Incontinence urinaire

L'incontinence urinaire entraîne des pertes urinaires incontrôlées et involontaires. Les femmes sont beaucoup plus susceptibles d'être touchées que les hommes. L'incontinence urinaire peut être psychologiquement très lourde et réduire considérablement la qualité de vie. Selon la cause de l'incontinence urinaire, différentes possibilités de traitement sont disponibles.

Lorsque des pertes urinaires se produisent de manière incontrôlée ou involontaire, on parle d'incontinence urinaire. Les femmes sont les principales concernées. En médecine, on distingue principalement trois formes d'incontinence urinaire: l'incontinence d'effort ou de stress qui survient en cas d'augmentation de la pression dans l'abdomen. L'incontinence d'effort est la forme d'incontinence urinaire la plus fréquente. La cause est souvent le mauvais fonctionnement du sphincter de l'urètre due à une faiblesse de la musculature du plancher pelvien. Les grossesses, l'excès pondéral et l'âge sont des facteurs de risque connus de l'incontinence d'effort.

La deuxième forme la plus fréquente est l'incontinence impérieuse, également appelée vessie irritable. Dans cette seconde forme, c'est la régulation de l'activité de la vessie qui est défaillante.

La troisième forme est l'incontinence par regorgement: la vessie est toujours pleine en raison de troubles de l'évacuation. L'incontinence par regorgement survient principalement chez les hommes présentant une augmentation de la taille de la prostate. Cependant, l'incontinence urinaire se présente souvent sous forme mixte. L'incontinence d'effort et l'incontinence impérieuse se produisent souvent ensemble.

Les symptômes de l'incontinence urinaire diffèrent selon la forme d'incontinence. L'incontinence d'effort se caractérise par des pertes urinaires lors d'une augmentation de la pression dans l'abdomen. La perte urinaire intervient lorsque la personne éternue, tousse, soulève une charge ou saute. En cas d'incontinence impérieuse, l'envie d'uriner est constante. La personne doit souvent aller aux toilettes et généralement très rapidement. Les pertes d'urine involontaires sont également fréquentes. Les troubles typiques de l'incontinence par regorgement sont une perte de quelques gouttes d'urine, n'étant bien souvent pas remarquée, et s'accompagnant d'une vidange de la vessie incomplète lors de la miction.

Pour établir le diagnostic d'une incontinence urinaire, différents examens et tests sont réalisés, parmi lesquels une échographie, des tests d'effort, des analyses d'urine et des tests urodynamiques. Lors des tests urodynamiques, on mesure la pression et le flux dans les canaux d'évacuation urinaire.

Le traitement est fonction de la forme de l'incontinence urinaire. En cas d'incontinence d'effort, un entraînement ciblé des muscles du plancher pelvien aide souvent. En cas d'affaissement du plancher pelvien, une intervention chirurgicale peut s'avérer nécessaire. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet au chapitre Opération en cas de faiblesse du plancher pelvien. L'entraînement du plancher pelvien est également utile en cas d'incontinence impérieuse, accompagné parfois d'une électrostimulation ciblée à l'aide de fines aiguilles électriques. Le traitement médicamenteux s'appuie sur des préparations hormonales et des médicaments réduisant l'activité du muscle vésical. En cas d'incontinence par regorgement due à une augmentation du volume de la prostate, le traitement porte principalement sur la prostate. Il peut être chirurgical ou médicamenteux.