Tennis elbow, golf elbow

On désigne sous le terme de tennis elbow une inflammation des tendons extenseurs (épicondylite) situés sur la partie externe du coude. On désigne sous le terme de golf elbow l'inflammation des tendons fléchisseurs (épitrochléite) situés sur la partie interne du coude. Les termes de tennis elbow et golf elbow viennent du fait que les tendons du coude sont souvent très fortement sollicités dans ces deux types de sport.

Le tennis elbow comme le golf elbow sont provoqués par une sollicitation excessive de la musculature de l'avant-bras. Une charge unilatérale ou une mauvaise posture, par exemple au tennis ou au golf, entraîne une irritation des insertions tendineuses du coude. Dans le cas du tennis elbow, ce sont les tendons extenseurs de la face externe du coude qui sont touchés. Dans le cas du golf elbow, ce sont les tendons fléchisseurs de la face interne du coude. Ces deux sports ne sont pas les seuls à entraîner une tendinite. En effet, toute activité occasionnant une sollicitation importante et répétée sur la musculature de l'avant-bras peut provoquer une inflammation des tendons.

Les principaux symptômes d'un tennis elbow ou d'un golf elbow sont des douleurs au niveau du coude qui irradient dans l'avant-bras. Les douleurs surviennent ou sont renforcées lorsque le patient ferme le poing et lorsque son poignet est fléchi ou en extension. Dans le cas du tennis elbow, la partie externe du coude est douloureuse et sensible à la pression, dans le cas du golf elbow, c'est la partie interne.

On diagnostique généralement le tennis elbow ou le golf elbow sur la base des douleurs typiques et par l'examen du coude en mettant en évidence la douleur à la pression caractéristique sur la face externe ou interne du coude. Dans certains cas, une radiographie est effectuée afin d'exclure d'autres affections telles que l'arthrose ou une fracture osseuse.

Le tennis elbow et le golf elbow sont généralement traités de manière conservatrice. Les possibilités de traitement conservatrices comptent des antidouleurs et anti-inflammatoires, de compresses de froid ou de chaleur, des massages et des ultrasons. Ces mesures sont accompagnées de repos de la musculature de l'avant-bras et du coude. Parfois, une immobilisation à l'aide d'une attelle pendant une à deux semaines est nécessaire.

On ne recourt que rarement au traitement chirurgical. Si c'est le cas, le traitement chirurgical est  pratiquée en ambulatoire. Lorsque par exemple les troubles persistent ou si le traitement conservateur de donne pas les résultats escomptés. Le but de l'intervention est de délester la tension musculaire afin de supprimer l'irritation des insertions tendineuses du coude.