Troubles menstruels

On entend par troubles menstruels les différents troubles intervenant pendant les règles. Cela inclut les saignements importants (ménorragie) pendant une période excessivement longue, des menstruations très abondantes (hyperménorrhée), des menstruations très diminuées (hypoménorrhée), l'absence de règles (aménorrhée) et des règles irrégulières ou trop fréquentes (polyménorrhée). Si les règles sont accompagnées de douleurs intenses, on parle de dysménorrhée. Le syndrome prémenstruel constitue ici une pathologie à part entière. Il en sera plus amplement question au chapitre Syndrome prémenstruel.

La durée d'un cycle menstruel normal est de 28 jours. Des écarts de deux ou trois jours peuvent survenir selon les femmes. Chaque cycle se termine par un saignement, le premier jour de la période menstruelle étant compté comme le début du nouveau cycle. En général, les règles durent quatre à cinq jours. Des écarts importants de la durée du cycle, la durée du flux menstruel ou l'intensité du flux sont considérés comme des troubles menstruels.

On parle de règles surabondantes lorsque la perte de sang excède 80 ml par menstruation. Un flux menstruel important peut être dû à des saignements très importants dans le cadre d'une durée de menstruation normale ou d'une durée de menstruation excessive (plus de 7 jours). Dans le premier cas, on parle d'hyperménorrhée, dans le deuxième de ménorragie. Bien souvent, des modifications intervenant à l'intérieur de l'utérus comme un fibrome, une endométriose ou des infections sont responsables des saignements importants. Des saignements trop importants peuvent entraîner une carence en fer ou une anémie. Le traitement consiste en l'élimination de la cause organique comme le fibrome ou l'endométriose. S'il n'existe pas de cause organique, des préparations à base d'hormones peuvent être prescrites.

En cas de règles très peu abondantes, on parle d'hypoménorrhée. On est en présence d'une hypoménorrhée lorsque la perte de sang est inférieure à 25 ml. La durée des règles est souvent réduite à un ou deux jours ou des pertes sanguinolentes (spotting) se produisent. L'hypoménorrhée survient le plus souvent en début de ménopause.

L'absence de règles est appelée aménorrhée. On parle d'aménorrhée primaire lorsque les premières règles ne surviennent pas après 16 ans révolus, ce qui peut être dû à des troubles hormonaux ou une malformation des ovaires ou de l'utérus. On parle d'aménorrhée secondaire lorsque les règles disparaissent soudainement chez une femme ayant eu jusqu'ici un cycle menstruel normal. Les troubles hormonaux, le stress, du sport de haut niveau, des régimes draconiens ou des troubles alimentaires (anorexie) peuvent être à l’origine d'une aménorrhée secondaire.

En cas de règles trop fréquentes, on parle de polyménorrhée. Selon la définition, on est en présence d'une polyménorrhée lorsque la durée du cycle est inférieure à 25 jours. La cause est généralement un trouble du système de régulation entre le cerveau et les hormones qui déterminent le cycle menstruel. En tant que traitement pour retrouver un cycle menstruel normal, des préparations hormonales peuvent être prescrites.

Un trouble menstruel se caractérisant par des douleurs de menstruation extrêmes est appelé dysménorrhée. En cas de dysménorrhée, des douleurs dans le bas-ventre s'apparentant à des douleurs de type coliques ou des douleurs dorsales intenses surviennent durant les règles. Bien souvent les jeunes filles sont touchées, sans qu'une cause organique ne puisse être déterminée. Entre 30 et 40 ans, il est possible qu'en raison de modifications de l'utérus (fibrome, endométriose) des douleurs de menstruation intenses se produisent. En cas de cause organique, le traitement constitue en une chirurgie permettant de supprimer la cause de la modification.  Si aucune cause organique n'existe, l'accent sera mis sur le traitement de la douleur. Des exercices de relaxation et de gymnastique peuvent parfois aider à soulager la douleur.