La maladie coronarienne est une maladie chronique des artères coronaires et est l'une des maladies les plus courantes du système cardiovasculaire. Il s'agit du rétrécissement, voire de l'occlusion des artères coronaires. L'artériosclérose (calcification vasculaire) entraîne un rétrécissement des vaisseaux sanguins, ce qui fait que certaines parties du cœur reçoivent trop peu ou pas de sang. Une maladie coronarienne peut avoir pour conséquence une angine de poitrine, un infarctus ou un arrêt cardiovasculaire.

Définition de la maladie coronarienne

La maladie coronarienne est l'une des maladies les plus courantes en médecine cardiovasculaire. Il s'agit d'un trouble circulatoire du muscle cardiaque causé par un rétrécissement des artères coronaires. Pour que le muscle cardiaque puisse pomper l'apport quotidien d'environ 10’000 litres de sang dans l'organisme, il doit être constamment alimenté en oxygène. Cet apport d'oxygène et de nutriments se fait par les artères coronaires, également appelées tout simplement «coronaires». Si les coronaires sont fortement rétrécies, le muscle cardiaque ne peut plus recevoir suffisamment d'oxygène. Le rétrécissement des artères entraîne une maladie coronarienne.

Causes et facteurs de risque

La maladie coronarienne est causée par l'artériosclérose (calcification vasculaire) des artères coronaires : lorsque du cholestérol, des caillots de sang et du tissu conjonctif s'accumulent dans les parois intérieures des artères, cela peut gêner, voire empêcher la circulation sanguine. Ce processus s’étale généralement sur une longue période.

Des symptômes apparaissent selon la gravité du rétrécissement : un léger rétrécissement des artères coronaires ne produit généralement aucun symptôme. Si les artères rétrécissent fortement jusqu’à entraîner une occlusion, de sorte que la circulation sanguine n'est plus possible, on parle d'un infarctus. Parmi les facteurs de risque des maladies coronariennes figurent notamment l'hypertension, un taux de cholestérol trop élevé, le tabagisme, le surpoids et le diabète.

Troubles et symptômes

Les symptômes de la maladie coronarienne varient en fonction de l'importance du rétrécissement des artères coronaires et de l'endroit où il se situe. Un léger rétrécissement ne provoque généralement pas de symptômes. Si le rétrécissement est plus sévère, la réduction du flux sanguin vers le cœur entraîne des symptômes typiques :

  • Angine de poitrine
  • Troubles du rythme cardiaque
  • Détresse respiratoire
  • Vertiges
  • Tachycardie
  • Nausées

L'angine de poitrine est un symptôme typique des maladies coronariennes. Elle se manifeste par une sensation d'oppression dans la poitrine, qui devient plus forte lors d'un effort physique, car l'effort entraîne un déséquilibre entre l'apport et la consommation d'oxygène. Ce déséquilibre est également appelé insuffisance coronarienne.

L'oppression derrière le sternum qui se produit lors d'une angine de poitrine irradie souvent vers le bras gauche, le cou ou la mâchoire. Mais des douleurs dorsales ou au niveau de l’estomac peuvent également être l'expression d'une angine de poitrine. Si les symptômes se manifestent surtout lors d'un effort physique, on parle d'angine de poitrine stable. Si les symptômes sont également perceptibles au repos, on parle alors d'angine de poitrine instable.

Si les symptômes apparaissent au repos ou durent plus de 15 minutes, il y a suspicion d’infarctus. Dans une telle situation, vous devez immédiatement demander une aide médicale.

Diagnostic de la maladie coronarienne

L'angine de poitrine est un symptôme typique pour une suspicion de maladie coronarienne. Une maladie coronarienne est diagnostiquée non seulement sur la base de ce symptôme, mais aussi à l’aide de différents tests, comme l’ECG à l’effort, léchocardiographie ou la coronarographie.

L'ECG peut également être utilisé pour exclure un infarctus en phase aiguë. De plus, l'ECG à l'effort ainsi que l'échographie du cœur peuvent être utilisés comme outils de diagnostic des maladies coronariennes. Si la suspicion de maladie coronarienne est confirmée, un cathétérisme cardiaque doit être effectué.

Traitement

Le traitement est fonction du degré de sévérité de la maladie coronarienne. Pour éliminer les symptômes de rétrécissement des artères coronaires, diverses procédures peuvent être utilisées :

  • Pontage coronarien
  • Dilatation par ballonnet
  • Insertion d'un stent

Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet au chapitre Opérations des artères coronaires.

Cependant, ces traitements ne guérissent pas la maladie sous-jacente. Par conséquent, après le diagnostic, une pharmacothérapie doit être administrée pour arrêter ou ralentir la progression de la maladie coronarienne.

En conséquence, il faudra prendre à vie de l’aspirine et de la statine : l'aspirine fluidifie le sang, tandis que la statine hypolipémiante non seulement réduit le cholestérol, mais a aussi un effet positif sur l'inflammation des vaisseaux sanguins. Ce traitement permet de stabiliser la calcification des artères coronaires.

En plus de la pharmacothérapie, le traitement des facteurs de risque est également nécessaire : un changement de mode de vie doit donc être opéré. Il s'agit notamment de modifier son régime alimentaire et de travailler son endurance par l’exercice physique.

Conséquences

Les maladies coronariennes entraînent une insuffisance cardiaque et nécessitent une pharmacothérapie à vie ainsi que des modifications du régime alimentaire et du mode de vie. Si le rétrécissement des artères coronaires progresse et conduit à une occlusion, la maladie coronarienne peut entraîner un infarctus ou une mort cardiaque subite.

Centres 2