Artériopathie oblitérante des membres inférieurs

En cas d'artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI), la circulation sanguine ne se fait plus correctement dans les jambes. La cause est une artériosclérose des artères des jambes. Cela entraîne un rétrécissement ou une oblitération des artères. Le trouble circulatoire qui en résulte entraîne des douleurs et favorise l'apparition d'infections, avec formation d'ulcères cutanés et de nécrose des tissus.

Le tabagisme est le principal facteur de risque d'artériosclérose dans les artères des membres inférieurs. Cette maladie est également appelée thromboangéite oblitérante, ou encore maladie de Buerger. Le diabète, l'hypertension et l'hypercholestérolémie constituent également des facteurs de risque. Les hommes sont deux fois plus touchés que les femmes.

Les premiers signes de troubles circulatoires sont une sensation de froid et une décoloration de la peau aux endroits concernés. Le trouble circulatoire des jambes provoque souvent une douleur caractéristique survenant lors de la marche. Les personnes malades ne peuvent plus parcourir que des distances réduites et doivent régulièrement faire des pauses. C'est pour cela que l'on parle également de claudication intermittente. En allemand, cette maladie est aussi appelée "maladie du lèche-vitrine", car le patient s’arrête régulièrement comme s’il se promenait en ville et faisait les magasins. Lorsque le trouble circulatoire progresse, les tissus ne sont plus irrigués correctement. Des ulcères se forment, pour ne quasiment plus disparaître. En cas de trouble sévère de l'irrigation des tissus, ils se nécrosent. La nécrose entraîne une coloration noire des régions concernées indiquant la destruction des cellules tissulaires. En cas de lésions provoquées par une mauvaise irrigation sanguine des tissus, des infections bactériennes très difficiles à traiter peuvent se développer.

L'artériopathie oblitérante des membres inférieurs est diagnostiquée sur la base de symptômes types et à partir de différents examens, comme la mesure de la pression sanguine au niveau des jambes et une radio des artères des jambes avec produit de contraste [Angiographie].

Le traitement est fonction du degré de sévérité de la maladie. L'objectif premier du traitement est l'amélioration de la circulation sanguine. Dans ce contexte, il est primordial d'éviter les facteurs de risque comme le tabagisme. La circulation peut être améliorée par des exercices physiques ciblés.  Des médicaments peuvent être prescrits pour dilater les artères et éviter la formation de caillots de sang. Bien souvent, une intervention chirurgicale s'avère néanmoins nécessaire pour remédier à l'occlusion des artères. Vous trouvez de plus amples informations à ce sujet aux chapitres Endartériectomie et Dilatation par ballonnet. Dans certains cas très graves de nécroses de la jambe étendues, l'amputation des orteils ou du pieds sont les seules possibilités de préserver la jambe.