Fécondation in vitro (FIV)

Lors d’une fécondation in vitro (FIV), l’insémination des ovocytes n’a pas lieu dans le corps de la femme, mais au laboratoire, à l’aide d’un procédé «artificiel». Le traitement FIV se déroule généralement en plusieurs phases.

Qu’est-ce que la fécondation in vitro?

La fécondation in vitro (en abrégé: FIV) est la forme la plus ancienne et la plus courante d’insémination artificielle. La méthode FIV consiste à mettre en contact l’ovocyte prélevé de la femme avec les spermatozoïdes de l’homme dans une éprouvette. Après l’insémination, les ovules fécondés sont inséminés dans l’utérus de la femme.

Indication pour la fécondation in vitro

En présence de facteurs graves ou lorsqu’aucune grossesse ne survient malgré la répétition de traitements simples, l’ovocyte peut être fécondé artificiellement en éprouvette (fécondation in vitro, FIV) dans des conditions de laboratoire strictement contrôlées.

Déroulement d’une fécondation in vitro

Une FIV comprend deux phases:

Phase 1: traitement hormonal

La production ovarienne est stimulée par un traitement hormonal afin d’obtenir en une fois un maximum d’ovocytes. Le médecin réalisera ensuite deux à trois échographies pour surveiller la taille et la maturation des follicules dans l’ovaire. Dès que les ovocytes sont matures, c’est-à-dire prêts à être fécondés, l’ovulation est provoquée par l’injection d’une autre hormone.

Phase 2: prélèvement des ovocytes et insémination au laboratoire

Les ovocytes fécondables sont prélevés 36 heures plus tard à l’aide d’une longue aiguille fine dans le cadre d’une intervention pouvant être réalisée avec une brève anesthésie générale à la demande du patient.
Le jour du prélèvement, le sperme du partenaire est préparé en laboratoire, puis les ovocytes sont mis en présence des spermatozoïdes et cultivés dans un incubateur. Une fois qu’un ou plusieurs ovocytes ont été fécondés avec succès et qu’ils se sont développés en embryons au cours des jours qui suivent, le médecin implante un embryon de deux jours dans la cavité utérine de la femme au moyen d’un cathéter.
Le résultat du traitement est connu deux semaines après le prélèvement des ovocytes. Les tests sanguins permettent de déterminer si l’organisme de la femme a accepté la grossesse.

Quand remplacer la FIV par l’ICSI?

Si la qualité du sperme de l’homme est amoindrie ou que la quantité ou la mobilité des spermatozoïdes est limitée, il est possible de recourir à une ICSI (Injection intracytoplasmique de spermatozoïde au lieu d’un traitement FIV).

Conditions requises

Pour être éligible à un traitement FIV (ou ICSI), il convient de remplir les conditions suivantes:

  • Existence de données de base (bilan hormonal de la femme, échographie, spermogramme)
  • Âge maximum compris entre 43 et 44 ans pour la femme, entre 63 et 65 ans pour l’homme
  • Séronégativité des deux partenaires pour le VIH, l’hépatite B/C et la syphilis
  • Immunité avérée contre la rougeole et la varicelle
  • Stabilité du couple (le couple ne doit pas nécessairement être marié)

La loi suisse interdit la sélection d’embryons en fonction du sexe ou d’autres particularités physiques.

Chances de succès

Les chances de succès dépendent essentiellement et en premier lieu de l’âge de la femme et de sa propre réserve ovocytaire. De 35 à 40 ans, les perspectives de succès se réduisent de moitié.
Durant la phase d’examen, différents tests sont réalisés, dont les résultats permettent une évaluation relativement précise. Votre médecin traitant vous informera à l’avance des chances de succès de votre désir d’enfant.