Hypertension gravidique

Environ une femme sur dix présente de l'hypertension durant sa grossesse. Dans près de 4 % des cas, cette hypertension est associée à une protéinurie (présence de protéines dans l'urine). Cette pathologie est appelée pré-éclampsie ou gestose. La pré-éclampsie présente un risque pour la mère et l'enfant. Les femmes présentant une pré-éclampsie doivent être diagnostiquées à temps et faire l'objet d'une étroite surveillance.

On parle d'hypertension gravidique lorsque la pression artérielle excède 140/90 mm Hg. Il convient de déterminer si l'hypertension existait déjà avant la grossesse ou si elle est due à la grossesse. Dans le deuxième cas, il s'agit d'une hypertension gravidique. En plus de l'hypertension, on observe parfois la présence renforcée de protéines dans l'urine (protéinurie). On parle alors de pré-éclampsie, une pathologie présentant un risque accru pour la mère et l'enfant. La pré-éclampsie peut provoquer un accouchement avant terme ou des retards de croissance chez l'enfant. En outre, une pré-éclampsie peut dégénérer en éclampsie, ce qui constitue une urgence vitale pour la mère et l'enfant. La pression artérielle doit donc être régulièrement contrôlée lors de la grossesse afin de dépister une éventuelle pré-éclampsie suffisamment tôt.

Les causes exactes de la pré-éclampsie restent encore inconnues. L'adaptation hormonale et immunologique de l’organisme de la mère aux nombreux changements qui interviennent lors d’une grossesse joue certainement un rôle. Plusieurs facteurs de risque sont connus, lesquels favorisent la survenue d'une pré-éclampsie. Cela implique par exemple le diabète, l'hypertension préexistante avant la grossesse, une surcharge pondérale importante, des affections rénales ainsi que l'âge avancé ou très jeune de la femme enceinte.

Une pré-éclampsie se développe généralement au cours de la deuxième moitié de la grossesse. Outre une augmentation de la tension artérielle et une protéinurie, les symptômes suivants peuvent indiquer une pré-éclampsie:

  • œdème et rétention d'eau au niveau des mains et du visage
  • prise de poids soudaine
  •  retard de croissance du fœtus
  • Dans les cas graves ou en cas d'évolution vers une éclampsie potentiellement fatale, des céphalées, des troubles de la vision et des convulsions peuvent survenir.

Le diagnostic est établi sur la base des symptômes, de la prise de tension et d'un examen d'urine. Aujourd'hui, les analyses de sang permettent d'évaluer le risque chez les femmes présentant une suspicion de pré-éclampsie.

Il n'existe pas de traitement permettant de traiter les causes de la pré-éclampsie. Le traitement consiste principalement à surveiller étroitement la patiente et à observer l'évolution. Si une pré-éclampsie évolue, la grossesse est en général placée sous surveillance à l'hôpital. Dans les cas sévères, un accouchement avant terme par césarienne peut s'avérer nécessaire. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet au chapitre Césarienne.