Hernie discale

En cas d'hernie discale, le disque intervertébral appuie sur les nerfs situés le long de la colonne vertébrale ou dans la moelle épinière, provoquant ainsi des douleurs et des tensions musculaires. En cas de lésion sévère des nerfs, des troubles sensoriels dans les jambes et des symptômes de paralysie peuvent survenir. Selon le degré de gravité, l'hernie discale sera traitée de manière conservatrice ou chirurgicale.

Les disques intervertébraux se situent entre les vertèbres et jouent un rôle d'amortisseurs. Ils permettent la mobilité de la colonne vertébrale et la protège contre les chocs. En vieillissant et en cas de mauvaises postures ou de sollicitations excessives, ces disques peuvent être endommagés. L'élasticité des disques intervertébraux diminue, et du tissu gélatineux s'échappe souvent du disque. On appelle cela une hernie discale ou un prolapsus discal. La plupart des hernies discales surviennent au niveau de la colonne lombaire. L'ensemble de la colonne peut toutefois être touché.

Les mauvaises postures, la sursollicitation chronique, le vieillissement et le surpoids constituent des facteurs de risque importants favorisant l'apparition d'une hernie discale. Cette affection survient le plus souvent entre 30 et 50 ans. Les hommes sont environ deux fois plus touchés que les femmes.

Les troubles caractéristiques en cas d'hernie discale sont les douleurs dorsales irradiant dans le muscle fessier et la jambe. Selon le degré de gravité, des troubles sensoriels peuvent également se manifester, comme des fourmillements ou une sensation d'insensibilité. Si une sensation de paralysie ou des troubles de la fonction vésicale ou intestinale apparaissent, il faut agir rapidement pour que les nerfs ne soient pas lésés de manière irrémédiable.

On diagnostique une hernie discale sur la base des symptômes caractéristiques et à l'aide de tests neurologiques et d'examens de la colonne vertébrale. L'imagerie par résonance magnétique (IRM) ou la tomodensitométrie (CT) permettent de localiser avec précision l'hernie discale et d'évaluer son ampleur.

Le traitement est fonction du degré de sévérité de la maladie. Le traitement conservateur consiste en des antidouleurs, des anti-inflammatoires et des exercices de physiothérapie ciblés. Avec ces mesures et un peu de patience, la plupart des hernies discales peuvent être traitées. Si le traitement conservateur ne produit aucun résultat ou dans les cas sévères avec risque de paralysie, une intervention chirurgicale est indiquée. En cas de syndrome de queue équine, lorsque la fonction vésicale ou intestinale est impactée, une intervention doit être pratiquée en urgence. Vous trouverez de plus amples informations sur les possibilités de traitements chirurgicaux au chapitre Opérations d'une hernie discale.

Un renforcement régulier de la musculature abdominale et dorsale, ainsi que le fait d'éviter les mauvaises postures (ne pas porter de charges lourdes le dos courbé), sont des mesures de prévention importantes permettant d'éviter une hernie discale.