Opération fracture du fémur

La plupart des fractures du fémur sont traitées par intervention chirurgicale. Selon sa position et son évolution, la fracture est fixée au moyen de plaques, de vis ou de clous. La masse osseuse disponible dans la zone de fracture est parfois insuffisante. Dans ce cas, du tissu osseux de l'os du bassin, par exemple, doit être transféré sur le fémur.

On distingue plusieurs sortes de fractures du fémur: fractures de la tête fémorale, fractures du col du fémur et fractures de la tige fémorale. Les fractures du col du fémur sont les plus fréquentes. La plupart des patients sont des personnes âgées souffrant de perte osseuse (ostéoporose) et ayant chuté sur la hanche, par exemple.

En règle générale, on utilise des plaques métalliques, des vis et des clous pour le traitement chirurgical des fractures du fémur. Cette méthode de fixation des fractures avec des pièces métalliques est appelée ostéosynthèse.

Quelles préparations sont effectuées?

Avant l'opération, la position exacte et l'évolution de la fracture sont identifiées par radiographie.

Avant l'intervention chirurgicale, on effectue les examens de routine précédant une opération, c'est-à-dire analyse de sang, mesure de la tension artérielle et ECG. Le patient doit cesser de prendre des médicaments hémostatiques et être à jeun avant l'opération.

Comment se déroule l'opération?

Le choix de la méthode opératoire dépend des radiographies et de l'état général du patient. Selon la situation, l'intervention chirurgicale a lieu sous anesthésie générale ou sous rachianesthésie. L'os est ensuite exposé à l'endroit de la fracture. La fracture du fémur est réduite et les fragments osseux sont fixés les uns aux autres dans la bonne position. Pour cela, on utilise des plaques en métal, des clous médullaires, des vis dynamiques de hanche ou un fixateur externe. Si, en raison d'une perte osseuse ou d'une fracture comminutive grave, les tissus osseux existants sont insuffisants pour fixer la fracture, on prélève du tissu osseux sur l'os de la hanche, par exemple, et on le transfère sur le fémur. Une fracture sévère de la tête fémorale ou du col du fémur nécessite parfois la pose d'une prothèse de hanche.

Après fixation de la fracture, un drain est souvent posé pour évacuer les exsudats de la plaie. La plaie opératoire est ensuite refermée. Selon la méthode, l'opération dure 1 à 2 heures.

Quel est le taux de réussite du traitement?

Le traitement chirurgical permet de stabiliser les fractures et l'os guérit bien en général. Une mobilisation précoce est importante pour prévenir la perte de mobilité.

Quels sont les risques ou les complications du traitement?

Les opérations des fractures du fémur présentent peu de risques et se déroulent généralement sans complications graves. Comme pour toutes les opérations, des infections, des lésions nerveuses, des hémorragies ou des caillots de sang peuvent survenir occasionnellement. Dans certains cas rares, une mobilité réduite de la hanche peut se manifester. Certaines personnes âgées risquent de perdre leur autonomie motrice.

Que se passe-t-il après l'intervention chirurgicale?

Après l'opération, des exercices de physiothérapie sont rapidement mis en place. Les drains sont retirés après 1 ou 2 jours. Les douleurs postopératoires sont traitées avec des antalgiques. Pendant l'hospitalisation, qui dure environ six jours, des béquilles sont utilisées pour la marche. Ces exercices ont pour objectif la sollicitation partielle de la jambe. En effet, elle ne doit pas être totalement sollicitée avant la guérison complète (6 à 8 semaines peuvent être nécessaires). Le processus de guérison est régulièrement contrôlé dans le cadre d'examens de suivi.

Dans la mesure où elles ne gênent pas le patient, les vis ou les plaques utilisées dans le cadre de l'ostéosynthèse ne sont généralement pas retirées ultérieurement.

Centres (5)