Chirurgie du vagin

Les opérations du vagin sont principalement réalisées dans le cadre du traitement chirurgical du cancer du vagin ou du col de l'utérus. Une vaginoplastie s'avère nécessaire lorsqu'une partie importante du vagin doit être retirée chirurgicalement en cas de tumeur cancéreuse étendue.

Le cancer du vagin (carcinome du vagin) se développe dans le vagin-même. Le cancer du col de l'utérus peut toutefois métastaser dans le vagin. La chirurgie consiste dans les deux cas à retirer le tissu cancéreux du vagin. En cas de maladie localement restreinte, le tissu cancéreux est retiré en préservant le vagin. En cas de stade avancé de la maladie, des parties importantes du vagin, voire parfois le vagin tout entier, doivent être retirées. Dans ce cas, il est possible de reconstituer le vagin en pratiquant une vaginoplastie.

Quelles préparations sont effectuées?

Avant l'opération, différents examens sont pratiqués. Échographie et colposcopie font ici partie des examens standard. On procède parfois également à une tomodensitométrie ou à une IRM. Si la patiente prend des anticoagulants, elle doit cesser de les prendre avant l'intervention. Avant d'opérer, on procède parfois à une radiothérapie ou une chimiothérapie pour réduire la taille de la tumeur. L'intervention visant à supprimer le cancer du vagin est effectuée, selon la taille de la tumeur, sous anesthésie locale, par rachianesthésie (péridurale) ou sous anesthésie générale. Si une vaginoplastie (reconstruction du vagin) est nécessaire, elle se fait sous anesthésie générale.

Comment se déroule l'opération?

L'intervention visant à supprimer la tumeur est fonction de sa taille et de son étendue. Les petites tumeurs peuvent être retirées du vagin sans traumatisme. Pour les tumeurs plus importantes, des parties du vagin, ou parfois le vagin tout entier, ainsi que les organes voisins, comme la vessie, doivent être retirés.

La vaginoplastie est une intervention complexe lors de laquelle le vagin est reconstruit. On utilise pour cela le tissu musculaire de la patiente, une partie de l'intestin et de peau que l'on greffe. L'intervention chirurgicale dure plusieurs heures.

Quel est le taux de réussite du traitement?

Le taux de réussite de la vaginoplastie dépend du stade du cancer. En règle générale, une suppression radicale du vagin n'est effectuée que si l'on a ainsi de bonnes chances de traiter efficacement le cancer. La reconstruction du vagin a pour but de permettre aux femmes concernées d'avoir une sexualité normale. L'opération permet généralement d'atteindre ce but.

Quels sont les risques ou les complications du traitement?

Une ablation totale du vagin après un cancer est une opération complexe, touchant très souvent également les organes voisins. La vessie, l'urètre ou le rectum font souvent partie de l'opération. Les complications et les risques dépendent de l'étendue du cancer. La vaginoplastie en soi ne comporte que peu de risques. Comme pour toutes les opérations, néanmoins, des infections, des lésions nerveuses, des hémorragies ou des caillots de sang peuvent survenir dans certains cas rares.

Que se passe-t-il après l'intervention chirurgicale?

Après l'intervention, la patiente est en phase de réveil suite à l'anesthésie et placée sous surveillance. Si tout se passe bien, la patiente peut quitter l'hôpital après quelques jours. Après l'opération, toute activité physique intense doit être évitée pendant quelques temps tout comme porter des charges lourdes. Pour que le canal vaginal créé artificiellement reste ouvert, on place généralement pendant quelque temps une prothèse de dilatation. Tout rapport sexuel est à proscrire jusqu'à la cicatrisation complète et le bon fonctionnement du vagin reconstruit.

Selon le stade du cancer, un traitement complémentaire peut s'avérer nécessaire (chimiothérapie). En outre, des visites de contrôles doivent être effectuées régulièrement.