Interventions en cas de troubles du rythme cardiaque

Les troubles du rythme cardiaque peuvent être traités par différentes opérations et interventions chirurgicales. En fonction de la cause du trouble du rythme, on opte pour l'implantation d'un stimulateur cardiaque, pour des opérations au niveau des auricules ou pour des procédures électrophysiologiques.

Les troubles des battements du cœur sont désignés par le terme de troubles du rythme cardiaque. Ils peuvent trouver leur origine dans les oreillettes ou les ventricules. On fait en principe la distinction entre un battement trop rapide (tachycardie) et un battement trop lent (bradycardie).  Les extrasystoles désignent quant à elles des battements survenant entre deux battements normaux du cœur. Elles sont généralement anodines; elles peuvent également survenir chez des sujets en bonne santé et passent souvent inaperçues. Les personnes concernées ressentent parfois des palpitations ou des impressions d'arrêt du cœur. Dans la plupart des cas, aucun traitement n'est nécessaire.

Le flutter auriculaire et la fibrillation auriculaire, la tachycardie ventriculaire, la fibrillation ventriculaire et la bradycardie font en revanche partie des troubles du rythme cardiaque qui nécessitent un traitement.

La fibrillation auriculaire est associée à un risque beaucoup plus élevé d'AVC. Du fait des mouvements de fibrillation de l'auricule, des caillots sanguins peuvent se former dans le cœur avant de se déplacer dans les vaisseaux du cerveau. Avec le temps, la fibrillation auriculaire peut aussi provoquer une insuffisance cardiaque.

Différentes interventions chirurgicales sont possibles pour traiter les troubles du rythme cardiaque. On compte notamment le stimulateur cardiaque, les interventions électrophysiologiques (défibrillation, cardioversion et ablation par cathéter), ainsi que l'ablation chirurgicale et l'opération de l'auricule.

Ablation par cathéter

L'ablation par cathéter est une intervention électrophysiologique. Les tissus responsables des battements du cœur anormaux sont neutralisés à l'aide d'un courant à haute fréquence (ablation par radiofréquence). Il s'agit du premier choix de traitement pour la majorité des troubles du rythme cardiaque, en particulier pour le flutter auriculaire, la fibrillation auriculaire et la tachycardie ventriculaire.

Comment se déroule le traitement ?

Le cathéter cardiaque est introduit dans l'aine sous anesthésie locale avant d'être poussé vers le cœur. Pour le flutter auriculaire, l'accès via une veine de l'aine suffit généralement. Pour la fibrillation auriculaire, un accès via une artère est également possible. Dans le cœur, la pointe du cathéter est chauffée avec un courant à haute fréquence. Les tissus malades peuvent alors être sclérosés et détachés thermiquement. Le tissu ainsi isolé ne gêne plus la conduite électrique. L'ablation par cathéter fait partie des procédures mini-invasives. Une anesthésie générale n'est pas nécessaire. Il arrive souvent que les patients dorment pendant l'intervention du fait de la sédation. L'intervention dure de 1 à 3 heures, et les patients peuvent généralement quitter l'hôpital après 1 à 2 jours.

Quel est le taux de réussite du traitement ?

Les résultats de l'ablation par cathéter sont variés. Pour le flutter auriculaire, le taux de réussite, qui est très bon, s'élève de 80 à 95 %. Pour la fibrillation auriculaire, il est plus faible (60 à 75 %), et il faut souvent procéder à plusieurs ablations pour éliminer complètement le trouble. Dans les cas persistants, l'ablation par cathéter peut être combinée avec une ablation chirurgicale. Pour la tachycardie ventriculaire, le taux de réussite est compris entre 50 et 80 %.

Quels sont les risques ou les complications du traitement ?

L'intervention comporte peu de risques et l'éventualité de complications sérieuses est faible. Après l'intervention, il faut parfois plusieurs jours, voire semaines, pour que la fibrillation auriculaire disparaisse complètement. Les autres troubles du rythme cardiaque tels que le flutter auriculaire ou le syndrome de Wolff-Parkinson-White sont éliminés tout de suite après l'intervention. Le traitement d'anticoagulants doit être poursuivi tant que la fibrillation auriculaire persiste.

Opération de l'auricule

En cas de fibrillation auriculaire, les caillots de sang se forment généralement dans l'auricule gauche. L'auricule désigne le prolongement de l'oreillette en forme de chou-fleur. Le retrait de ce prolongement – ou son obstruction par un dispositif – constitue une alternative aux anticoagulants. L'intervention est pratiquée si aucun traitement anticoagulant à long terme n'est possible, en raison du risque accru d'hémorragie.

Ablation chirurgicale

L'ablation chirurgicale est plus rarement pratiquée. Cette technique implique un accès via de petites incisions dans la cage thoracique (chirurgie mini-invasive). Tout comme pour l'ablation par cathéter, les tissus malades sont sclérosés avec de la chaleur. L'ablation chirurgicale est souvent combinée à l'opération de l'auricule. L'intervention chirurgicale est pratiquée sous anesthésie générale et dure deux heures environ.

L'ablation chirurgicale est également réalisée lorsque d'autres opérations telles qu'un pontage ou une opération des valves cardiaques sont nécessaires.

Le taux de réussite est compris entre 80 et 90 %.

Stimulateur cardiaque

Les stimulateurs cardiaques sont de petits systèmes électroniques qui surveillent les battements du cœur. Ils interviennent si le cœur bat trop lentement (bradycardie) ou trop vite (tachycardie ventriculaire, fibrillation ventriculaire). Les systèmes modernes peuvent intervenir très subtilement dans l'activité électrique cardiaque, garantissant ainsi une activité cardiaque normale. Le stimulateur cardiaque donne la cadence si le cœur bat trop lentement. Le système de défibrillateur est utilisé s'il existe un risque de fibrillation ventriculaire. À l'instar d'un défibrillateur externe, le système délivre en cas d'urgence un choc électrique ciblé pour empêcher une fibrillation ventriculaire fatale.

La thérapie de resynchronisation en cas d'insuffisance cardiaque constitue une application spéciale.  Dans certains cas, l'insuffisance cardiaque est due non seulement à une faiblesse du myocarde, mais aussi à un trouble de son activité électrique. En raison de ce trouble, le myocarde n'est plus tout à fait synchrone et la performance cardiaque diminue. Un stimulateur cardiaque peut ainsi résoudre le problème et resynchroniser le myocarde.

Comment se déroule le traitement ?

Le stimulateur cardiaque ou le défibrillateur sont normalement implantés sous la peau, sous la clavicule; la région concernée est anesthésiée localement. Les électrodes de surveillance et de contrôle de l'activité cardiaque sont positionnées dans le ventricule correspondant via une veine, avant d'y être fixées. L'intervention dure une heure environ. À l'issue de la surveillance du système et d'un dernier contrôle, il est généralement possible de quitter l'hôpital après une nuit.

Quel est le taux de réussite du traitement ?

Le stimulateur cardiaque ou le défibrillateur implanté permettent d'obtenir de très bons résultats. Les personnes portant un stimulateur cardiaque peuvent mener une vie quasiment normale.

Quels sont les risques ou les complications du traitement ?

Les stimulateurs cardiaques sont normalement bien tolérés.

Des lésions vasculaires et nerveuses peuvent survenir avec l'utilisation du dispositif. Il arrive que l'implant se déplace, ce qui limite son fonctionnement. Des troubles supplémentaires du rythme cardiaque peuvent être déclenchés par le stimulateur cardiaque.

Que se passe-t-il après l'intervention chirurgicale ?

Le fonctionnement du système implanté doit être vérifié régulièrement, tous les six mois, voire tous les ans. Si des ajustements sont requis, le stimulateur cardiaque peut être programmé de l'extérieur. En fonction des sollicitations exercées, la durée de vie de la batterie lithium est de 6 à 10 ans. Après cette période, le stimulateur cardiaque doit être remplacé.  Le fonctionnement peut être altéré par les champs magnétiques et les installations électriques. Les porteurs de stimulateur cardiaque sont précisémnet informés des risques possibles.

Cardioversion électrique

La cardioversion électrique, également désignée par le terme de défibrillation électrique, est utilisée en cas de différents troubles du rythme cardiaque. Le plus souvent, elle est utilisée en cas de fibrillation auriculaire. La cardioversion électrique vise à arrêter la fibrillation auriculaire de l'extérieur, à l'aide d'une décharge électrique ciblée pour rétablir le rythme cardiaque normal, qu'on appelle le rythme sinusal.

Quelles préparations sont effectuées ?

Avant le traitement, le patient doit être à jeun depuis 6 heures au moins. Un traitement d'anticoagulant (hémodilution) doit en outre avoir été débuté dans les 3 à 4 semaines précédant la procédure, pour écarter tout risque de caillot sanguin. Il arrive toutefois souvent que les patients présentant une fibrillation auriculaire prennent déjà un traitement d'anticoagulant, le trouble étant associé à un risque accru d'AVC.

Comment se déroule le traitement ?

Le traitement est effectué en ambulatoire dans une clinique ou un centre spécialisé. Comme pour la défibrillation, deux électrodes sont placées sur la poitrine et une brève décharge électrique ciblée est appliquée. Le patient est sous brève anesthésie générale (env. cinq minutes) et ne remarque pas la décharge électrique. Parfois, une échographie cardiaque est effectuée avant le traitement.

Quel est le taux de réussite du traitement ?

Le taux de réussite est de plus de 90 %. Si le traitement ne permet pas d'atteindre le résultat escompté, il ne risque pas d'aggraver la fibrillation auriculaire. En cas de rechute, le traitement peut être répété.

 

Quels sont les risques ou les complications du traitement ?

En règle générale, la cardioversion électrique se déroule sans complication et n'est pas associée à des risques notables. De légères rougeurs peuvent apparaître à l'endroit où les électrodes ont été placées. Certains patients rapportent une sensation temporaire de courbatures au niveau de la cage thoracique. Il est rare que d'autres troubles du rythme cardiaque surviennent; ces derniers peuvent également être éliminés avec un traitement électrique.

Que se passe-t-il après l'intervention chirurgicale ?

Après le traitement, les patients restent en observation pendant 2 à 3 heures, avec contrôle de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle. En raison de la brève anesthésie et des tranquillisants administrés, le patient ne doit pas conduire ni se servir de machines le jour même.

 

Centres (2)