Dans la série «perte de poids», la tendance est au jeûne! On lui attribue des bénéfices sur certaines maladies et sur la ligne mais il n’est pas toujours facile d’arrêter de manger sans ressentir privation, fringale et contraintes sociales. Pour profiter des bénéfices du jeûne sans ces aspects négatifs, beaucoup choisissent le jeûne intermittent. Stéphanie Barlet, diététicienne chez Hirslanden Clinique La Colline nous explique.

Qu’est-ce que le jeûne intermittent?

C’est une forme d’alimentation au cours de laquelle on alterne les phases de jeûne et de consommations alimentaires normales en fonction d’un rythme prédéfini.

Que se passe-t-il lorsque l’on jeûne?

Ne pas manger durant plusieurs heures entraîne un stress alimentaire au cours duquel notre organisme ne reçoit plus d’apport énergétique ce qui l’oblige à puiser dans ses réserves. 

Dans nos vies actuelles, l’état de jeûne se limite à la nuit. Dès le réveil, on passe à l’état nourri car nous réagissons aux premiers signaux de manque de sucre.

Lorsque nous mangeons du matin au soir, notre corps digère en permanence et n’a pas le temps de se reposer.

Le jeûne peut avoir un effet bénéfique sur nos «envies» entre les repas en jouant sur le fonctionnement de certaines hormones (notamment l’insuline) en régulant l’appétit et l’utilisation des graisses. Par exemple, en stabilisant la glycémie, on évite le pic d’insuline (hormone qui augmente avec l’absorption de sucre) et donc le risque d’hypoglycémie réactionnelle (diminution de l’insuline pouvant provoquer la sensation de fatigue) qui engendre souvent des grignotages par confusion entre fatigue et faim.

Quelle méthode choisir?

Après consultation auprès de son médecin, il est essentiel de trouver la méthode qui convient le mieux, peu contraignante et compatible avec votre vie sociale: 

  • Jeûner 1 jour/2 : Ne rien manger durant 24h puis normalement durant les 24h suivantes
  • Méthode 5:2 : Jeûner 2 jours/5
  • Fasting : Jeûner 16h tous les jours en prolongeant le jeûne naturel de nos 6 à 10h de sommeil
  • Jeûne partiel : réduire de 25% ses apports 1 jour/2

Le jeûne le plus courant et le mieux documenté est le «fasting» où ceux qui ne ressentent pas la faim pourront facilement se passer du petit déjeuner et d’autres, ayant déjeuné copieusement, préféreront oublier le souper. 

Jeûner: est-ce une méthode efficace?

L’objectif du jeûne est de faire en sorte que le corps soit à nouveau capable de s’autoréguler seul. Le but étant de limiter la durée de l’état nourri et augmenter celle de l’état à jeun afin de rééquilibrer le métabolisme et favoriser l’utilisation des graisses comme source d’énergie.

Dans des études récentes, le jeûne est décrit comme une méthode efficace, sans doute supérieure aux régimes hypocaloriques car elle est plus facile à suivre. Le jeûne entraîne plus de perte de masse grasse tout en préservant les muscles pour autant que vos repas soient pris de manière équilibrée pour toujours adapter vos menus à vos besoins. En effet, les chercheurs pensent que le jeûne intermittent permet de mincir soit parce que l’on diminue la consommation énergétique par la réduction des occasions de manger, soit par la modification de la sécrétion d’insuline, ou encore parce que l’on rétablit un rythme circadien favorable à la perte du poids.

Le jeûne semble donc être une méthode bénéfique à condition qu’il soit réalisé dans des conditions optimales. En revanche, s’il engendre frustration, fatigue, craquage et culpabilité, il s’avérera contre-productif...

 

Propos recueillis par Oriane Perrin .

Stéphanie Barlet

Diététicienne