Opération du péritoine

Les opérations du péritoine ou de l'épiploon constituent des possibilités de traitement des maladies cancéreuses avancées dans la cavité abdominale. La chimiothérapie hyperthermique intrapéritonéale constitue ainsi une méthode très spécialisée qui combine l'ablation du péritoine avec une chimiothérapie.

Les atteintes cancéreuses du péritoine (carcinose péritonéale) ou de l'épiploon sont presque exclusivement provoquées par des tumeurs métastatiques des organes de l'abdomen ou du bassin. L'atteinte du péritoine indique ainsi généralement une maladie cancéreuse déjà avancée. L'ablation du péritoine (péritonectomie) ou de l'épiploon (omentectomie) en cas de cancer peut éviter des troubles, tels que l'accumulation de liquide dans l'abdomen, mais aussi prolonger la survie. C'est en particulier le cas pour la méthode pratiquée depuis quelques années qui consiste à combiner l'ablation du péritoine avec le nettoyage de la cavité abdominale par des agents chimiothérapeutiques: la chimiothérapie hyperthermique intrapéritonéale (CHIP).

Quelles préparations sont effectuées?

C'est une équipe interdisciplinaire qui prend la décision d'intervention chirurgicale en cas d'atteinte cancéreuse du péritoine. Ce tumorboard, composé de différents spécialistes, décide en fonction du stade de la maladie et après avoir évalué les risques et les bénéfices si une opération est judicieuse et possible.

Toutefois, ce n'est souvent qu'après avoir ouvert la cavité abdominale qu'on peut réellement voir s'il est possible de procéder à l'ablation du péritoine ou de l'épiploon et au rinçage avec des médicaments.

Avant l'opération, on effectue aussi les examens de routine, c'est-à-dire analyse de sang, mesure de la tension artérielle et ECG. L'opération est pratiquée sous anesthésie générale. Pour l'opération, le patient doit être à jeun.

Comment se déroule l'opération?

Chimiothérapie hyperthermique intrapéritonéale, CHIP

Après l'ouverture de la paroi abdominale, on voit si les métastases au péritoine peuvent être retirées par voie chirurgicale. Si c'est le cas, on procède en fonction de la situation à une ablation partielle ou totale du péritoine (péritonectomie). Ensuite, la cavité abdominale est rincée par une solution chimiothérapeutique hyperthermique. La solution de rinçage, qui contient des médicaments anticancéreux, est ainsi réchauffée à 42°C, ce qui permet d'augmenter l'efficacité du traitement sur les cellules cancéreuses. Avec le rinçage, on obtient une concentration des médicaments dans la cavité abdominale environ 30 fois supérieure à celle obtenue avec une chimiothérapie habituelle par comprimés ou injections.  Le rinçage dure en général 1 à 2 heures mais peut aussi se prolonger sur quelques heures dans les cas exceptionnels. Le patient est sous anesthésie générale pendant tout ce temps.

Ablation de l'épiploon, omentectomie

Entouré par le péritoine, l'épiploon recouvre les organes de l'abdomen. Il contient des tissus graisseux, des vaisseaux sanguins et des cellules immunes. L'ablation de l'épiploon peut être nécessaire en cas d'atteinte de ce dernier par des cellules cancéreuses ou, dans de rares cas, en cas d'inflammation du péritoine (péritonite). L'opération est pratiquée en chirurgie ouverte. Les vaisseaux sanguins circulant dans l'épiploon sont clampés. Ensuite, l'épiploon est soigneusement détaché du péritoine avant d'être retiré.

Quel est le taux de réussite du traitement?

Le pronostic après une opération du péritoine ou de l'épiploon en cas de maladie cancéreuse dépend du stade de cette dernière. Généralement, le cancer se trouve déjà à un stade avancé. L'intervention chirurgicale permet de réduire les complications telles que l'accumulation de liquide dans l'abdomen (ascite) et de prolonger la survie de plusieurs mois. Des périodes de survie à long terme de plus de cinq ans ont aussi déjà été documentées.

Quels sont les risques ou les complications du traitement?

La chimiothérapie hyperthermique intrapéritonéale est très lourde pour le corps. En outre, l'intervention chirurgicale est associée à un risque accru de complications telles que des problèmes de cicatrisation ou d'infections des plaies. La décision d'une opération doit donc être prise après avoir consciencieusement pesé les risques et les bénéfices.

Que se passe-t-il après l'intervention chirurgicale?

Après l'opération, le patient est surveillé et pris en charge dans l'unité de soins intensifs.  En règle générale, les patients peuvent être transférés vers l'unité de lits après un jour. Le traitement et la prise en charge de suivi dépendent ensuite du type et du stade de l'affection cancéreuse primaire.

Centres (5)