Salpingite, inflammation des ovaires

L'inflammation des trompes de Fallope (salpingite) et des ovaires (ovarite) peut entraîner la stérilité si elle n'est pas prise à temps. Les trompes de Fallope et les ovaires sont appelés annexe de l'utérus. D'où le terme d'annexite pour parler de l'inflammation des trompes de Fallope et des ovaires. Lorsque l'inflammation ne concerne que les trompes de Fallope, on parle de salpingite. Lorsque seuls les ovaires sont touchés, on parle d'ovarite (ou plus rarement d'oophorite). Toutefois, l'inflammation touche quasiment toujours les trompes de Fallope et les ovaires.

L'annexite est due à une infection bactérienne. Le plus souvent, ce sont les Chlamydias qui sont responsables de l'infection. Dans des cas plus rares, les gonocoques ou une infection due à plusieurs souches de bactéries peuvent également être impliqués. Les bactéries remontent vers les trompes de Fallope et les ovaires par le vagin et l'utérus. Les femmes touchées sont généralement de jeunes femmes sexuellement actives. Le risque d'infection est accru au moment des règles. Un changement de partenaire fréquent et des rapports non protégés augmentent également le risque d'infection aux Chlamydias. Les interventions gynécologiques, comme par exemple la pose d'un stérilet, présentent également un risque accru d'annexite.

Les symptômes typiques de salpingite et d'ovarite sont la fièvre, des douleurs dans le bas-ventre et un sentiment de malaise général. Ils s'accompagnent parfois de nausées et de vomissements. Une infection vaginale se manifestant par des pertes nauséabondes peut également survenir de manière simultanée.

L'annexite est diagnostiquée par un examen gynécologique. L'annexite se manifeste par une douleur de poussée typique. Cette douleur se manifeste lors de l'examen gynécologique, lorsque le gynécologue appuie avec le doigt contre le col de l'utérus. Le frottis vaginal permet en général de mettre en évidence des Chlamydias. Le diagnostic est complété par une échographie et une analyse de sang.

Le traitement se fait par la prise d'antibiotiques, et, le cas échéant, de médicaments antalgiques et d'anti-inflammatoires. En règle générale, le traitement médicamenteux est suffisant. Dans de rares cas, lorsqu'un abcès se forme ou qu'une péritonite survient, une laparoscopie s'avère nécessaire. Si l'infection est due à un stérilet infecté, il doit être retiré.

Une salpingite ou une ovarite non traitée ou dépistée trop tard peuvent entraîner une infertilité. Des adhérences sur les trompes de Fallope peuvent se produire ultérieurement, augmentant le risque de grossesse tubaire.