Opérations du cancer du sein

La résection chirurgicale de la tumeur constitue l'intervention de base dans le traitement du cancer du sein. Lorsque c'est possible, le chirurgien tentera de préserver le sein. Si l'ablation est nécessaire, le sein pourra être reconstruit ultérieurement par chirurgie plastique. Les différentes techniques de traitement chirurgicales en cas de cancer du sein sont détaillées ci-dessous.

L'ablation chirurgicale de la tumeur est la base dans le traitement du cancer du sein. Le traitement chirurgical le mieux adapté est ici défini dans le cadre d'une collaboration interdisciplinaire entre le gynécologue, l'oncologue et le chirurgien. Les besoins individuels de la patiente jouent ici un rôle central. Aujourd'hui, il est possible chez la plupart des femmes de pratiquer une intervention préservant le sein. Une ablation du sein (mastectomie) n'est effectuée que dans de rares cas. À savoir lorsqu'un traitement visant à préserver le sein ne peut pas être envisagé. Si le sein doit être retiré, il existe plusieurs techniques de reconstructions mammaires.

Opération préservant le sein en cas de cancer du sein

Lors d'une opération préservant le sein, seul le tissu tumoral est retiré du sein.  On retire également les ganglions lymphatiques touchés à proximité de la tumeur si nécessaire. Avant l'intervention, on procède parfois à une chimiothérapie afin de réduire la taille de la tumeur. Ce traitement préalable est appelé traitement néoadjuvant.

Quelles préparations sont effectuées?

Avant l'opération, différents examens sont pratiqués. La tumeur est localisée avec précision grâce à diverses techniques d'imagerie comme la mammographie, l'échographie ou l'IRM. Une biopsie permet de déterminer le type de cancer du sein. Selon les résultats des examens, on décide si une intervention préservant le sein est possible et si une chimiothérapie doit être effectuée au préalable.

On effectue également les examens de routine précédant une opération, c'est-à-dire analyse de sang, mesure de la tension artérielle et ECG. Si la patiente prend des anticoagulants, elle doit interrompre le traitement.  L'opération se déroule sous anesthésie générale et la patiente doit être à jeun avant l'intervention.

Comment se déroule l'opération?

La localisation de la tumeur dans le sein détermine l'endroit où l'incision devra être pratiquée. Une fois l'incision effectuée, le tissu tumoral est retiré du sein. Par précaution, on retire également quelques millimètres de tissu sain par sécurité. Cette mesure vise à garantir le retrait total de la tumeur. Si les ganglions lymphatiques à proximité de la tumeur sont touchés, ils sont également retirés. Si lors de la résection de la tumeur, le sein est abîmé, ces petits défauts sont généralement corrigés directement lors de l'opération préservatrice. En cas de défauts plus importants, une reconstruction mammaire peut être envisagée ultérieurement dans le cadre d'une autre opération. L'intervention dure environ entre 1 et 2 heures.

Quel est le taux de réussite du traitement?

Les chances de guérison après une opération préservant le sein dépendent du stade d'évolution du cancer et du type de cancer du sein. Le taux de récidive après une opération préservant le sein n'est pas plus important qu'en cas d'ablation et les pronostics ne sont pas moins bons. La décision de recourir à une opération préservant le sein n'est de toute façon envisagée que si les chances de guérison ne sont pas impactées.

Quels sont les risques ou les complications du traitement?

L'intervention chirurgicale comporte peu de risques et se déroule généralement sans complications. Comme pour toutes les opérations, néanmoins, des infections, des lésions nerveuses, des hémorragies ou des caillots de sang peuvent survenir dans certains cas rares.

Que se passe-t-il après l'intervention chirurgicale?

Après l'intervention, la patiente est en phase de réveil suite à l'anesthésie, et placée sous surveillance. Si tout se passe bien, la patiente peut quitter l'hôpital après 2 à 3 jours. Après l'opération, toute activité physique intense doit être évitée pendant quelques temps tout comme porter des charges lourdes.

Le traitement du cancer du sein se poursuit. En règle générale, l'opération est suivie d'une radiothérapie afin de minimiser le risque de récidive. Selon le type de cancer du sein et le stade de la maladie, une chimiothérapie, une hormonothérapie ou une immunothérapie doivent être suivies.

Mastectomie, amputation du sein, ablation du sein

L'ablation du sein est nécessaire lorsque la préservation n'est pas possible. Les indications pour une mastectomie peuvent être les suivantes: la tumeur est trop grosse, elle a proliféré dans le mamelon ou la thérapie de préservation du sein ne permet pas d'obtenir un résultat esthétique satisfaisant. Il arrive également que les femmes optent pour la mastectomie car elles ne souhaitent pas subir de radiothérapie ou se sentent rassurées si le sein tout entier est retiré.

Quelles préparations sont effectuées?

Les examens et préparatifs avant une mastectomie sont les mêmes que pour une opération préservant le sein. De manière générale, on définit avant l'ablation du sein si les premières étapes d'une reconstruction mammaire doivent être effectuées.

La patiente est généralement hospitalisée la veille de l'opération. On effectue également les examens de routine précédant une opération, c'est-à-dire analyse de sang, mesure de la tension artérielle et ECG. Si la patiente prend des médicaments hémostatiques, elle doit interrompre le traitement avant l'intervention.  L'opération se déroule sous anesthésie générale et la patiente doit être à jeun avant l'intervention.

Comment se déroule l'opération?

Contrairement à ce qui était le cas avant, les techniques utilisées sont également peu invasives en cas d'ablation du sein. Lorsque c'est possible, on conserve une partie de la peau. Bien souvent, le mamelon et l'aréole peuvent être préservés intégralement ou en partie. Le tissu glandulaire mammaire ainsi que le fascia (tissu conjonctif) situés sous le muscle du sein sont retirés en intégralité dans tous les cas de figure. Le muscle du sein en soi n'est pas retiré. Si les ganglions lymphatiques des aisselles sont touchés, ils sont également retirés. Selon les cas, des mesures sont d'ores et déjà prises lors de l'intervention en vue d'une reconstruction mammaire avec des implants tissulaires ou en silicone.  L'intervention dure entre 2 et 3 heures environ.

Quel est le taux de réussite du traitement?

Les chances de guérison du cancer du sein dépendent du stade d'évolution de la maladie et du type de cancer du sein. Le taux de récidive après une mastectomie est comparable à celui d'une opération préservant le sein.

Quels sont les risques ou les complications du traitement?

La mastectomie comporte peu de risques et se déroule généralement sans complications. Comme pour toutes les opérations, néanmoins, des infections, des lésions nerveuses, des hémorragies ou des caillots de sang peuvent survenir dans certains cas rares. Il arrive parfois qu'après l'ablation des ganglions lymphatiques dans les aisselles, un lymphœdème apparaisse au niveau du bras (œdème lymphatique du bras).

Que se passe-t-il après l'intervention chirurgicale?

Après l'intervention, la patiente est en phase de réveil suite à l'anesthésie, et placée sous surveillance. Si tout se passe bien, la patiente peut quitter l'hôpital après 3 à 4 jours. Après l'opération, toute activité physique intense doit être évitée pendant quelques temps tout comme porter des charges lourdes.

Le traitement du cancer du sein se poursuit. Une radiothérapie n'est généralement pas nécessaire après une mastectomie.  Le traitement postopératoire dépend du type de cancer du sein et de son stade d'évolution. Il peut comprendre une chimiothérapie, une hormonothérapie ou une immunothérapie.

Reconstruction mammaire, reconstruction du sein

Il existe différentes techniques et possibilités de reconstruction mammaire. Le plus souvent, des implants en silicone sont utilisés pour la reconstruction mammaire. Parfois, des implants contenant une solution saline sont d'abord utilisés avant de procéder à la reconstruction définitive. En tant qu'alternative aux implants en silicone, il est possible d'utiliser du tissu endogène prélevé au niveau du ventre ou du dos. Avec cette méthode, un morceau de peau et de graisse est prélevé avec ou sans muscle et greffé sur le sein. La reconstruction mammaire avec du tissu endogène est toutefois plus complexe et plus pénible que l'utilisation d'implant. Le choix de la meilleure méthode est individuel, et dépend de la situation médicale et des préférences de la patiente. La reconstruction mammaire débute généralement lors de l'intervention du cancer du sein et s'effectue en plusieurs étapes. Si une radiothérapie est nécessaire, la reconstruction mammaire est effectuée après.

Centres (6)