Préparation et suivi médical : Jusqu’à la victoire !

Dr Vincent Burki, médecin du sport au Centre de Médecine du Sport et de l’Exercice revient sur la préparation et le suivi médical de l’équipe de voile DoubleYouTeam suite à leur victoire du Bol d’Or Mirabaud. Séance de préparation, bilan médical et physique complet, échanges réguliers, découvrez ce qui se cache derrière un partenariat médical.

En quoi consiste une préparation médicale pour une saison de voile et en particulier une régate telle que le Bol d’Or ?

Tout d’abord, une réunion est organisée entre l’équipe médicale et le staff de l’équipe. Ces différents acteurs (le médecin, le physiothérapeute et ostéopathe, le barreur et leader du projet Mobimo et le coach) se rencontrent pour analyser les besoins de chacun, les volontés, les indications en termes de bilan sportif, les différentes prises en charge possibles, etc.
S’en suit une préparation physique autonome de chaque athlète, sous la supervision du coach physique de l’équipe.
Le Centre de Médecine du Sport et de l’Exercice intervient en pré-saison dans la réalisation du bilan médical et physique complet de chaque membre de l’équipe. Ce bilan médical et physique comprend :

  • Un entretien et un examen médical global
  • Une prise de sang avec une analyse de déficits ou carences essentielles
  • Un bilan en ostéopathie et physiothérapie avec une analyse posturale et analyse de la mobilité articulaire et gainage
  • Un test d’effort de type VO2 max-lactate

Ceci dans un but de personnaliser et adapter la préparation et les conseils au mieux pour chacun, et d’avoir un programme de prévention des blessures si nécessaire.
Le Bol d’Or est une longue régate. C'est donc une course exigeante d’un point de vu de l’endurance que ce soit au niveau physique et mental.
 

Comment la Clinique La Colline est-elle présente aux côtés de l’équipe ? Comment se passe le suivi médical tout au long de la saison ?

Nous entretenons des échanges réguliers avec le staff de l’équipe pour s’assurer de la bonne condition des athlètes en continu. Je suis également physiquement présent sur certaines courses ou entrainement. Nous gardons un contact médical permanent pour la gestion des problématiques éventuelles. Sinon, je suis disponible par téléphone en tout temps pour répondre aux diverses questions que le staff ou les membres pourraient avoir.

Le travail de la condition physique se fait en continu selon le programme adapté et personnalisé initialement conçu. Le staff de l’équipe suit ce travail physique, que ce soient les physiothérapeutes, les préparateurs sportifs ou encore les autres membres de l’équipe « médicale ».
 

Au niveau orthopédique, quelles sont les parties du corps les plus mises à contribution dans la pratique de la voile ?

Les parties du corps les plus touchées sont le rachis lombaire et cervical, les épaules et les poignets, les genoux et les hanches. Mais cela dépend du type de bateau et de la position et du rôle sur le bateau. Par exemple, le barreur est plus exposé à une position assise prolongée et des déplacements courts itératifs, mais rapides. Ce qui nécessite une bonne endurance, une hygiène posturale (rachis dorso-lombaire), de l’agilité et de la réactivité. Alors qu’une position de numéro 1 (à l’avant du bateau), sera plus exigeante physiquement, en particulier au niveau des bras et des épaules.
 

Y-a-t-il eu des blessés ? Si oui, quelle a été la prise en charge ?

Il y a eu quelques blessures dites de « surcharges », c’est-à-dire des blessures musculaires ou tendineuses, voire posturales sur le bateau, traduites par des douleurs lombaires, cervicales ou de hanche. Il y a également eu des douleurs d’épaule ou de poignet, à gérer sur la saison. La prise en charge a surtout été une gestion des douleurs/gênes et de consolidation durant les périodes de repos, en particulier en physiothérapie.
 

Quelle a été votre réaction lorsque vous avez appris que Mobimo, le bateau de l’équipe Double You Team était le grand vainqueur du Bol d’Or ?

En tant que passionné de sport, je l’ai vécu plus comme un spectateur (le médecin n’ayant finalement pas grand-chose à faire sur cette fin de course !), en direct au bord de l’eau, avec beaucoup de stress devant cette situation serrée et indécise. Par après, une grande satisfaction pour le projet et son fondateur Christian Wahl.
 

Le mot de la fin :

La voile et son côté « tourisme » ou « loisir » fait souvent rêver (que de belles images !), mais sur des projets tels que les D35, on est vraiment dans un contexte de performance, aussi bien technologique que sportive, nécessitant par conséquent une approche pointue, spécialisée et aussi une organisation sans faille.
 

L’aspect physique est primordial, nous l’avons bien compris. Cependant, le côté mental est extrêmement important également. Le barreur skipper de Mobimo, Christian Wahl nous le confirme :

 

" Le Bol d’Or Mirabaud est une course qui se prépare en équipe tout au long de la saison. Il faut être prêt physiquement, techniquement et mentalement. 

 

Pour cette édition 2018, l’équipe était en pleine forme et prête. Les conditions n’étaient pas des conditions exceptionnelles en terme de vent mais très intéressantes et très stratégiques. Au vu la longueur de la course, nous avons décidé de faire un relai à la barre et à la tactique pour avoir la meilleure configuration possible en fonction de l’évolution de la flotte et de la météo et ainsi de ne pas être seul sous pression de barre. 

 

Cette course est mythique, il ne faut rien lâcher, être très soudé, être patient, fort mentalement pour bien gérer les transitions. Chaque équipier a amené sa force mentale et sa motivation à des moments clés de la régate. On s’est dit à Yvoire que tout allait se jouer sur la ligne. Il fallait effectuer une belle remontée. L’équipe est très professionnelle, a pris du plaisir qui à mener à une performance, à une victoire ! "