Traumatisme cervical

Un traumatisme cervical se produit lorsque la tête bascule brutalement vers l'avant puis violemment vers l'arrière entraînant une distorsion des vertèbres du cou. Le plus souvent le traumatisme cervical se produit après un accident de voiture, typiquement en cas de collision arrière. Sans que des lésions directes du rachis cervical ne soient visibles, des symptômes caractéristiques apparaissent dans les 72 heures tels que des maux de tête, des douleurs au niveau de la nuque, des vertiges, des troubles de la vision ou des bourdonnements.

Le traumatisme cervical est la complication la plus fréquente suite à un accident de voiture. On ne parle au sens strict de traumatisme cervical que lorsqu'aucune blessure directe n'est visible sur le rachis cervical.  On part du principe que l'accélération violente et le freinage de la tête lors de l'accident en combinaison avec un étirement excessif du rachis cervical provoquent les différents troubles.

Les symptômes peuvent être très divers et surviennent généralement dans les 72 heures après l'accident. Très souvent, les personnes concernées se plaignent de maux de tête, de douleurs au niveau de la nuque et de vertige. Toutefois des troubles de la vision, de l'audition, du langage ou des troubles sensoriels au niveau des bras ou des épaules peuvent également se produire.

Le traumatisme cervical est diagnostiqué sur la base du déroulement de l'accident et des symptômes caractéristiques. Afin d'exclure des lésions visibles du rachis cervical, on fait généralement des radios ou une IRM.

Le traitement est fonction des symptômes et peut être très différent selon les troubles. Si les douleurs sont le principal symptôme, on recourra dans un premier temps à des antidouleurs. Les tensions musculaires peuvent être atténuées avec des relaxants musculaires et des mesures de physiothérapie. Il est déconseillé de porter une minerve pendant une durée prolongée ou d'adopter une posture visant à ménager la région douloureuse car cela ralentit le processus de guérison plus que cela ne le stimule.

La plupart du temps, le traumatisme cervical guérit en l'espace de six mois sans laisser de séquelles. Il arrive dans de rares cas que les troubles deviennent chroniques voire invalidants. On ignore pourquoi certaines personnes développent un traumatisme cervical chronique. Étant donné qu'aucune lésion visible sur le rachis cervical ne peut être mise en évidence, la reconnaissance d'un traumatisme cervical comme maladie chronique fait débat.