Thymus

Si le thymus est affecté par une tumeur, la glande thymus doit faire l'objet d'une ablation chirurgicale. La maladie qu'on appelle myasthénie grave constitue une autre indication spéciale d'ablation du thymus. Dans cette maladie, le thymus est associé à la formation d'anticorps qui entraînent une faiblesse musculaire. Aujourd'hui, l'opération du thymus est souvent pratiquée avec la méthode mini-invasive de la thoracoscopie.

Le thymus est un organe qui fait partie du système immunitaire et qui est particulièrement important pendant l'enfance pour le développement des cellules immunes. Il est situé derrière le sternum, dans le médiastin de la cage thoracique, à proximité immédiate du cœur. À l'âge adulte, le thymus involue, et n'est quasiment plus composé que de cellules graisseuses. Il n'assume alors plus de véritable fonction. Malgré cela, des tumeurs peuvent se former dans le thymus. On les appelle des thymomes, et la plupart d'entre elles sont bénignes. La variante maligne, le cancer du thymus, ne concerne que 15 % env. des tumeurs du thymus. Avec le temps, des tumeurs bénignes peuvent toutefois évoluer en tumeurs cancéreuses. Une ablation chirurgicale (thymectomie) est donc toujours nécessaire en cas de tumeurs du thymus.

La myasthénie grave est une maladie musculaire sévère liée au thymus. La maladie est déclenchée par des anticorps qui sont notamment formés dans le thymus. C'est la raison pour laquelle on procède également souvent à une thymectomie en cas de myasthénie grave.

Quelles préparations sont effectuées?

En cas de tumeurs du thymus, on pratique une tomodensitométrie (CT scan) ou une IRM. Ces examens permettent de déterminer la position, la taille et la croissance de la tumeur. En cas de myasthénie, on procède également à des analyses de sang et des examens sur les muscles.

Comme c'est généralement le cas avant une opération, l'administration éventuelle d'anticoagulants doit être interrompue au préalable. L'opération est pratiquée sous anesthésie générale. Pour l'opération, le patient doit être à jeun.

Comment se déroule l'opération?

Aujourd'hui, on a plutôt rarement recours à cette opération, autrefois pratiquée par chirurgie ouverte avec ouverture du sternum (sternotomie). La plupart du temps, l'ablation du thymus est faite par la procédure mini-invasive de la thoracoscopie. On introduit la caméra et les instruments par de petites incisions cutanées entre les côtes, dans la cage thoracique. Dans certains centres, on a recours pour cette intervention à un robot d'opération, le Da Vinci.

Le thymus est soigneusement détaché et retiré sous contrôle vidéo. On inspecte également le tissu environnant du médiastin et on retire les éventuelles altérations suspectes. S'il s'avère que la tumeur a trop envahi le tissu environnant pendant la thoracoscopie, on doit parfois passer à une chirurgie ouverte.

Pour terminer, on place un drain et on suture les plaies opératoires. En fonction du cas, l'intervention dure de 2 à 3 heures.

Quel est le taux de réussite du traitement?

Si la tumeur est bénigne, les chances de réussite sont très bonnes après l'ablation du thymus. En cas de maladie cancéreuse, les chances de guérison dépendent de l'étendue et du stade du cancer.

L'opération du thymus en cas de myasthénie grave entraîne une amélioration des troubles chez 80 % env. des patients.

Quels sont les risques ou les complications du traitement?

L'ablation thoracoscopique du thymus est une intervention chirurgicale peu complexe. Comme pour toutes les opérations, des infections, des lésions de nerfs, des hémorragies ou des caillots de sang peuvent parfois survenir.

Que se passe-t-il après l'intervention chirurgicale?

Après l'opération, une observation des fonctions cardiovasculaires et respiratoires est nécessaire pendant quelques heures dans l'unité de surveillance. Le drain peut généralement être retiré après 1 à 2 jours. En général, le patient est hospitalisé 3 à 4 jours au total. Après une chirurgie ouverte avec sternotomie, le processus de guérison dure un peu plus longtemps. Il convient d'éviter tout effort physique trop important dans les 2 à 3 semaines suivant l'opération.

En cas de tumeur maligne, une radiothérapie ou une chimiothérapie est parfois réalisée, en fonction du type et du stade de la maladie.

Dans le cas de la myasthénie grave, le traitement médicamenteux de la maladie est poursuivi, et des contrôles réguliers sont nécessaires.