Accident vasculaire cérébral, AVC

En cas d'AVC, les fonctions cérébrales ne sont brusquement plus assurées. L'AVC peut être dû à une occlusion vasculaire ou une hémorragie cérébrale. Ces deux causes provoquent les mêmes symptômes; la prise en charge sera toutefois différente. Il est donc déterminant de diagnostiquer rapidement un AVC et d'en identifier la cause exacte.

Un accident vasculaire cérébral ou AVC (ou encore attaque cérébrale) se caractérise par un trouble soudain de l'irrigation du cerveau. La cause du trouble de l'irrigation est le plus souvent l'occlusion d'une artère cérébrale suite à une artériosclérose ou une embolie. Dans ce cas, on parle alors d'accident ischémique. Le trouble circulatoire peut toutefois être également dû à une hémorragie cérébrale. C'est ce qui se produit en cas d'anévrisme cérébral. On parle alors d'accident vasculaire cérébral hémorragique. Il est impossible de distinguer un AVC ischémique d'un AVC hémorragique en se basant uniquement sur les symptômes. Dans les deux cas, des cellules cérébrales meurent et on assiste à une perte des fonctions cérébrales. Seuls les examens radiologiques comme la tomodensitométrie ou l'IRM permettent de déterminer si on est en présence d'une hémorragie ou d'une occlusion de l'artère cérébrale.

Les facteurs de risque pour un AVC sont, pour l'essentiel, les mêmes que ceux d'un infarctus: hypertension artérielle, hypercholestérolémie, surcharge pondérale, diabète, tabagisme et manque d'exercice physique. Un autre facteur de risque important est la fibrillation auriculaire. En effet, en cas de trouble du rythme cardiaque, des caillots de sang peuvent se former puis migrer ensuite dans le cerveau et provoquer une embolie.

Les symptômes d'un AVC surviennent brusquement. Il arrive que l'on constate de légers signes avant-coureurs temporaires, comme des vertiges, des troubles de la vision momentanés, des troubles du langage, des troubles de la perception ou de la marche. Ces déficits passagers, appelés accidents ischémiques transitoires, sont des signes d'alerte annonciateurs d'un AVC. Selon la région du cerveau touchée, l'accident vasculaire cérébral peut provoquer des symptômes différents. Une paralysie unilatérale, des troubles de la vision, de la parole ou de l'audition, de violents vertiges, des céphalées soudaines ou une perte de connaissance.

Les troubles de cette nature survenant subitement doivent impérativement faire l'objet d'une consultation médicale immédiate. Même s'ils disparaissent très rapidement. Le temps est un facteur essentiel pour éviter les séquelles persistantes d'un AVC.

Le traitement est fonction de l'origine de l'accident vasculaire cérébral. S'il s'agit d'une hémorragie cérébrale, le saignement doit être stoppé par une intervention chirurgicale. S'il s'agit d'une occlusion vasculaire, des médicaments peuvent être administrés ou des interventions pratiquées pour déboucher le vaisseau. Vous trouverez de plus amples informations sur les possibilités de traitements aux chapitres Endartériectomie et Opérations en cas d'anévrisme cérébral.

En cas de risques connus tels qu'une fibrillation auriculaire ou un accident ischémique transitoire, des anticoagulants peuvent être prescrits à titre préventif.

Centres (1)