Syndrome de l'apnée du sommeil

On parle de syndrome de l'apnée du sommeil lorsque des pauses respiratoires (apnées) se produisent pendant le sommeil. Ces arrêts respiratoires sont très nombreux et entraînent une brève interruption du sommeil. Les patients eux-mêmes ne s'en aperçoivent pas, mais souffrent de fatigue diurne en raison de la perturbation du sommeil.

La médecine établit une distinction entre le syndrome d'apnée obstructive du sommeil et l'apnée centrale du sommeil. L'apnée centrale du sommeil est plus rare et est provoquée par un dysfonctionnement du centre du sommeil du cerveau qui contrôle notre sommeil. Le syndrome de l'apnée du sommeil se présente le plus souvent sous sa forme obstructive. Ici, les voies respiratoires sont obstruées (collapsus) suite à un relâchement des muscles au niveau du pharynx pendant le sommeil. Les hommes sont environ deux fois plus touchés que les femmes. En Suisse, on estime à plus de 150'000 le nombre de personnes souffrant du syndrome d'apnée obstructive du sommeil. On ignore les causes exactes à l'origine du syndrome d'apnée obstructive du sommeil. Les facteurs génétiques semblent jouer un rôle car cette affection survient souvent plusieurs fois au sein d'une même famille. En outre, on sait qu'il existe certains facteurs de risque favorisant le syndrome de l'apnée du sommeil. Outre l'appartenance au sexe masculin, on compte également comme facteurs de risque connus le surpoids avec un important tour de cou, des amygdales de grande taille, le tabagisme et la consommation d'alcool avant le coucher.

Les personnes souffrant du syndrome de l'apnée du sommeil sont de gros ronfleurs. Les ronflements sont étroitement liés au syndrome de l'apnée du sommeil. Les patients ne s'aperçoivent généralement pas eux-mêmes de leurs pauses respiratoires pendant leur sommeil. Le plus souvent, c'est leur partenaire qui le leur fait remarquer. L'un des principaux symptômes de l'apnée du sommeil est la fatigue diurne. Elle peut être plus ou moins marquée. Une légère somnolence en journée n'est pas rare et peut être dangereuse, en particulier au volant. De nombreux patients souffrent en outre de maux de tête et de troubles de la concentration.

Les arrêts respiratoires pendant le sommeil ne sont pas mortels. Ils peuvent toutefois entraîner des fluctuations du taux d'oxygène dans le sang, des troubles métaboliques et avoir des effets sur le système cardiovasculaire. Le syndrome de l'apnée du sommeil est par conséquent considéré comme facteur de risque d'hypertension artérielle et de maladie cardiovasculaire.

Bien souvent, les patients souffrent du syndrome de l'apnée du sommeil pendant des années avant que la pathologie ne soit décelée. Les remarques du partenaire en matière d'arrêts respiratoires ou de fatigue chronique doivent par conséquent être prises au sérieux et faire l'objet d'une consultation médicale. Les mouvements respiratoires peuvent être enregistrés chez soi à l'aide d'un appareil spécial ce qui permettra de diagnostiquer un éventuel syndrome de l'apnée du sommeil. Selon les cas, des examens complémentaires peuvent occasionnellement être nécessaires dans un laboratoire du sommeil.

Le traitement le plus efficace du syndrome d'apnée obstructive du sommeil est la ventilation en pression positive continue à l'aide d'un masque respiratoire. Cette méthode appelée traitement par CPAP en anglais (Continuous Positive Airway Pressure) consiste à envoyer un léger flux d'air en continu dans les voies respiratoires à l'aide d'un masque respiratoire. De cette manière, pauses respiratoires, troubles du sommeil et ronflements disparaissent. Les patients s'habituent généralement rapidement au masque respiratoire.

Un autre élément important du traitement est d'éviter ou de réduire les facteurs de risque. À savoir, plus d'alcool au minimum 2 h avant d'aller se coucher et une perte de poids en cas de surpoids. Il est bien souvent possible de remédier aux formes légères d'apnée du sommeil avec ces simples mesures.