ainsi que les séances de sauna devront être évités. L'exposition directe de la poitrine aux rayons du soleil nuit à la bonne cicatrisation.

Au cours des premières semaines suivant l'opération, il est recommandé de dormir uniquement sur le dos, afin d'éviter toute pression sur les seins.

Combien de temps après une augmentation mammaire peut-on à nouveau envisager une grossesse?

Malgré l'utilisation de procédures chirurgicales peu invasives, une augmentation mammaire met toujours les seins à rude épreuve. C'est pourquoi il est recommandé de différer toute (nouvelle) grossesse d'au moins trois mois, afin que le tissu conjonctif ait le temps de se fixer autour de l'implant et que la plaie chirurgicale puisse cicatriser.

L'augmentation mammaire n'altère pas la capacité d'allaitement. C’est lorsque l'intervention est réalisée au niveau du pli inframammaire que le risque de lésion du tissu glandulaire est le plus faible. Les femmes sont donc invitées à informer le médecin de tout projet de grossesse ultérieur avant l'opération.

Risques liés aux implants mammaires

L'augmentation mammaire a-t-elle une influence sur le risque de cancer?

Une augmentation mammaire n'a pas d'influence sur le risque de cancer du sein.

Les examens de dépistage du cancer du sein recommandés peuvent être réalisés en toute sécurité; les implants n'altèrent pas le résultat de la mammographie.

Lors de d'examen, les seins sont soumis à de fortes compressions, ce qui augmente ainsi le risque de rupture de l’enveloppe extérieure de l'implant. Cependant, les implants en silicone modernes ne contenant pas de liquide, toute fuite de gel de silicone dans les tissus environnants est impossible. Les implants à base de solution saline, rarement utilisés, comportent certes un risque de fuite du liquide, mais il est facilement éliminé par le corps.

Que se passe-t-il lorsque les implants doivent être remplacés ?

La complication la plus fréquente susceptible de survenir après l'insertion de l'implant mammaire est la contracture capsulaire. Elle survient dans 4 à 8 % des opérations. Elle se traduit par une formation excessive de tissu conjonctif autour des implants et par un durcissement des seins. Cette affection ne présente aucun risque pour la santé, mais les douleurs et la sensation de tension ressentie au niveau des seins peuvent être gênantes. Le tissu conjonctif rigidifié peut par ailleurs altérer la forme des seins, tout comme la grossesse, l'allaitement, la perte de poids ou le relâchement du tissu conjonctif lié à l'âge. Dans ces cas, l'implant peut être remplacé et les seins peuvent être à nouveau ajustés.