Cancer du poumon

Le cancer du poumon est le cancer le plus fréquent. Le tabagisme et les particules fines présentes dans l'air sont les principaux facteurs de risque de cette maladie. Le cancer du poumon est généralement asymptomatique à un stade précoce. Une toux chronique persistante pendant plus de quatre semaines représente un signal d'alarme important. Le traitement consiste, selon le stade et le type de cancer du poumon, en une chirurgie, une radiothérapie et une chimiothérapie.

Le cancer du poumon (cancer bronchique) est la deuxième forme de cancer la plus fréquente chez l'homme et la troisième chez la femme. De tous les cancers, c'est le cancer du poumon qui provoque le plus grand nombre de décès par an. Le cancer du poumon se développe généralement à partir de cellules de la muqueuse bronchique. Selon l'aspect des cellules cancéreuses au microscope, on établit une distinction entre cancer bronchique à petites cellules et cancer bronchique non à petites cellules. Le cancer bronchique non à petites cellules représente 85 % des cancers du poumon.

Le tabagisme et le tabagisme passif sont de loin les principaux facteurs de risque de développement d'un cancer du poumon. D'autres facteurs de risque connus sont le radon, un gaz noble radioactif naturellement présent dans le sol et que l'on respire, ainsi que la pollution atmosphérique, avec les particules fines et les particules de suie.

Le cancer du poumon est généralement asymptomatique à un stade précoce. De nombreuses tumeurs ne sont donc dépistées que dans le cadre d'examens de routine ou à un stade tardif. Des symptômes persistants des voies respiratoires (plus de quatre semaines) sont un signe d'alerte et doivent impérativement donner lieu à une consultation. Cela concerne notamment la toux, les sécrétions, l'enrouement et les douleurs au niveau de la cage thoracique. Un médecin doit immédiatement être consulté si l'on crache du sang ou en cas de toux avec expectorations sanglantes. Une grande fatigue, un amaigrissement et une perte d'énergie peuvent également être des symptômes généraux de cancer.

Le diagnostic du cancer du poumon est établi à partir d'une radio des poumons. En cas de modification suspecte, d'autres examens seront effectués, comme une bronchoscopie et une tomodensitométrie.

Le traitement du cancer du poumon varie selon le type de cancer et le stade de la maladie. Si la résection chirurgicale de la tumeur est possible, on commencera par pratiquer cette intervention. La décision de la chirurgie est prise en fonction de la localisation de la tumeur et de l'état de santé général du patient. Le cancer bronchique non à petites cellules peut généralement être opéré, alors que le cancer bronchique à petites cellules a bien souvent déjà métastasé lorsqu'il est découvert. On préfère alors recourir à la chimiothérapie et à la radiothérapie. Même si les nouveaux médicaments ont permis d'immenses progrès dans le traitement du cancer du poumon, bien souvent, les soins à un stade tardif de la maladie ne peuvent plus être que palliatifs.